L'écho du passé

Une fiction écrite par PhoenixBleu.

Chapitre 11 - Aosaginohi

Un jour... un jour de l'ancien temps, six mille ans avant Twilight Sparkle...

Le cadre superbe que constituait, et constituera encore pour longtemps, le massif montagneux qu'on appellera un jour les 'Montagnes de Cristal'.

Aosaginohi, le grand phœnix anthropomorphe, l'émissaire de la nuit, parcourait de son vol puissant ce magnifique paysage qu'il connaissait maintenant par cœur, et qu'il appréciait beaucoup. Néanmoins, un petite pointe de tristesse blessait son cœur, à lui, l'exilé qui avait du quitter sa demeure, il y avait bien longtemps... cent cinquante ans à ce jour. Certes, ce lieu qui était désormais devenu son nouveau domaine était accueillant et très charmant. Il y avait rencontré de nombreuses espèces différentes qu'il ne connaissait pas, Griffons, Dragons, Pégases, Licornes, etc. Une myriade de races différentes qui cohabitaient toutes en parfaite harmonie, enfin autant que possible, et qui l'avaient adopté, lui l'enfant de la Terre. Car en effet, le grand phœnix était né sur la planète bleue et était venu s'installer sur Chtonie, suivant les directives de sa déesse, Nyx, la Nuit. Il se souvenait encore, comme si c'était hier, de ce jour où sa vie avait basculé... il y avait plus d'un siècle...

##############################################################################

Mont Tugg Akal, Massif de l'Atlas, La Terre.

La nuit venait tout juste de tomber et Aosaginohi se rendait, comme chaque soir, auprès de sa déesse qui demeurait au sein de l'une des cavernes se trouvant près du sommet de la plus haute montagne du massif. Enfin, autant que l'on pouvait concevoir qu'une déesse primordiale, le premier être vivant apparu après le Chaos, au pouvoir cosmique, qui n'avait plus vraiment de 'corps' proprement dit, et dont l'esprit et le corps astral prenaient des proportions difficilement concevable pour le commun des mortels, puisse vivre au sein d'une simple caverne. Mais c'était en ces lieux qu'elle se révélait à lui, presque tout les soirs, lorsqu'il lui faisait son rapport.

Comme à chaque fois, il arrivait à pied. Certes, il aurait pu parvenir jusqu'ici par la voie des airs, mais il préférait jouer la discrétion afin de préserver le secret de cet endroit qu'il était seul à connaître. Aosaginohi était un grand et puissant bennu, un de ces phœnix aux allures de héron qui vivaient en grand nombre sur ce continent, notamment autour du fleuve que les humains appelleront un jour le Nil. De haute stature, les yeux couleurs de feu, la peau gris cendrée, comme pour son plumage d’ailleurs, il possédait à l'instar de tout ceux de son espèce, un bec effilé et acéré comme une épée, faisant de lui un redoutable combattant.

Bien que les bennus furent de tous temps des êtres dont la symbolique était essentiellement solaire, faisant d'eux, bien naturellement, des serviteurs du dieu Hélios qu'ils nommaient Rê, il fut désigné par ses compagnons, et par tous les êtres vivants de la région, pour devenir l'ambassadeur de la déesse Nyx. Chose qui paraîtrait incongru au premier abord donc, mais qui s'expliquait assez facilement. Les bennus étaient des êtres ayant depuis toujours le don de psychopompes, c'est à dire qu'ils pouvaient passer sans encombre du monde des vivants à celui des morts et vice-versa. Or, la mort étant 'la nuit éternelle', les pouvoirs de Nyx étaient par là eux aussi liés au monde de l'au-delà. D'autre part, la personnalité d'Aosaginohi collait parfaitement avec cette fonction. D'un tempérament plutôt taciturne, solitaire et vivant volontiers après le coucher du Soleil, il fut tout logiquement désigné pour cette fonction, même si, bien souvent, il ne pensait pas être à la hauteur de telles responsabilités.

Il s'approchait donc de la dite caverne qu'il n'allait pas tarder à rejoindre. Comme à chaque fois, de nombreuses questions se bousculaient dans sa tête. Avait-il bien accompli sa mission ? Qu'elle nouvelle allait lui confier la déesse ? Et combien de temps encore pourrait il assumer ses responsabilités sans faillir ? Il doutait en permanence, lui, le pauvre mortel impuissant, face à une telle divinité. Et comme toujours, il arriva au seuil de la grotte l'esprit pollué de doutes inutiles car sa valeur était réelle et la confiance de la déesse envers ses capacités était totale.

Pénétrant dans la cavité, il avança très lentement pour aller à la rencontre de sa reine. Partout irradiait une douce lueur bleuté qui éclairait parfaitement la salle sans toutefois éblouir le visiteur. Il progressait toujours aussi posément, arrivant enfin auprès de la déesse qui lui tournait le dos. Bien respectueusement, il mit un genou à terre en signe de respect. « Majesté. »

Au plafond de la grotte, tapissé d'argent massif, on pouvait distinguer de nombreux cristaux étincelants qui couraient également sur les parois. Il y en avaient de diverses sortes, et notamment de la sélénite et de la célestine en grande quantité. Restée quelques secondes silencieuse, Nyx finit tout de même par lui répondre.

« Tu sais bien que ce genre de cérémonial n'est pas dans mes habitudes... Un simple salut respectueux est amplement suffisant !

- Oui Madame, répondit le bennu qui se releva bien vite.

- De plus..., elle se retourna dans sa direction... je te l'ai déjà répété plusieurs fois ! Chasse tous ces doutes stupides de ton esprit ! Tu assumes pleinement tous tes devoirs, tu n'as pas à en douter un seul instant ! Si tes pairs t'on choisit, si je t'ai accepté en tant que représentant, c'est que tu assures complètement ta fonction ! Et avec dévouement, sérieux et efficacité !

Oui... »

Il était toujours intimidé face à la déesse. Il ne s'était jamais vraiment totalement habitué à ce nouveau statu qui était le sien. Mais bon, il faisait tout de même bonne figure et tentait, du mieux possible, de s'y conformer. Elle lui faisait face désormais. C'était une grande et gracile bennu à la peau bleu nuit et aux grand yeux irradiant une lumière bleu électrique. Son grand plumage, au bleu plus clair que celui de sa peau, flottait dans l'air, comme porté par une imperceptible brise. Elle était vêtue d'une ample robe drapée noire du plus bel effet. Être en sa présence n'était pas donné à n'importe qui, encore fallait il pouvoir en être capable. En effet, déesse primordiale, on ressentait en sa présence toute la force colossale qui irradiait de son être, comme si tout l'univers pesait sur vos épaules, vous incitant instinctivement à baisser le regard et à vous recroqueviller sur vous même. Aosaginohi avait déjà rencontré d'autres dieux, et il avait bien constaté la différence. Sans difficultés aucunes, Nyx les surpassait de ce point de vue là. Et malgré tout cela, malgré cette impression d'immensité et de puissance infinie, malgré se ressentiment pouvant conduire à une certaine frayeur, malgré l'obscurité de son royaume qui est la source des peurs instinctives, on pouvait dans le même temps ressentir toute la compassion, tout l'amour que la déesse portait à tous les êtres vivant, vous faisant alors passer d'un état de crainte à une émotion puissante qui pouvait même vous tirer les larmes.

Elle reprit alors la parole : « Bien...si je t'ai fait venir aujourd'hui, c'est pour quelque chose de beaucoup plus important... d'une importance vitale même !

La gorge d'Aosaginohi se resserra, Je vous écoute ma reine.

- Voilà... j'ai passé ces derniers jours à en discuter avec le Seigneur Erèbe, comme je l'avais fait précédemment avec les Seigneurs Océanos et Hélios. Je sais que tes recherches sont restées vaines. Tu as parcouru tous les continents dans le but de retrouver sa trace, sans succès malheureusement. La conclusion s'imposait donc d'elle même. Si nous ne parvenons pas à le retrouver, c'est qu'il ne réside plus sur cette planète !. Nous aurions du y penser plus tôt. Ce monstre a certainement trouvé refuge sur la planète jumelle de la notre, hors de porté, enfin, le croyait il de notre vue.

- Une planète jumelle... mais comment ?

- Ne te méprends pas ! Elle se trouve dans un autre système stellaire, mais très proche du notre ! Elle a une géographie similaire et sa position orbitale vis-à-vis de son étoile est la même que la notre par rapport au Soleil. Qui plus est, les deux étoiles sont similaires. Tout cela concours à créer des courants gravitationnels nombreux entre les deux planète, des sortes de portails dimensionnels qui peuvent être franchis grâce à la magie. On a ainsi la possibilité de passer d'un monde à l'autre sans grande difficulté, évitant ainsi les longs voyage interstellaires, et dans la plus grande discrétion.

- Je vois...

- La Terre est pour l'instant débarrassée de ce fléau de pestilence... pour l'instant seulement. Car n'en doutons pas, il reviendra ! Il prend trop de plaisir à pousser notre monde vers l'abîme pour renoncer à son amusement comme cela. De plus, il n'est pas question de rester là sans rien faire en laissant nos frères et nos sœurs de cet autre monde subir les affres des agissements de cet être malfaisant. Ils sont nos semblables, nous leurs devons aide et assistance.

- C'est tout à fait normal votre majesté.

- C'est là que tu interviens Aosaginohi ! Tu vas te rendre sur cette planète et tu recherchera la cachette du monstre. Une fois cela fait tu devras déterminer son niveau de dangerosité et préparer la population locale à devoir l'affronter lui et son armée, car il parviendra sûrement à pervertir de nombreux partisans qui le suivront dans sa déchéance.

- Mais... comment pourrais-je faire adhérer à ma cause tous ces gens ? Ils ne me connaissent pas, ils se méfieront forcément de moi et ne me croiront pas lorsque je leurs dirai que je viens de la part de la déesse de la nuit. Comment faire ?

- Ne t'en fais pas, ils ne pourront que te croire. Approche toi...»

Le bennu s'exécuta, sans pour autant se départir d'une certaine appréhension que Nyx perçut et tenta d'estomper.

« Ne t'en fais pas, cela va bien se passer ! ». Elle prit ses mains dans les siennes et ferma les yeux. Soudain, l'aura bleutée qui entourait la déesse se propagea sur l'ensemble du corps d'Aosaginohi. Surpris, un peu inquiet aussi, mais cette crainte s'estompa assez vite quand il constata qu'il ne ressentait aucun trouble, ni aucune douleur. Bien au contraire, il se sentait investi par une énergie nouvelle et vivifiante, et ressentait également son esprit s'élever à un niveau de perception incroyable. Soudain, un puissant flash, bleu lui aussi, illumina la salle, le forçant à fermer instinctivement les yeux et à lâcher les mains de la déesse pour se protéger. Restant ainsi immobile durant quelques secondes, ce sont les paroles de la reine de la nuit qui l’incitèrent à les rouvrir. « Tu peux sans crainte revenir à la lumière, c'est finis... et tout s'est bien déroulé. »

Recouvrant peu à peu la vue, il put constater l'ampleur des transformations subi par son être, aussi bien sur le plan physique que spirituel. Une aura bleu foncé entourait désormais son corps et ses yeux émanaient une lumière bleu électrique. Sa peau, tout comme son plumage, présentaient désormais eux aussi des reflets bleu acier. Il ressentait également sa perception du réel et des mondes invisibles infiniment accrue, comme si son esprit s'était ouvert, s'était élevé à un niveau jamais atteint par un individu de son espèce. Nyx prit à nouveau la parole.

« Tu es désormais investi des pouvoirs de la nuit, tu dois sûrement le ressentir, n'est-ce pas ?

Aosaginohi ne répondit pas. Il se contenta d’acquiescer.

- Maintenant, sois en sûr, ils te croiront ! Tes pouvoirs de psychopompe ont été également accrus, tu pourras sans mal passer de notre monde au leur.

- Je n'en doute pas majesté. Son timbre de voix avait changé. Il paraissait plus sûr de lui, plus apaisé et maître de ses émotions. Sa vision des choses avait changé et il prenait pleinement la mesure de son rôle et du combat qu'il allait devoir mener.

Des flammes bleues se formèrent alors autour des mains de la déesse. Elle les ferma, fit tourner ses poings l'un autour de l'autre, créant ainsi une boule de feu qu'elle étira ensuite en colonne incandescente reliant ses deux poings. Positionnant le gauche face à elle, elle fit tourner le droit autour de ce dernier, formant ainsi un large disque de feu bleu qu'elle projeta ensuite au sol. Se forma alors un vortex très lumineux dont la surface ressemblait à de l'eau en mouvement.

« Voilà... ce passage te conduira directement là-bas. Une fois arrivé, tu devras trouver sa cachette et voir ce qu'il convient de faire. Tu seras livré à toi même, je suis désolée... Néanmoins, je suis persuadée que les habitants t'aideront. De plus, ce couloir sera toujours ouvert et nous pourrons communiquer par son intermédiaire quand tu le désireras. Il te suffira de revenir à l'endroit précis où tu feras ton premier pas sur ta nouvelle planète.

- Majesté... je saurai me montrer digne de votre confiance. Cette mission que vous me confiez, je l'exécuterai quoi qu'il arrive, vous pouvez en être sûre ! Je ne vous décevrai pas.

- Alors qu'il en soit ainsi ! Je savais que je pouvais compter sur toi ! Et n'oublie pas, je serai toujours auprès de toi quand tu en aura besoin !

- Ma reine... »

Il salua respectueusement la déesse de la nuit et vint se positionner au bord du vortex. A cet instant, il repensait à sa vie passée sur Terre, à tout ce qu'il avait vécu jusqu'alors. Une nouvelle existence commençait pour lui, sur un autre monde, peuplé d'êtres qu'il ne connaissait pas. Une plongé dans l'inconnu. Prenant son courage à deux mains, expurgeant tout regret de son esprit, il fit ce pas décisif vers cette nouvelle vie qui l'attendait de l'autre côté. Plongeant dans ce trou 'd'eau cosmique', il disparu instantanément, comme happé par ce tourbillon étincelant, toujours sous le regard bienveillant de Nyx. « Au-revoir, mon ami... »

##############################################################################

Oui, cela faisait bien longtemps qu'il avait quitté la Terre pour s'installer sur Chtonie... oui, bien longtemps...

Les habitants s'étaient finalement montrés très prévoyants envers lui, et très coopératifs, surtout quand ils surent qu'il était l'envoyé de la déesse de la nuit. A sa grande joie. Même s'il était triste de ne plus rencontrer certaines espèces qui ne vivaient pas sur ce nouveau monde. Et en premier lieu, ceux de sa propre espèce ! Point de bennu ici. Pas d'humain non plus. Les deux espèces avec lesquelles il était le plus familier étaient totalement absentes de sa nouvelle demeure. C'était ainsi, il devait faire contre mauvaise fortune bon cœur et accomplir sa mission. Il s'y était attelé dès son arrivée, écumant la totalité de sa nouvelle planète pour trouver la cache du monstre, faisant régulièrement des rapports à sa déesse sur les avancées des recherches. Et, au bout de soixante dix-ans, il trouva enfin. Dans une zone désolée, appelée depuis 'Badlands', il découvrit l'endroit où s'était réfugié le dieu délétère traqué depuis si longtemps par Nyx et les autres divinités. A sa surprise, il constata que ce dernier était en sommeil, qu'il n'était pas sur le point de ravager ce monde dans lequel il avait trouvé refuge. Ainsi, depuis quatre-vingt-ans, en accord avec sa déesse, Aosaginohi le surveillait, sans relâche, attentif à tout changement, attentif au moindre frémissement du monstre. Sentinelle inflexible, il ne quittait son poste de garde que pour faire de réguliers rapports de la situation à sa déesse. Et justement, il revenait en ce jour d'une de ces rencontres où il s'était entretenu avec elle. Mais cette dernière entrevue ne s'était pas passée comme d'habitude. En effet, devant le sommeil apparemment durable de l'horreur des Badlands et un sentiment profond d'inutilité qui envahissait de plus en plus le bennu, ce dernier prit une importante décision, mais avait besoin de l'aval de sa déesse pour pouvoir la mettre en œuvre. Accord qu'il obtint sans difficulté.

Il se dirigeait vers la montagne que les habitants du futur Empire de Cristal appelleront un jour le Mont Vindlér. C'est là qu'il vit désormais, parmi les batpony de cristal. De tous les habitants de Chtonie, c'était eux qui s'étaient montrés le plus accueillant envers le nouvel arrivant . Non pas que les autres se soient montrés particulièrement hostiles, mais, à partir du moment où ils surent qu'il était l'envoyé de Nyx, d'interminables et quotidiennes cohortes de personnes, toutes espèces confondues, vinrent à sa rencontre, venant ainsi porter leurs hommages à l'émissaire divin, tout en recherchant les bonnes grâces de la déesse, ce qui, bien entendu, interférait avec sa mission première. Fuyant en permanence ce trop grand enthousiasme envers sa personne, il avait su trouver parmi ces habitants des montagnes glacées un lieu calme et apaisant où on lui avait fait un accueil humble et mesuré tout autant que respectueux, ce qui l'avait bien entendu enchanté. Arrivant près de la paroi où se trouvait l'entrée d'une caverne, il stoppa son vol plané et commença à battre des ailes afin de ralentir un maximum et pouvoir ainsi atterrir dans les meilleures conditions possibles. Ce qu'il fit assez rapidement. Parvenu au seuil de la grotte, un garde en faction vint à sa rencontre. Il se saluèrent mutuellement et le batpony déclara.

« Moon Wind vous attend, monsieur.

- Parfait... nous avons beaucoup de choses à nous dire.

- Si vous voulez bien vous donner la peine de me suivre... »

Aosaginohi lui emboîta le pas et ils partirent à travers les galeries souterraines serpentant au travers de la montagne pour rencontrer celui qui commandait et représentait la communauté. Gardiens de la magie des cristaux, les batponies de cette région avaient effectivement développé une puissante magie chthonienne basée essentiellement sur toutes les forces venant des entrailles de la terre. Ils étaient ainsi dépositaires de grands et puissants secrets qui, bien sûr, attiraient la convoitise de gens plutôt mal intentionnés. Ce pourquoi ils avaient bâti leur cité sous terre, au cœur même des montagnes, afin de les mettre à l’abri de la cupidité de certains.

Le bennu s'y était senti dès le début comme chez lui. Il avait trouvé ici des gens qui étaient ses semblables. Comme lui, ils étaient des représentant de dieux, notamment des dieux forgerons et ingénieurs comme Héphaïstos et Prométhée. Mais aussi par leur mode de vie isolé, loin des grands centres de population. Il se sentait très proche de cela, lui qui sur Terre, était un grand solitaire. Il avait été en retour très bien accueilli et vivait parmi eux comme un membre à part entière de la communauté.

En se rendant auprès de Moon Wind, ils passèrent tout deux près de la Salle de Cristal. En son centre, se trouvait un énorme saphir bleu azur taillé en forme de cœur et reposant sur son socle. C'était le Cœur de Cristal. Quelques années après qu'Aosaginohi se fut installé chez eux, les batponies de cristal découvrirent en perçant une nouvelle galerie dans la montagne, un gigantesque bloc de saphir azuré, d'un bleu jamais vu auparavant. Le bennu découvrit que ce cristal avait des capacités extraordinaires. Il pouvait notamment absorber de grandes quantités d'énergie, et donc de magie, et la restituer, sous certaines conditions, en l'amplifiant. C'était aussi un puissant extracteur qui permettait d'extirper de la magie de n'importe quel corps qui ne semblait, pourtant au premier abord, ne pas en contenir. Ce bloc étant trop massif, Aosaginohi décida de se servir des pouvoir de la nuit pour le tailler et lui donner des dimensions plus raisonnables. Deux objets magiques furent ainsi conçus. Tout d'abord, le Cœur de Cristal, dont le nom évoquait la forme, puissant artefact ayant le pouvoir de lire dans le cœur des personnes et d'agir ainsi en conséquence. Il émettait également en permanence un rayonnement invisible qui avait la capacité de favoriser la guérison des gens. Une personne restée longtemps à son contact pouvait ainsi voir son espérance de vie considérablement rallongée. Ensuite, la Table Cristalline. Cette vaste table ronde à la capacité de capter les énergie diverses rayonnants d'un peu partout afin de créer une carte fidèle du territoire sur lequel elle se trouve. Elle peut ainsi déterminer toutes les activités se déroulant sur ce dit territoire. Enfin, avec les chutes de ces deux premiers objets magiques, le phénix bleu créa trois derniers bijou : le Saphir de la Nuit taillé en rectangle, le Saphir de l'Amour en ovale et le Saphir du Commandement en triangle. Tous ces artefacts magiques étaient disposés dans la Salle de Cristal.

Ils arrivèrent enfin devant la salle où se trouvait Moon Wind. Le garde frappa à la porte et l'ouvrit

« Le voilà monsieur

- Parfait, fait le entrer. Tu pourras ensuite retourner à ton poste

- Bien monsieur, Le garde se tourna alors vers le bennu, Si vous voulez bien vous donnez la peine

- Merci »

Le garde laissa entrer Aosaginohi et referma la porte derrière lui, laissant seul l'émissaire de la nuit avec son supérieur. La pièce dans laquelle Moon Wind avait emménagé son bureau était assez spacieuse et éclairée malgré le fait qu'on soit dans les entrailles de la montagne. On ne ressentait aucun sentiment d'oppression ou d'enfermement. Ceci, grâce à des puits de lumière judicieusement orientés et astucieusement pourvus de miroirs qui concentraient et dirigeaient la lumière de l'extérieur de la façon la plus appropriée qui soit. La salle était aménagée de façon spartiate, aussi bien dans son ameublement que dans sa décoration, réduite à sa plus simple expression pour cette dernière, quelques petits objets dispersés de-ci, de-là sur son bureau et sur quelques maigres étagères au mur derrière lui. Ce dernier était d'ailleurs l'objet central de la pièce, tout étant ordonné autour de lui et pour lui afin d'y rendre le travail du commandant le plus fluide possible. En bois brut et massif, sûrement du chêne, il avait un style très sobre et peu élaboré. De couleur brun clair, il possédait une trappe fermée par une serrure à clef en son centre, où il rangeait des documents confidentiels, et trois tiroirs sur son côté gauche où le batpony disposait le tout venant. On pouvait trouver à sa surface tout le nécessaire à l'élaboration de divers documents : papier, encre, plumes d'oies, buvards, etc. Deux bancs de pierre encadraient le bureau, l'un servant de siège à Moon Wind, et l'autre étant à la disposition de son interlocuteur. Il invita Aosaginohi à s'y asseoir, puis prit la parole.

« Alors... comment s'organise-t-on ? Vous commencez, ou je commence ?

- Je vous en prie mon cher, je ne suis pas à la minute, commencez.

- Bien... Oh, de toute façon, ce n'est que trois fois rien, je vous rassure !, Il fouilla une pile de papier qui se trouvait devant lui, Juste pour vous rapporter le dernier rapport mensuel de la sentinelle en poste près des Badlands qui nous la transmis lors de sa relève... Ah ! Le voilà ! Bon, comme d'habitude, il n'y a aucune activité particulière ou suspecte à signaler de ce côté là. Tout est calme. Il semble que le réveil du monstre ne soit pas encore au programme.

- Oui, je vois... cela ne fait que conforter ce que je pense et qui est d'ailleurs en relation avec ce que je dois vous annoncer.

- Dites-m'en plus... Je n'ai plus rien à ajouter de mon côté, je vous ai tout dit.

- Et bien voilà... Comme vous le savez, je reviens du Modonga où je suis allé m'entretenir avec la déesse de la Nuit, comme je le fais régulièrement tous les trois mois, et ce, depuis mon arrivée en ce monde.

- Effectivement.

- Cela fait plusieurs mois que j'en suis arrivé à cette conclusion, mais avant de prendre toute décision, je devais exposé mon ressenti à notre déesse pour obtenir son autorisation. Je pense que si le monstre n'a, depuis près de cent cinquante ans, montré aucun signe d'activité, c'est pour une bonne raison. Il se sait rechercher par la déesse de la Nuit, il sait qu'elle veut mettre un terme à ses néfastes agissements. Alors il se terre pour se faire oublier. Il a tout son temps, c'est un être immortel et intemporel pour qui attendre ne veut rien dire. Il ressent ma présence à travers les pouvoirs de la nuit que je possède, et il espère qu'un long laps de temps m'aura effacé de l'histoire et que notre déesse aura d'autres priorités que lui à gérer. Il peut rester ainsi dissimulé pendant dix milles ans encore et ressurgir brutalement quand on s'y attendra le moins, et surtout quand tout le monde l'aura oublié !

- Que comptez vous faire alors maintenant ?

- Et bien..., Il mit quelques secondes à répondre. Si la situation reste trop longtemps en l'état, les pouvoirs de la nuit risquent de se dissiper. Je n'en suis pas vraiment certain, mais c'est à craindre. Je ne suis pas né avec, on me les a juste confiés. Qui plus est, j'ai le sentiment profond que ce n'est pas moi le vrai détenteur de la solution, que quelqu'un d'autre viendra, plus tard, beaucoup plus tard, et que c'est à lui que je devrai transmettre les pouvoirs de la nuit et cette mission, comme ils m'ont été transmis à l'origine. Alors voilà ce que j'ai décidé. Il fit une nouvelle pause. Je vais entrer en dormition grâce au pouvoir des cristaux. Enfermé dans un pur cristal, je pourrai entrer dans une sorte d'hibernation, de vie ralentie où les pouvoirs de la nuit pourront être préservés.

- Mais ne pensez vous pas qu'une fois endormi, le monstre ne le ressente et sorte à ce moment là de sa tanière ?

- Peut être ne percevra-t-il plus ma présence propre, certes. Mais il ressentira toujours la présence des pouvoirs de la nuit, et c'est bien suffisant comme ça !

- Alors comme ça, si je comprends bien, vous voulez nous quitter ? Demanda Moon Wind en plaisantant et avec un large sourire. Vous savez que votre petite histoire risque de durer pas mal de temps et, qu'à votre réveil, il est probable, et même sûr et certains, que nous ne soyons plus de ce monde !

- Je ne le sais que trop bien, dit-il tristement, Je serais éternellement redevable, à vous et à votre clan, de m'avoir aussi bien reçu et de m'avoir aussi vite considéré comme l'un des vôtres !

- Allons, allons, c'était là réaction bien naturelle ! Nous n'avons rien fait d'exceptionnel ! Et puis, accueillir le grand représentant de la plus grande divinité fut pour nous le plus insigne des honneur ! Mais avant tout, nous serons tous bien triste de perdre un ami très cher.

Le bennu ne put répondre et se contenta d'un sourire.

- Et quand comptez vous faire le grand saut ?

- Ce soir même, aux premières heures de la nuit. Puisque ma décision est prise, je préfère agir immédiatement en conséquence, histoire de n'avoir aucuns regrets... même si je sais que j'en aurai tout de même...

- Bien... vous semblez effectivement résolu. Rien ne pourra plus vous faire changer d'avis ?

- Non, plus rien désormais, j'en ai bien peur !

- Soit, il n'est pas en mon pouvoir de vous contraindre à quoi que ce soit. Vous êtes libre parmi nous. Et même si j'aurai préféré encore vous compter parmi nos membres, je ne peux aller à l'encontre de ce que vous pensez être l'idéal afin de mener à bien votre mission... et en particulier si vous avez l'accord de la déesse. Mais croyez le bien, ce ne serra pas de gaieté de cœur !

- Dites-vous qu'il faut toujours se quitter un jour ou l'autre, d'une façon ou d'une autre... mais cette difficulté sera partagée...

Moon Wind sourit à son tour.

- Bien, reprit Aosaginohi, je me dois encore de régler quelques affaires afin d'être prêt au moment voulu. Si vous voulez bien m'excuser.

- Mais je vous en prie, c'est bien compréhensif. Me permettez vous d'annoncer cela à la communauté ? Ainsi, tout le monde pourra vous faire ses adieux !

- Tout à fait ! Ce serait un grand plaisir pour moi de pourvoir saluer tout le monde avant de partir.

- Grand merci à vous. »

Le bennu et l'étalon se serrèrent chaleureusement la main. Aosaginohi sortit du bureau du batpony sans attendre plus, comme s'il ne voulait pas montrer une certaine difficulté à dissimuler ce qu'il ressentait. Moon Wind resta debout derrière son bureau, immobile, le regard vide et songeur.

Le fameux soir arriva très vite. Une heure après le couché du Soleil, toute la communauté s'était réunis pour assister au départ du bennu et pour lui dire un ultime au-revoir. Pour sa dormition, l'oiseau de la nuit avait choisi une cavité isolée dans le dédale des galeries du territoire des batpony de cristal. Moon Wind prit alors la parole.

« En tant que représentant de toutes les personnes présentes aujourd'hui et parlant en leurs noms à toutes, je veux vous dire tout le plaisir que nous avons pu éprouver de vous compter parmi nos grands amis et aussi toute la tristesse de vous voir partir en ce jour. Vous dire aussi merci de nous avoir apporté les bonnes œuvres de la déesse.

Très ému, Aosaginohi prit tout de même la parole. A mon tour, je dois vous dire merci. Merci à tous de m'avoir aussi bien reçu et intégré au sein de votre communauté. J'étais étranger à votre monde, étranger à votre espèce, mais vous avez fait fis de ces différences et m'avez dès le début considéré comme l'un des votre. De plus, vous ne m'avez pas vu seulement comme l'ambassadeur de la déesse de la nuit, mais surtout comme un ami. Et pour cela, je vous serez éternellement reconnaissant ! »

De francs et chaleureux applaudissements ponctuèrent cette déclaration, montrant bien toute l'affection qu'ils pouvaient lui porter. Toujours aussi ému, il s'adressa aussi à Moon Wind qui se trouvait à ses côtés.

- Il est l'heure désormais, je dois y aller.

- Je le comprends bien, mais ce n'est pas facile.

- Mes sentiments sont similaires mon cher, mais il le faut. Avant de partir, je dois vous dire encore quelque chose. Les trésors de la Salle de Cristal ne m'appartiennent pas. Ce sont vos trésors, ils sont sous votre protection ! Et si un jour, vous trouvez des êtres qui seront dignes d'eux et qui pourront s'en servir pour faire le bien, alors vous pourrez les laisser aller vers leurs nouvelles destinées... Voilà, je crois que tout est dit... Vous allez tous me manquer...

- Vous nous manquerez vous aussi ! »

Ils s’étreignirent encore une dernière fois, fraternellement et très chaleureusement, avant de se séparer, cette fois-ci définitivement. Moon Wind se recula et vint se placer parmi les siens. Aosaginohi commença alors le rituel qui allait le plonger dans un sommeil magique dans lequel les affres du temps n'auront plus de prises sur lui, permettant ainsi de préserver les pouvoirs de la nuit. Deux boules de feu bleu se formèrent autour de ses poings serrés. Les tournant très rapidement l'un autour de l'autre, il forma ainsi, au fur et à mesure, une bulle incandescente qui l'engloba peu à peu. Une fois qu'elle l’avala entièrement, de puissant jets de lumière bleue très brillants surgirent de cette sphère et vinrent frapper le plafond et la paroi derrière lui, couverts de cristaux, qui renvoyèrent alors ces flux d'énergie sur le cocon de feu du bennu. En résultat une puissante lumière vive et aveuglante qui illumina la cavité, obligeant toute l'assemblée à fermer les yeux et à détourner le regard. Cela dura plusieurs minutes. Finalement, cette lumière commença à diminuer petit à petit, permettant aux batponies de recouvrir peu à peu leur acuité visuelle. Lorsqu'ils purent revoir parfaitement, la transformation avait eut lieu. Un énorme cristal bleu nuit s'élevait en lieu et place du phœnix de Nyx. Une chrysalide étincelante, lieu du sommeil d'Aosaginohi, là où il attendra désormais, au fil des siècles, au fil des millénaires, celui ou celle qui sera se montrer digne des pouvoirs de la nuit. Où il attendra que le monstre daigne passer à l'action et sortir de sa citadelle dénaturée des Badlands. Il attendait... il attend... il attendra...

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Et voilà, on touche à la fin ! Après ce chapitre, un épilogue et on en aura fini avec l'Echo du Passé
J'espère que ce chapitre vous plaira lui aussi, enfin, pour ceux qui apprécient cette fics ! XD
Sur ce, je vous souhaite de bonnes lectures pleines de zolies poneys multicolores et je vous dis à bientôt.
Tchao. ^^

Chapitre précédent

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

PhoenixBleu
PhoenixBleu : #50062
@BroNie
Hum... je dois dire que je ne m'attendais pas à revoir l'un de tes commentaires suivre l'un des chapitres de ma fic. J'ai été surpris, et je vais être honnête, je m'attendais au pire.
Alors je me suis attelé à sa lecture, sans grand espoir je dois l'avouer, pour voir encore une fois à quelle sauce j'allais me faire bouffer.

J'ai lu, et là, qu'elle surprise ! Pas parce que tu me félicites d'être allé jusqu'au bout de cette fic, non, ça c'est vraiment secondaire. Mais surtout parcequ'il s'agit d'un post tout ce qu'il y a de plus normal, correct, sans la moindre once d'ironie ou de sarcasme ou bien de méchanceté purement gratuite ! Non, rien de tout cela, même pas d'arrogance pour dire qu'on est le seul à avoir le courage de pondre une 'vraie' critique en bonne et due forme.
A la place, une simple et vraie critique argumenté et objective sans jugement de valeurs (en tout cas, s'il y en a, je ne les ai pas vues). Alors, face à un tel effort, je me devais de te répondre pour te montrer que je n'étais pas quelqu'un qui mord à la gorge toute personne qui essaye de me faire revenir sur Terre, comme tu disais.

Alors, tout d'abord, le fait que je sois allé jusqu'au bout de cette fic n'est en soit absolument pas un miracle, bien au contraire. Je prend trop de plaisir à imaginer, à construire et puis enfin à écrire ces histoires pour laisser tomber au bout de quelques chapitres. Et je ne crois pas être le seul fanficeur dans ce cas. Néanmoins, merci, même si je pense que le mot félicitation est un peu trop exagéré tout de même.

Où je veux en venir dans cette fic ? Mais nulle part, justement ! Comme je l'ai précisé dans mon article intitulé 'Commençons par le commencement', cette fic est avant tout un recueil d'histoires contant le passé lointain d'Equestria, sans autre but que celui de présenter des faits de l'ancien temps. Une sorte de très gros prologue avant de rentrer dans le vif du sujet et de commencer ma nouvelle fic et celles qui suivront. Histoire de signifier ce qu'il faut savoir du passé avant d'attaquer la suite.

Ah ! Le fameux Self Insert ! Celle là je l'attendais ! Bon, avant de commencer, pourquoi ce pseudo me concernant ? Très simple, il désigne à l'origine un personnage de manga à qui j'avais donné ce surnom car le bleu était une couleur important pour lui et qu'il combattait avec un phœnix. Et comme j’adorais (et j'adore toujours ^^) ce perso, j'en avait fait mon pseudo, il y a bien longtemps de ça, à une époque où MLP FIM était encore dans les limbes. Ici, pourquoi ce terme de phœnix bleu ? Parce qu'il me semble que c'est la meilleure définition pour qualifier Aosaginohi.

Intéressante ta phrase réécrite ! On pourrait aussi dire qu'un oiseau mythologique nommé Garuda, serviteur de Samash et ambassadeur de Nott est convoqué par cette dernière au Mont Kinabalu pour connaître sa mission. Oui, on pourrait aussi reformuler ainsi... et ça, comme ta propre version, n'aurait pas de rapport avec ce que j'ai écrit. Et j'ai quand même peur qu'il y ait là un peu de mauvaise foi de ta part sachant que tu m'as l'air de bien t'y connaître. Car tu dis qu'il n'y as pas d'unité logique, mais ça, c'est toi qui le dit !

Déjà, j'ai pas dit qu'Aosaginohi était un serviteur de Rê. J'ai juste précisé que le peuple des bennus était de part nature des adorateurs du dieu Rê, le dieu tutélaire de leur nation (normal puisque dans les mythes égyptiens, le bennu est l'incarnation de l'âme de Rê) et que ce dieu était nommé Hélios par les poneys (rapprochement que les grecs firent il y a plus de 2000 ans je le rappelle, mais bon, c'est pas comme si c'était important, hein ? ^^).

A près, ce bennu est spécial puisqu'il bosse pour Nyx la nuit qui, selon ces mêmes grecs, vivait dans une caverne de l'Atlas (massif peut être marocain mais au nom terriblement grec, non ? ) Et cette montagne, le Mont Tugg Akal (ou Djebel Touba comme tu préfère, mais moi je préfère la version berbère ^^) dont le nom berbère signifie en gros 'Celle qui regarde d'en haut'... de là à penser que les grecs se sont inspirés de légendes berbères (pardon libyennes ^^) pour situer la demeure de la nuit, il n'y a qu'un pas. Donc, jusque là rien de déconnecté, c'est logique, n'est-il pas ?
Après, pourquoi Aosaginohi, animal fabuleux des mythes Shinto ? Aosaginohi, 'héron bleu de feu', tel est l’étymologie de son nom. Qui de mieux pour incarner une serviteur de Nyx ? Et comme les bennus sont à la fois des hérons et les premiers phœnix, ce héron bleu, ce phœnix bleu est idéal !
Après, si tu veux toujours voir tout ça comme un simple empilement, que veux tu que je te dise... Pense ce que tu veux, mais cela ne changera pas un brin mon ressentit.

Ouuuuuuuuh ! Cent siècle avant la première dynastie égyptienne ? Sumer ? Réellement ? 10 000 avant les débuts de l'ère égyptienne ? C'est un peu beau coup non ? Je pense que tu voulais dire plutôt 10 siècles, 1 000 ans quoi !
Bref, oui c'est vrai ! Comme je conte l'histoire d'un humain ayant réellement existé, c'est vrai que cela à son importance. Non, sincèrement, tu es sûr qu'il faut s'arrêter là dessus ? Parce que, entre nous, il s'agit d'un récit de fiction parlant d'un oiseau fabuleux anthropomorphe nommé Aosaginohi. Et qu'on est justement pas en pleine mythologie, je suis désolé ! Là; les dieux sont réels, ils côtoient vraiment les êtres qui les vénèrent ! Ce ne sont pas des mythes créés par les humains pour donner corps à leurs spiritualités ! Alors, et tu seras sûrement d'accord avec moi, si Rê/Hélios existait il y a cinq milles ans pour côtoyer Golden Emerald, il existait aussi il y a six milles ans pour côtoyer Aosaginohi, non ? Parce que, encore une fois, je n'écris pas un bouquin de mythologie, j'écris une fiction !

Et encore une fois, c'est toi qui voit ça comme assemblé de bric et de broc, je te l'ai démontré plus haut ! Tant qu'a mes billets hors fiction comme tu le dis, je suis étonné de voir que tu as eut le temps de les voir car ils sont restés bien peu de temps sur le site. En effet, j'avais fait une article pour expliquer mes inspirations au niveau mythologique. Mais encore une fois, étant donné que cela n'a produit de réactions qu'au sein des grincheux et que personne d'autre ne s'est manifesté, alors je l'ai jugé non pertinent, que personne ne s'intéressait à tout cela et je l'ai viré. Néanmoins, je suis toujours prêts à répondre aux questions. Mais encore une fois, ça n'a pas l'air d'intéresser grand monde.

J'insiste sur le lien entre Aosaginohi et le monde des morts ? Et ban, encore une exagération ! Combien de fois est-ce que j'en parle ? Une fois ! Une seule et petite fois où je précise que les bennus, de par nature, sont des psychopompes, et Aosaginohi le premier, et que la mort est considérée comme 'la grande nuit', ce qui colle bien avec son rôle de serviteur de Nyx, juste pour dire qu'ils ont déjà, de par nature, une sorte de lien indirect avec la déesse. Et puis j'en parle plus. Donc, c'était pas la peine de dégainer ton fusil, de Chekov ou pas.

Oui, je m'en accuse, j'ai un peu beaucoup abusé sur la description du bureau de Moon Wind, j'aurai du faire plus sobre.

Euh, ce monstre, au cas où tu l'aurais pas compris, c'est celui que sert Epona. Et je pense pas qu'il soit en mesure de le tuer à lui tout seul, ni qu'il dispose d'une armée suffisamment puissante pour cela. J'aurai pu mieux exprimer cela, c'est vrai. Et quand on voit l’ampleur de l'armée rassemblée par Golden Emerald pour affronter seulement (si j'ose dire) Epona et son armée, on peut penser que personne n'a encore le niveau pour cela. Qui plus est, j'ai montré qu'il est assez peu sûr de lui même, et même si ça s'améliore lors de son départ, ça reste tout de même présent. Mais il est vrai que j'aurai peut être du plus développer la puissance du monstre. Néanmoins, le flou à son sujet est pleinement volontaire, je ne veux pas trop en dire.

Encore une fois, je sais pas ce qui vous fait tiquer par rapport ai lien avec MLP, sincèrement ? C'est pas pour dire, parce qu'au final, ça commence un peu beaucoup à devenir gonflant ! Je raconte le passé lointain d'Equestria, point barre. Je vois pas où est le problème. Venir dire que le seul lien c'est les babioles comme le Cœur de Cristal, franchement, c'est vraiment exagéré. Je n'en dirai pas plus parce qu'à ce niveau là, ça tiens plus pour moi de l'aveuglement et de l'obstination qu'autre chose. Voire pire, mais je ne veux pas préjuger...

L'origine des humains en Equestria. Et bien, je suis au moins satisfait de voir que tu cherches à connaître le pourquoi du comment, c'est très bien ! ^^ Néanmoins, chaque chose en son temps ! Je le dis et surtout, je le re re dis, cette fic n'est rien d'autre qu'un méga prologue, une sorte de super introduction présentant certains éléments. Il y a des réponses, mais aussi beaucoup de questions. Et c'est ça le jeu. Mais encore une fois, cette fic n'est pas une fin en soit, elle ne présente que l'origine des autres. Les fics qui suivront ne seront que les suites de celles-ci, et les réponses, dont celle concernant les êtres humains, viendront au fur et à mesure, faut juste se montrer patient.
Après, tu peux m'envoyer chier en me disant qu'on s'en fou et qu'on veut savoir maintenant (à l'image de quelqu'un m'ayant laisser ce genre de post, faisant au passage bien mentir son pseudo XD). Oui, tu peux... mais tu sauras pas quand même ! ^^

Un galop d'essai cette fic ? Certes, mais je dirais mieux, juste une première (j'ai toutefois bien compris le jeu de mot ^^). Une première poney, car j'avais déjà pondu plusieurs fic mais pour un univers totalement différent de MLP. Mais ça remontait à loin, il fallait que je me rejette à l'eau. Ensuite, cet aspect que tu décris comme 'brouillon' provient du fait que chacune des trois parties pourraient se suffirent en elles même. Mais comme elles traitent toutes du passé lointain d'Equestria, j'ai préféré les compiler dans un recueil d'histoire. Peut être que cela donne une image désordonnée, certes, c'est fort possible. Mais je ne renie absolument pas ce choix plutôt que d'avoir fait trois fics différentes.

Pour finir, je veux revenir sur ce qui m'a le plus marqué dans cet échange, c'est le ton courtois de ton post. Tu n'as pas idée à quel point ça change tout ! Dans ces conditions là, je suis prêt à discuter de tout et d'y mettre le temps comme tu vois. Faut juste une ch'tite auto-critique sur soit même (qu'on doit tous faire, moi le premier) et après tout baigne. Je te remercie encore pour ta critique très détaillée et dénuée de tous sous-entendus assassins. Passe une bonne journée et à la prochaine. ^^

PS Tu jetteras sans doute un coup d’œil sur l'épilogue pour voir si la fin est bien ?... Et c'est toi qui me reproches de pas aller au bout des choses ? C'pas bien, t'as commencé, tu te dois de finir ! ^^
Et en plus, toi qui es avide de réponses, tu vas en avoir plusieurs dedans... mais bon, après c'est toi qui vois ! XD
Modifié · Il y a 4 jours · Répondre
BroNie
BroNie : #50023
Phénix, une chose que je me devais de faire c'était de te féliciter pour être allé jusqu'au bout.

Ce site compte trop de fanfics qui sont abandonnées en cours de route, quand bien même elles ont un public et une certaine histoire, et il est trop courant de les voir mourir après quelques timides mises à jour de mille mots tous les dix mois. Ici, ce n'est pas le cas, l'écho du passé est arrivé à son terme, et je devais donc saluer ta détermination d'être allé jusqu'au bout du processus.

Je ne pense surprendre personne en disant que j'étais plus que dubitatif devant la première partie de ta fic, nos échanges le rappellent. Mais je voulais aller moi aussi jusqu'au bout, voir sur quelles bases tu faisais reposer toute ta mythologie. Le terme est d'autant mieux choisi que tu fais des récits à rebours.

Cette troisième partie est hélas à mon sens très révélatrice du tout dont elle fait partie. C'est essentiellement confus, et on comprend mal où tu veux en venir.

Je vais détailler quelque peu : si on épure, quel est le postulat de base ? Qu'un phénix bleu (j'imagine qu'il s'agit ici là plus d'un clin d'oeil très appuyé qu'une forme de self insert) nommé Aosaginohi, serviteur de Ré et ambassadeur de Nyx, il est convoqué par cette dernière au Djebel Toubkal afin de recevoir sa mission.

Si je m'amusais à réécrire cette phrase en termes équivalents, l'on pourrait dire qu'un oiseau mythologique nommé Alicanto, serviteur d'Arinna et ambassadeur de Hine-nui-te-po est convoqué par cette dernière au Mont Blanc afin de recevoir sa mission. On voit de fait le souci de cette association maladroite d'éléments mythologiques épars, sans unité de logique.

Pourtant, je n'ai construit cet exemple sur l'empilement de légendes respectivement chiliennes, hittites, maoris et d'un lieu géographique alpin ; tout comme tu empiles des légendes respectivement japonaises, égyptiennes, grecques et un lieu géographique marocain.

Je passerais aussi sur les difficultés que j'imagine à servir Ré mille ans avant qu'il ne soit désigné sous ce nom par ses adorateurs (si nous considérons que ce chapitre se passe six mille ans avant l'ère de Twilight, que je considère être la notre pour d'évidentes raisons, alors le chapitre se place en moins quatre mille, à l'ère de Sumer, cent siècles avant la première dynastie égyptienne) pour souligner que je ne pointe pas du doigt des détails mineurs. Ce n'est pas qu'une simple toile de fond que tu nous proposes, mais un monde où tout est lié à ces dieux, et à cette mythologie. Tu avais d'ailleurs fait des articles pour présenter cette dernière aux lecteurs avant même la publication du prologue. Si cette mythologie nécessitait des billets hors fiction, alors elle est importante, et si elle est importante, elle doit être travaillée plus qu'assemblée de bric et de broc en tout cas.

Tu veux tellement en faire, tellement en rajouter que tu boursoufles ton récit, le gonflant d'excroissances qui ne sont jamais traitées. Tu insistes tellement sur le lien entre ton héros et le monde des morts que l'on s'attend à quelque chose en lien avec ce pouvoir. Mais tu n'en fais rien, violant ainsi la règle du fusil de Chekov. Si tu fais un gros plan sur un fusil, on s'attend à ce que ce fusil serve plus tard, sinon, mettre l'accent dessus n'aura servi à rien.

Dans le même ordre d'idée, était-ce bien nécessaire de passer quatorze lignes à nous décrire le bureau du personnage et l'agencement de ses fenêtres ? Je sais que Zola se plaisait à décrire le moindre détail, mais rassure moi, toi tu n'es quand même pas payé à la ligne ?

On peut aussi se demander, alors que le héros a passé près d'un siècle à surveiller le monstre, pourquoi les événements se précipitent tout à coup, et pourquoi aucune action n'est entreprise contre lui. Personne n'essaye de le tuer ou bien de sceller son repaire, non, tout le monde se met en stase (ce qui en passant, avec le monstre qui attend qu'une déesse immortelle l'oublie, risque de durer jusqu'à la sortie en boite de Half Life III). Certes c'est logique et cohérent avec la suite des événements, mais dur à avaler au moment t.

Les artefacts me semblent être l'unique lien avec MLP, et là encore, j'ai plus l'impression que l'Echo du Passé est un récit original sur lequel on a apposé l'étiquette poney pour y faire entrer un ou deux éléments (et non pas six.Vous l'avez ?) au forceps pour ponyfier le tout. Je reste persuadé qu'expurgé de ces détails MLP, l'Echo du Passé ferait un récit de fantasy bien plus acceptable.

On ne sait toujours pas comment des humains peuvent exister dans ton récit d'ailleurs. Je comptais sur cette dernière partie pour nous l'apprendre, puisque étant un récit à rebours, on se devait de remonter vers des bases de plus en plus solides, mais non. Certes, on nous explique vaguement que Nyx est en mesure d'assurer la liaison entre les mondes, alors peut-être que dans le futur, tous les humains sont devenus ses ambassadeurs ? Ou bien ont trouvé une porte des étoiles, ce serait tout aussi cohérent au point où l'on en est.

Pour résumer, si je devais concentrer mon jugement global, sur ce chapitre et au delà, sur le récit, ce serait « brouillon ». Y a des idées, c'est sûr. Mais elles sont maladroitement exécutées, et donnent bien davantage un gloubi-boulga mythologique qu'un récit épique. Je suis néanmoins persuadé que cette première fic était un galop d'essai (c'est sur les poneys...vous l'avez?) et que tu feras mieux la prochaine fois, comme nous tous.

Quiqu'il en soit, au delà de mes critiques, je tenais encore une fois à te féliciter pour être allé jusqu'à l'achèvement, et sans nécessairement commenter car je pense avoir dit à peu près tout ce que je pensais de ta fic ici, je jetterais sans doute un œil sur l'épilogue pour voir si la fin est bien.




Hasta la Révolucion Siempre.

Adelante para la victoria final.

Bro.
Modifié · Il y a 1 semaine · Répondre

Nouveau message privé