Site archivé. ~SP

L'écho du passé

Une fiction écrite par PhoenixBleu.

Epilogue - The Dragon and the Snowmare

This is not Equestria..............sha lalalala

A little piece of you

The little piece in me

Will die

For this is not Equestria

Blossom falls to bloom this season

Promise not to stare

Too long

For this not a miracle

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Trois mois après la fin de la Guerre des Trois Rois.

Trois mois, effectivement. Mais la plupart des habitants d'Equestria avaient encore du mal à croire que cette impitoyable guerre qui déchira leurs vies durant tant d'années avait vraiment pris fin, que le roi Moros était vraiment mort et que son règne de terreur n'était plus qu'un mauvais rêve. Ils s'attendaient parfois encore à voir une Kère émerger du fond d'une ruelle obscure. Mais cela n'était pourtant plus le cas. Les féroces guerrières du monarque blafard avaient elles aussi bel et bien disparues, emportant dans la tombe tout leur cortège d'atrocités.

Le couronnement des princesses en tant que nouvelles dirigeantes du royaume avait été très rapide. Quinze jours après la mort de leur père et le départ des survivants de l'armée de cristal, les deux sœurs devenaient officiellement les nouvelles souveraines d'Equestria. Leur tâche s'avérait très difficile. Il fallait reconstruire un pays ruiné, panser les plaies encore vives et rassurer la population afin de lui redonner foi et confiance en l'avenir et faire en sorte que cette douloureuse expérience ne se reproduise plus.

Quitte, au passage à faire quelques entorses à la justice et à oublier le passé douteux de certains. En effet, dans sa volonté pressente de reconstruire une nation solide et qui ne sombrerait pas une seconde fois dans de tels excès de folie, la première des décisions prises par l'aînée des princesses fut d'édicter une loi d'amnistie et de réconciliation pour l'ensemble de la population qui avait, de près ou de loin, collaboré avec le régime. Les collusions, notamment concernant les élites de Canterlot, étaient telles qu'une grande partie des habitants, et notamment ceux garants de la vie économique et sociale du pays, se seraient retrouvés en prison. D'où cette loi garantissant le pardon des souveraines et du peuple pour des crimes qui ne seraient pas des crimes de sang, en échange d'excuses sincères et profondes, et d'un serment prononcé garantissant que le concerné n'attente plus jamais à la sécurité du royaume et de ses sujets. Mais les investigations visant à déterminer le niveau d'implication de chaque accusé ne furent pas très poussées. Et malheureusement, amnistie fut souvent synonyme d'amnésie.

De belles espérances... de belles désillusions en perspectives...

L'aînée des sœurs avait été totalement à la manœuvre dans cette affaire, sa cadette lui laissant le champs libre... comme pour la plupart des autres affaires politiques d'ailleurs. Au grand mécontentement de leur ami draconequus.

« Une bien belle connerie cette loi !

- De quoi parles tu encore ? »

Les deux sœurs et le draconequus se trouvaient dans la grande chambre de l'aînée, à Gimlé. C'était une vaste pièce richement décorée et meublée et avec tout le nécessaire. Mais la princesse ne l'aimait guère, trop de mauvais souvenirs. Elle n'y passait pas beaucoup de temps, hormis pour dormir. Et puis, elle avait un autre projet en tête, alors autant ne pas trop s'y attacher. Elle se trouvait face à un grand miroir sphérique, se préparant pour un discours qu'elle allait faire afin de livrer au peuple les nouvelles lois qu'elle avait conçues afin de rendre sa vie 'meilleure'. Et encore une fois, elle avait shunté sa sœur dans cet exercice.

« Dis moi, pour le discours de dans une demi heure, j'espère que t'as prévu une place pour Sélène, hein ? Ou tu vas encore te la jouer solo ?

- Oh... et bien... je n'y avais pas spécialement songé..., l'aînée des princesses regardait sa sœur et le draconequus dans le reflet de son miroir. Ils se trouvaient tout deux, côte-à-côté, deux-trois mètres derrière elle, ...Si ça l'amuse de venir écouter...

- Si ça l'amuse de venir écouter ? Non mais tu t'entends parler ? Reviens sur terre ma grande ! Je te rappelle que vous régnez toutes les deux, et de façon équitable ! La voix de l'une ne prévaut pas sur celle de l'autre !

- Il est vrai qu'Uranie s'y entend plus sur les affaires politiques que moi... répondit Sélène assez gênée par la situation.

- Ah ! Tu vois bien ! Ça ne l'intéresse pas !

- Toi, répondit le draconequus à l'alicorne bleu nuit, tu devrais un peu plus t'affirmer ! Sans quoi tu seras renvoyée au rang de faire valoir ! »

La cadette ne répondit pas tout de suite. Effectivement, elle aurait bien voulu être plus impliquée dans les affaires de l’État. Elle aussi avait de nombreuses idées pour rendre plus douce la vie de ses concitoyens. Mais voilà, elle n'avait pas le tempérament de sa sœur, et s'imposer face à elle ne lui était pas vraiment facile. De plus, elle ne voulait pas la décevoir. Alors, elle ne disait rien. Elle répondit finalement au draconequus.

« Mais nous sommes tout de même sur un pied d'égalité. Désormais, Uranie gérera le pays le jour et moi la nuit... c'est équitable, non ?

- Ah ! Tu vois comme tu es mauvaise langue, lança l'aînée à son ami.

Mais ce dernier lui jeta en retour un regard sévère à travers son miroir, Ben voyons ! C'est sûr qu'à minuit un quart, elle aura autant d'audience que toi sous le Soleil de midi... dans ce cas là, pourquoi ne pas l'enfermer dans un placard tant que tu y es !

- Pfff, tu n'y comprends rien de toute façon ! Son rôle nocturne est prépondérant ! Elle veille sur le sommeil et les rêves des gens, les protégeant des cauchemars qui les assaillent !

- Oui, c'est vrai ! ajouta Sélène dans un grand sourire.

Mais le draconequus continua à s'adresser à l'alicorne blanc-de-neige, Attends, tu parles bien des rêves ? Cet état du sommeil qu'on oublie la plus part du temps après le réveil ? Oui... c'est sûr qu'elle va voir du monde et qu'on se souviendra de son action ! Non, elle veillera sur leur sommeil nocturne comme tu veilleras sur leur travail diurne. Mais la politique, la diplomatie, les affaires de l'état, c'est en dehors de tout ça, ce sont vos prérogatives à toutes les deux !

Sélène fit une moue de dépit, car elle prenait bien cas de cette situation même si elle ne disait rien, faisant bonne figure et ne voulant pas vexer sa sœur.

- Pfff, de toute façon, tu n'es jamais content !, lui répondit Uranie de façon neutre, tout en continuant à se préparer, Si tu étais honnête, tu reconnaîtrais toute la légitimité de cette décision en parfaite correspondance avec nos cutie mark et nos tempéraments respectifs. »

Le draconequus ne répondit pas immédiatement, se contentant de serrer les dents, mettant bien en évidence son croc qui dépassait déjà naturellement, ce qui n'échappa nullement à Sélène. Cette dernière se demandait comment lui et sa sœur avaient pu en arriver là, eux qui pourtant étaient si proche autrefois. Proche à un point...

Cela l'attristait beaucoup. Un clou de plus dans son cœur déjà bien abîmé.

Mais le semi-dragon ne comptait pas en rester là.

« Peuh ! Tu te cherches une excuse ! Et encore, s'il n'y avait que cela ! Et cette loi à la con, tu vas me dire que ça c'est quelque chose d'honnête ?

- De quoi parles-tu encore... et je te prierais d'utiliser un langage plus châtié ! Tu te trouves tout de même dans la chambre d'une princesse !

- Ah, ne me joues pas les prude ! Fut un temps où tu étais bien moins délicate en ma présence, notamment en matière de 'langue'.

Cette dernière remarque fit rougir Uranie qui toussota, contrairement à Sélène qui eut du mal à contenir un rire étouffé, Ne... ne détourne pas la conversation... à qu'elle loi fais tu référence ?

- Je fais référence à cette loi honteuse d'amnistie ! Tous ces pourris qui ont servi la soupe à ton père, l'alicorne de neige eut un sursaut à la prononciation de ce dernier mot, qui pour beaucoup ont du sang sur les mains, vont s'en tirer à bon compte avec juste une petite tape sur les doigts ! C'est un véritable scandale ! Tout ça parce que ce sont les friqués de Canterlot ? Comment as tu pu faire une chose pareille !

Cette fois-ci Uranie se retourna et lui fit face, une expression sévère sur le visage. J'ai une nation à reconstruire et pas à diviser ! Un peu partout, des expéditions de vengeance, des purges envers les anciens 'bénéficiaires' du régime se constituaient ! Je n'allais pas rester là à regarder ce pays continuer à s’autodétruire ! Il fallait de toute urgence agir et pacifier les esprits ! Il n'y avait pas d'autres solutions ! Et puis, de là à dire qu'ils ont tous du sang sur les mains, cela reste encore à prouver !

- Ben tiens ! C'est sûr que quand on ne cherche pas, on ne trouve pas, c'est logique, répondit il sur le ton de l'ironie. Je remarque au passage que tu fus beaucoup moins magnanime avec les quelques Kères survivantes. Dans ton optique de réconciliation nationale, elles auraient pu passer le reste de leur vie en prison. Mais non ! Elles furent toutes exécutées sur la place publique ! T'as eut moins de complaisance sur ce coup là, hein ?

- Encore une fois, je n'avais pas le choix ! Leurs cas cristallisaient toutes les haines de la société ! Je ne pouvais pas faire autrement ! De toute façon, aux vues de leurs crimes, elles, et les quelques autres tortionnaires qui furent exécutés méritaient leur sort !

- Mais dans une justice exemplaire, les crimes des donneurs d'ordre sont du même niveau que les crimes des exécutants. Qui plus est, combien de ceux qui ont fait couler le sang de leur propre main ont pu passer à travers les mailles du filet en faisant fonctionner leur réseau de connaissances et parce que tu n'as pas voulu en savoir plus, hein ? Tu stabilises la situation pour l'instant, mais en ne la traitant pas en profondeur, un jour, elle t'explosera à la figure ! Et puis, pour maintenir l'ordre, que craints tu ? Tu as une armée, non ? Tu as la Garde Solaire que je sache !

- Une armée ? Pour ce qu'il en reste... décimée par toute ces années de guerre...

- Et concernant l'Empire de Cristal ?

- Le roi Phos Phoros n'est malheureusement plus en mesure de nous porter assistance... peut être même que...

- Peut être même que quoi ? »

Elle voulut un court instant lui parler d'une certaine lettre, mais finalement se ravisa. Elle se contenta de se retourner, lui tournant à nouveau le dos, demeurant immobile et silencieuse, face à son miroir et au deux reflets dans ce dernier avant de déclarer « Non, non, rien...

- Écoute Uranie, je dis tout cela pour toi, je ne veux pas que tu te perdes dans cette fonction...

- Célestia !

- Je... je te demande pardon ?

- Célestia ! Célestia et Luna, voilà nos deux noms désormais ! Tâche de t'en souvenir ! Uranie et Sélène ne sont plus d'actualité désormais ! Tu devrais d'ailleurs faire toi aussi plus d'effort en ce sens ma chère sœur !

- Oui U... Célestia, répondit Luna assez confuse, d'abord parce qu'elle décevait sa sœur, mais surtout par gêne envers le draconequus, car elle savait très bien ce que cela signifiait pour lui.

- C'est une plaisanterie, rassures moi ! Comment peux tu faire ce genre de chose ! Ce... ce … ce surnom... ce n'était qu'entre nous...

- Justement, tu devrais être satisfait ! Et je trouve que cela sonne parfaitement pour un titre royal ! Tu n'es pas d'accord ?, lança-t-elle à sa sœur.

- Sans l'ombre d'un doute... répondit sans conviction Luna.

- Oui... répondit tristement le draconequus, notre petit coin privée qui devient le général et le tout venant... Je comprends bien le message, je ne suis plus qu'une ombre dans la foule...

- Non... attend... je... je... bégaya Célestia.

A ce moment là, on frappa à la porte. Entrez !, cria Célestia.

Un garde parut et après les avoir salués déclara, Veuillez m'excuser de vous déranger vos altesses, mais les édiles sont arrivés.

- Parfait, répondit alors Célestia, je..., elle regarda sa sœur, ...nous sommes presque prêtes ! Faites les patienter en attendant.

- Bien majesté. L'architecte devrait lui aussi arriver d'ici une heure et demi.

- Fort bien, si le discours tarde trop, veuillez le faire patienter dans l'anti-chambre.

- Il en sera fait ainsi votre altesse ! »

Il salua de nouveau, puis referma la porte derrière lui, laissant là les deux sœurs et le draconequus.

Célestia gratifia sa sœur d'un très large sourire, pensant lui avoir fait plaisir en la joignant à elle pour cette déclaration d’importance. Luna fit un timide sourire encore une fois assez gênée. Elle lança un regard en coin à son voisin, pensant qu'il allait repartir au galop après ce geste de son aînée qui était sincère mais qu'il verrait sûrement comme une aumône. Mais autre chose avait attiré l'attention du draconequus.

« Un architecte ? … Pourquoi faire ?

- Et bien... disons que nous allons faire construire un nouveau château au cœur de la Forêt Everfree.

- C'est vrai ?, demanda-t-il à Luna.

- Oui, oui, c'est bien vrai !, cette fois-ci, elle paraissait beaucoup plus joyeuse et visiblement totalement en accord avec sa sœur. Un tout nouveau palais, fait parfaitement pour toutes les deux et loin de cette grande ville ! Là bas, nous serons tranquilles et nous repartirons vers un nouvel avenir !

- Et ben... quel enthousiasme ! Fit il remarquer à l'alicorne bleu-nuit.

Luna sourit à pleine dent, Oui... c'est bien vrai. Je suis heureuse de quitter cet endroit ! Mais tout ça c'est grâce à Ura... euh... c'est grâce à Célestia.

- Ah, tu vois ! Toi qui sous-entend en permanence que je la maltraite ! »

Le draconequus ferma les yeux et soupira profondément. Les rouvrant, il se dirigea vers la grande alicorne de neige devant son miroir et posa ses mains sur ses épaules.

« Je n'ai jamais dit que tu la maltraitais... c'est juste que tu devrais y aller plus doucement, c'est tout. Je me fais du soucis pour toi, j'ai pas envie que tu te perdes dans cette fonction !

- Ouais, ouais... on dit ça, hein ? »

Étonnamment, Célestia avait l'air d'avoir retrouvé pour un temps son sens de l'humour et sa complicité avec le draconequus, ce qui le fit sourire. Après tout, c'était peut être lui qui se faisait trop d'idées. Désormais, elle avait une fonction bien lourde à assumer avec toutes ces énormes responsabilités à la clef. Tout cela était très nouveau pour elle, son père l'ayant tenu à l'écart de toute la régence de ce royaume durant toutes ces années. Alors, il lui était facile pour lui de critiquer de l'extérieur. Après tout elle faisait ce qu'elle pouvait, il devait se montrer plus compréhensif avec elle.

« Excuses-moi... je suis trop stressé ces dernier temps...

- C'est pas ta faute... tu penses à bien... » lui répondit elle en posant sa main sur la sienne.

Un sourire éclaira le visage de Luna. Peut être finalement que tout allait redevenir comme avant entre eux. Car à cet instant, il retrouvait celle qu'il connaissait depuis toujours. Allaient-ils pouvoir tous les deux repartir comme autrefois ? Il l'espérait de tout son cœur.

Soudain, son regard fut attiré par une pile de parchemins posée sur une petite table de chevet à côté du grand miroir. Son attention était tout particulièrement accrochée par l'en-tête du document du dessus : 'Projet Cloudsdale'.

« C'est quoi ça ?

- De quoi ?, elle prit brutalement conscience des papiers empilés sur le petit meuble, euh... rien, rien d'important... Juste des documents administratifs sans intérêt particulier. »

Mais il n'écouta pas un brin son explication vaseuse et voulut en savoir plus. Elle tenta, tant bien que mal, de dissimuler le document en question mais ce fut peine perdue. Il claqua des doigts et fit apparaître ce qui l'intéressait dans ses mains au grand dam de la princesse qui essaya de lui servir une explication potable.

« Ce n'est rien, je t'assure... juste un projet de cité dortoir aérienne pour les pégases...

- Tu parais bien nerveuse pour une simple construction dans les nuages... qu'est-ce que tu as encore derrière la tête ? Il parcourut rapidement des yeux avant de s'exclamer, C'est quoi encore cette histoire d'usine météorologique ?

- Rien... rien, je t'assure !

- Ne me dis pas rien, je vois bien que c'est un truc d'importance !, il paraissait de plus en plus contrarié, et cela s’entendait dans le ton de sa voix aussi bien que sur son visage. Il rentra plus dans les détails du projet et ce qu'il découvrit le laissa bouche bée. Tu... tu veux produire des nuages dans cette usine ? Des nuages de pluies, de grêles, d'orage, produire du vent, et former une escouade de pégase afin de..., il n'arrivait pas à croire ce qu'il lisait, afin de contrôler la météo et le temps plus en général dans le ciel d'Equestria ? !... Mais qu'est-ce qui te prend, tu deviens folle ou quoi ? C'est ta couronne qui te serre trop la tête ?

Cette dernière phrase eut le don de profondément exaspérer la princesse qui eut bien envie de l'envoyer promener vertement, mais fit tout de même bonne figure, Ne soit pas stupide ! Tu crois que je ne connais pas mes limites ? Il n'y a rien de plus imprévisible que la météo. Elle est de par nature incontrôlable et imprévisible ! Et même avec une usine à nuage, même avec toute notre magie, cela serait un projet impossible. Non... mais l'important, c'est que les gens le croient ! Et qu'ils croient être un maillon essentiel de ce contrôle.

- Quoi qu'est-ce que tu dis ? !, il n'arrivait pas à croire ce qu'il entendait. Claquant à nouveau des doigts, il fit apparaître l'intégralité de la pile de documents dans ses mains, Et d'autres projets de ce genre, t'en as beaucoup sous le coude ? Il parcourut les autres papiers et en lut certains à haute voix, 'Projet de gestion de la vie animale'... les animaux sont nos amis et ont besoin de nous pour vivre de façon harmonieuse, aidez les au jour le jour, 'Projet de gestion de la vie végétale'... sans l'intervention des poneys, la vie végétale deviendrait anarchique et incontrôlée puis finirait par s'étioler et disparaître. Tout poney se doit de la conduire dans le droit chemin... et ça, c'est quoi encore ? Mise en quarantaine de la Forêt Everfree, lieu de maléfices et de dangers ? Mais ma parole, tu te prends pour qui ? Parce que oui, c'est encore ton œuvre, hein ? Tu me feras pas croire que toutes ces conneries sont issues de l'esprit de Luna, pas vrai ? Tu fais quoi là, tu nous prépares une dictature, tu veux tout mettre sous ton contrôle ? Finalement, t'as le même état d'esprit que 'lui'... c'est pas étonnant !

Cette dernière remarque fit littéralement bondir de rage l'alicorne pâle qui vint se planter face au draconequus. Elle serrait les dents d'énervement et avait du mal à se contenir, Fait attention à ce que tu dis, il pourrait t'en coûter !

- Pourquoi, tu vas me faire jeter en prison ? Tu vas me casser le nez ? Attention, n'oublies pas, tu es dans la chambre d'une princesse !, lui répondit il avec ironie.

De son côté Luna était désespérée de la tournure de la situation et ne savait plus quoi faire pour les calmer, Arrêtez vous tous les deux, vous n'allez pas vous battre quand même ?

Célestia reprit rapidement la main, Et au lieu de gueuler comme un putois, peut être serait il plus judicieux de savoir pourquoi je compte prendre toutes ces mesures, non ?

- Oh oui, très bonne idée... continuons la valse des justifications à la con !

Faisant fi de cette dernière remarque, elle déroula son argumentaire. A la base de chaque tragédie, à la base de chaque guerre, de chaque catastrophe, il y a le peuple. Non pas qu'il en soit responsable, bien au contraire, il en est la première victime. Mais c'est toujours le mal être du peuple qui entraîne ces catastrophes ! Quand le peuple gronde, qu'il vit mal, qu'il ressent de l'injustice, qu'il ne se sent pas écouté, compris et accompagné par son monarque, et tout cela est bien légitime, alors il peut perdre tout sens raisonnable et sombrer, entraînant alors les pires tragédies.

- Ben voyons...

- Ne me dis pas le contraire, tu ne le sais que trop bien ! Mon... pè... re... venait lui aussi du peuple. Il n'était au début qu'un simple soldat perdu dans la masse des autres ! Et tu as vu ce que son ressentiment d'injustice à provoqué ? Tu as vu où sa peur nous as conduit ?

- Et il est où le rapport avec toutes tes idées foireuses ? C'est pas parce que ton père était un taré qu'il faut mettre ce pays, et même la Nature, sous coupe réglée ! Où pas un brin d'herbe ne dépassera l'autre !

- Je veux juste éviter tout désordre pouvant être néfaste à la vie du peuple, ne fait pas semblant de ne pas comprendre ! Je ne fais pas cela contre lui, mais pour lui ! Je veux juste protéger mes concitoyens d'eux même je ne sais que trop bien ce que peut engendrer le mal être et le désordre !

- Mais oui ! Parce que ce sont des grands enfants et que tu es leur maman à tous... On sait très bien comment ça finit ce genre de programme ! Maintenant je comprends pourquoi tu veux mettre à l'index la Forêt Everfree ! C'est sûr qu'elle ne rentrera jamais dans ton modèle !

- Pff, de toute façon tu ne comprends jamais rien... si tu avais toi aussi un royaume à gérer au lieu de t'amuser et de voleter de-ci, de-là...

- De quoi ? Mais tu te moques de moi ma parole ! M'amuser ? Mais toutes ces années, je les ai passé à tout faire ce qui était en mon pouvoir pour toi, et uniquement pour toi, et tu viens me dire que je ne m'intéresse pas à toi ? ! J'essaye juste de t'avertir, mais tu ne veux pas entendre ce que je te dis ! Tu reste sourde à tout avertissement ! Mais comprend le, la voie que tu empruntes est tout sauf juste. Tu leur mens ! Et pourquoi ? Juste pour éviter un autre potentiel taré comme ton paternel ? Non écoute, je comprends que tout cela puisse partir d'un bon sentiment et que le traumatisme du souvenir de Moros soit encore très présent. Mais tu ne dois pas te laisser aller à de telles extrémités, tu dois en être consciente ! Si non, tant que tu y es, tu n'as qu'à leur faire croire aussi que c'est grâce à toi que le Soleil se lève tout les matin ! »

A ce dernier mot, un puissant silence tomba violemment sur les trois protagonistes. Célestia tourna la tête de côté. Sur son visage, on pouvait lire des sentiments mélangés de gêne et de colère renfrognée. Sur le coup, le draconequus ne put piper le moindre mot tant le choc, auquel il ne s'attendait pas, fut violent. Finalement, il retrouva l'usage de la parole au bout de quelques minutes. Son ton était devenu calme, résigné...

« Je vois... si tu en es arrivé à ce niveau là de mensonge, alors il n'y a plus rien a rajouté... mais en tout cas je comprends maintenant le pourquoi de la répartition de la régence entre le jour et la nuit..., il lança un regard en coin à Luna qui chercha à se justifier.

- Non, écoute...

- C'est pas la peine... plus la peine d'en rajouter.

- De toute façon tu ne veux pas comprendre, alors c'est peine perdue, renchérie Célestia.

- Mais tu ne prends pas la mesure de tes actes et de tes décisions Célestia ! Vous êtes peut êtres des Grandes Prêtresses, mais pas pour autant des déesses ! En vous substituants aux dieux, vous outrepassez vos fonctions ! Tu crois sincèrement que lorsqu'Hélios reviendra, cela sera sans conséquences ?

- Parlons en justement des dieux ! Cela fait des milliers d'années qu'ils nous ont abandonnés ! Étaient-ils là pour veiller sur nous durant cette dernière guerre ? Non ! Alors tous ce que je mets en œuvre n'est que justice ! Je rend juste l'espoir en des lendemains meilleurs.

- Ben voyons... en mettant tout sous 'ton' contrôle ? Laisse moi rire. Tu ne laisses le choix à personne de suivre une voix différente.

- Différente ou déviante ? J'évite juste de prendre des risques inconsidérés ! Et tu peux me croire, tant que je régnerais sur ce royaume, aucun désordre, aucun chaos, aucun trouble de quelque nature que ce soit ne viendra mettre à mal l'harmonie et la paix !

- Ce sont là tes derniers mots ?

- Oh que oui ! Et plutôt deux fois qu'une

- Alors tout est dit ! Il ferma les yeux quelques secondes, restant immobile et muet. Lorsqu'il les rouvrit, ils irradiaient d'une lueur de détermination. Il prit alors son envol et vint coller son visage contre celui de Célestia, Fort bien ma chère, je prends acte, mais avant de partir, écoute bien, écoute bien ce que j'ai à te dire ! Tu veux combattre le désordre et la diversité, la fantaisie et l'individualisme, soit. Mais je serais toujours dans ton ombre ce facteur de désordre et d'anarchie qui te déplaisent tant ! Je serais toujours ce grain de fantaisie et de folie dans ta mécanique bien trop huilée, je te le garantie ! Si, de part ta vision des choses, je dois être un facteur de discorde, alors je serais 'la Discorde', soit en sûre et certaine ma chère ! Cela deviendra une telle raison d'être qu'on finira par m'appeler ainsi, je te le garantis ! Tu as la part belle aujourd'hui, mais dis toi bien qu'un jour, d'autres que moi découvriront la vérité et viendront te demander des comptes ! Et on verra, à ce moment, si tu auras empêché le peuple de gronder ou si ce seront au contraire tes décisions qui auront provoqué sa colère ! Sauf que moi... moi, je ne serai plus là pour toi... Il resta un long moment silencieux avant de conclure, Sur ce, je te dis à plus chérie, et la prochaine fois cela sera moins aimable sûrement. Tchao ! »

Il claqua des doigts, transformant le diadème de Célestia en nez rouge de clown, puis partit à tire d'aile par le balcon de la chambre.

La grande alicorne de neige le suivit du regard, tout en retirant le postiche de son visage.

« Idiot... murmura-t-elle tristement dans un profond soupir.

- Célestia, tout vas bien ? S'inquiéta Luna

- Oui, bien sûr, pourquoi voudrais tu que ça aille mal ? Ce ne sont pas ces petites péripéties qui vont nous faire dévier de nos engagements ! Tout cela ne porte pas en conséquence !

Mais Luna n'en croyait pas un seul mot. Elle savait bien que sa sœur avait été très affectée par la tournure des événements et qu'elle faisait tous son possible pour faire bonne figure. Tu es sûre ? Je suis ta sœur après tout. Si tu veux me dire quelque chose.

- Mais je t'assure, tout va bien, puis, coupant court à toute discussion, je dois finir de me préparer, c'est bientôt l'heure... si tu veux bien m'excuser... »

Luna n'ajouta pas un mot de plus. Les événements n'avaient réussis qu'à l'attrister encore plus. Résignée, elle poussa un long soupir. Elle repartit vers ses appartements sans plus s'attarder, laissant seule sa sœur aînée face à son propre reflets.

Soudain, on frappa de nouveau à la porte.

Ne voulant pas être dérangée à cet instant, Célestia reconduit l'importun, Je ne dois pas être dérangée ! Je dois finir de me préparer pour l'allocution !

Une petite voix confuse se fit alors entendre, Milles excuses votre majesté, mais c'est une affaire de la plus haute importance !

- Bon... vous pouvez entrer, répondit elle à contre cœur.

Un nouveau garde solaire pénétra dans la chambre. Je vous prie de bien vouloir m'excuser de vous importuner ainsi...

- Bien, bien, vous êtes pardonné... mais venez en au fait , comme je vous l'ai déjà dit, le temps m'est compté !

- Oui, bien sûr... et bien voilà... Un couple d'humble fermier vient de nous emmener une enfant perdue qu'ils ont recueilli il y a, à ce jour, trois mois. Plus précisément le matin suivant cette tragique nuit qui mit fin à la guerre. Ils l'ont trouvée en se rendant au marché de Canterlot, au bord du chemin bordant la Forêt de Przewalski. Ils avaient dans un premier temps décidé d'adopter l'enfant mais face à la singularité de sa situation, ils ont préféré la soumettre au jugement de sa majesté.

- L'histoire que vous me racontez est très touchante. Mais que puis-je pour le sort de cette infortunée ? Ce palais n'est pas un orphelinat que je sache ?

- Mais, votre majesté... l'enfant en question est une jeune alicorne !

- Comment ? ! »

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Snowmare melting from the inside

Dragon spiral

To the ground.....

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Et voilà, ça y est, c'est la fin. Cet ultime chapitre clôture l'Echo du passé.

Ce chapitre débute et se termine par quelques paroles d'une chanson de David Bowie, qu'il chante accompagné du groupe de Pat Metheny. Cette chanson est la BO d'un film dont le titre original est 'The falcon and the snowman'.Bien sûr, j'ai un peu retouché les paroles pour qu'elles collent à la situation. Quand j'ai eut l'idée de ce chapitre et de cette chanson pour lui servir de thème, David Bowie était toujours de ce monde. Le temps passe vite...
Bref, pour en savoir plus : [lien] et [lien]

Pour ceux qui ont apprécié cette fic, je vous donne rendez-vous pour ma prochaine fic qui sera donc, comme je l'ai déjà dit de nombreuses fois, la suite de cette dernière, en espérant qu'elle vous plaise autant. Poiur les autres, merci de vous êtres exprimés, même si je n'ai pas su vous convaincre avec mes récits et mes explications.

Sur ce, bonne lecture à tous et à toutes, ici ou ailleurs, et à la prochaine.

Tchao ^^

Chapitre précédent

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

Plénitude
Plénitude : #50355
Donc nous y voilà, la fin de l'Echo du Passé et très honnêtement, je ne sais plus trop quoi te dire. Le but de cette fiction reste à ce jour un mystère pour moi. J'ai vraiment envie de te faire comprendre que tu t'y es mal pris avec l'Echo du Passé et je dis ça sans "haine" aucune. Selon moi, si cette fic sert à nous introduire à ton monde, elle ne nous explique rien parce que tu es trop occupé à faire du teasing sur tous les aspects de ton monde sans nous donner aucune réponse ou faire une histoire un peu cohérente. Laisse moi te donner quelques exemples :

-> La raison de l'existence des humains dans ton monde n'est toujours pas expliqué alors que c'est le questionnement premier qu'on pourrait avoir vis-à-vis de ton monde pour lui donner un peu de substance. Et tu fais ça avec beaucoup de choses.

-> Tu balances des personnages comme des pièces dans une fontaine à souhaits et tu espères qu'on va s'attacher à eux. Je prend pour exemple le pote changelin du roi de Cristal qui apparaît comme un cheveu sur la soupe, sans introduction aucune, et tu essayes bon gré mal gré de le rendre un peu sympa.

-> Dans la même ligne d'idée, tu as beaucoup trop de noms dans ton premier arc assez court (et paradoxalement le plus long de la fic) qui fait qu'honnêtement, on sature. Certains personnages cruciaux dans l'intrigue ne sont jamais développés (Myrtilos et Moros pour n'en citer que deux.) et d'autres complètement secondaires ont le droit à un développement très intrusif pour être oublié le chapitre d'après (les deux généraux amants impossibles notamment.)

Après je ne dis pas que dans ta tête, ils ne sont pas très développés mais tu ne me l'as pas bien transmis à mon avis. Tu as beaucoup trop espéré qu'on puisse comprendre ta logique à certains moments. Prenons Moros, je fais ça de mémoire donc je demande un peu d'indulgence : "Ancien soldat de l'armée du roi Evergreen, son escouade se fait raser la tronche par un roi ennemi qui le laisse envie et l'humilie de manière traumatisante, le temps passe et ce traumatisme le rend amer même s'il grimpe les échelons de la garde d'Evergreen pour finalement l'assassiner et prendre le pouvoir par la force avant de prôner une politique d'extermination des non-poneys et une suprématie pégase." Je devrais être intéressé par une telle présentation du personnage mais honnêtement ton traitement caricatural du méchant ne s'accordait pas avec cette volonté de faire du drame.

-> Tes deux autres arcs sont honnêtement extrêmement dispensable étant donné la relative absence de connexion avec le premier (et pas la peine de me pointer du doigt un tout petit lien ténu, genre que le dieu Lovecraftien est la créature qui a parlé à Myrtilos à sa mort, c'est anecdotique.) Je ne comprends d'ailleurs pas cette envie de faire deux arcs totalement détachés du schmilblik et qui en plus est assez vide de substance. Le chapitre avec le bénu est le plus coupable de ça et ajoute un lot d'incohérences qui sont soit dû à ton absence d'explications, soit à une erreur de conception.


La liste pourrait continuer longtemps et je pense que tu ne m'écoutes plus vraiment donc je n'insisterais pas. Bonne continuation dans l'écriture de ton histoire. Sache juste que pour un tome d'introduction à ton univers, c'est une oeuvre plus que perfectible.

Il y a 20 heures · Répondre

Nouveau message privé