Skyphony

Une fiction écrite par Raincloud.

Chapitre 6 - Au diapason

Liberty Hope filait à travers les rues de Ponyville. Elle explorait chaque angle et chaque place, d'un regard rapide et attentif, sans jamais s'arrêter de voler, battant frénétiquement des ailes à la manière du colibri qui l'accompagnait.
Souvent elle croisait au détour d'une rue un groupe d'oiseaux carnassiers, trop lointains pour qu'ils se décident à la poursuivre, mais trop proches pour éviter le frisson devant leurs yeux vert fluo impassibles. Les seules fois où Liberty se permettait de ralentir la cadence, c'était pour passer un sabot autour du cou d'une petite pégase et essuyer avec l'autre les larmes qui coulaient de ses délicats yeux empreints de peurs et de chagrins.

Liberty parvenait à presser la petite, sans jamais quitter ce sourire tendre qui lui accordait la confiance immédiate de celle qu'elle venait de sauver de l'attaque d'une Sentinaile solitaire.
Après encore un certain temps de vol, la pouliche, encouragée par les mots doux de Liberty et les cris d'entrain d'Hummingway vit apparaître au-dessus des toits ce qui met du baume au cœur à toutes les pégasounettes : un bon gros château de princesse plein de paillettes.
Liberty sourit encore plus en voyant les pupilles dilatées de la pégase et rejoint finalement sa destination. Elle se posa sur la rambarde d'une des plus hautes tours cristallines du palais de Twilight.

Il y avait là une bonne dizaine de petits poneys du même âge et, en plein milieu de ce groupe, une tortue terrestre qui s'amusait à frapper un tambourin maintenu dans la bouche pleine de bave d'un petit alligator.

D'un mouvement d'aile, Liberty invita la nouvelle arrivante à prendre place dans la Pinkie-Machine. Le système étant le suivant : posez l'enfant triste sur votre crinière rebondie, faites le descendre comme un toboggan le long de votre dos (toujours flanqué d'habits bohémiens) et utilisez votre queue pour jeter le petit dans les airs avant de le rattraper dans votre bras pour lui faire une grimace très recherchée. Vous obtiendrez mécaniquement un enfant joyeux.

Et pendant que Pinkie Pie se chargeait de l'animation, Liberty se tourna vers Rainbow Dash, accoudée à la rambarde, l'oeil planté dans un vieux télescope.
« J'ai fait plusieurs fois le tour de la ville, il n'y a plus personne dehors. Espérons que les autres habitants sont bien barricadés, j'ai l'impression qu'ils n'en veulent pas qu'aux enfants...
- Faut avouer qu'ils sont pas hyper tenaces, hein, répondit Rainbow. Ils ne s'approchent même pas du château...
- Ils savent qu'ils ont peu de chances. Mais à plusieurs contre un poney seul, ils sont redoutables.
- Quel intérêt à enlever des poneys et les faire disparaître à jamais ? demanda Pinkie Pie tout en jonglant avec des figurines de Twilight et Spike pour le plus grand bonheur des petits. Oh, peut-être que c'est leur seule raison de vivre et que s'ils n'enlèvent pas des poneys, ils meurent seuls dans une caverne sombre ! Oh, c'est tellement triste !
- Tu m'excuseras si je n'ai pas trop envie de les plaindre... » grinça Rainbow.

Sur ce, une jeune mère pégase déboula dans l'escalier menant à la tour. Elle parcouru des yeux le petit groupe puis, lorsqu'elle tomba sur celle que Liberty venait de ramener, elle poussa un cri de soulagement et ouvrit grand ses bras, toute émue. La petite pouliche bondit pour se blottir entre les ailes de sa mère, partageant une tendresse désarmante. La maman offrit à Rainbow, Liberty et Pinkie un regard de gratitude profonde. Les trois membres du nouvel escadron subsonique lui rendirent un sourire en faisant tomber leurs lunettes de vol (jusqu'alors bien fixées dans leurs crinières) sur leurs yeux, de façon parfaitement synchrones.

Puis la mère descendit les escaliers avec sa fille, suivie par le groupe de poulains et les animaux. Les autres adultes fermaient la marche, en discutant à voix basse.
« Je vais être honnête, dit Liberty en fermant la porte menant à la tour, j'ai peur pour votre ville. J'ai... l'impression que les Sentinailes ne sont pas venues seules... j'ai cru voir et entendre parler d'alicornes de glace bien plus farouches qui auraient le même but... une véritable armée qui expliquerait pourquoi les Sentinailes ne sont que des sentinelles...
- Des alicornes de glace patibulaires ? dit Pinkie. Ice Arrow est tombé dans l'Étang du Miroir ?
- L'un de ces monstres est probablement celui qui s'est échappé du rayon poupre, dit Rainbow en ignorant Pinkie. Pourquoi est-ce qu'il ne vient pas assiéger le château en revendiquant le contrôle de la planète entière et qu'il ne nous explique pas son plan avec un rire maléfique comme tous les autres méchants ? »
En parlant, ils débouchèrent dans un immense hall entièrement creusé dans le cristal.

Le palais était grand, bien plus grand qu'il ne le paraissait de l'extérieur, et il y a avait sûrement de la place pour toute la ville s'il le fallait. La promiscuité des poneys leur permettaient de se réchauffer, car les murs étaient glacés et le sol pas moins frigorifique. Les petits poulains rejoignirent leurs parents respectifs dans cet amas de figures, le plus souvent inquiètes, parfois agacées : à l'exemple de cet âne qui grognait de tout son cœur lorsque n'importe qui le bousculait ou de ce couple de poneys riches importunés par une agaçante pégase qui voulait leur faire goûter des muffins.

Les trois poneys de l'escadron traversèrent le couloir pour s'approcher des portes principales. Dans l'entrée, ils trouvèrent Rarity en train d'admirer les lunettes de vol qui trônaient si bien sur le museau parfait de son reflet cristallin sur le mur.
« Rarity, des nouvelles du front ? demanda Rainbow avec une voix de général des armées.
- Plaît-il ? répliqua Rarity avec un étonnement certain.
- Des nouvelles d'Applejack ?
- Oh, oui ! Il n'y a plus que ces abjects oiseaux dans les rues maintenant, mais elle a dû sortir pour récupérer un poney qui s'est échappé du palais.
- Quoi ? Qui est encore assez fou pour se jeter dans la gueule du loup ? »

C'est à ce moment qu'une grande ruade ouvrit les portes du palais, laissant s'engouffrer un froid considérable. Applejack entra paniquée en poussant un vieux poney à la robe vert claire qui tomba au sol. Elle hurla :
« La porte, vite !! »
Rarity et Rainbow, en voyant une poignée de Sentinailes foncer vers la brèche qu'ils avaient ouverte vers l'extérieur, s'empressèrent de fermer les portes et de les bloquer avec tout ce qu'ils trouvèrent.

Applejack remonta sur sa crinière ses lunettes de vol complètement givrées. Avant même qu'elle ne dise un mot, elle se prit une tape derrière l’oreille : le poney qu’elle venait de sauver s’écria :
« Qu'est-ce que c'était que ça, Applejack ? N'as-tu plus aucun respect pour tes ainés ?
- Granny, pour la dernière fois, tu n'peux pas retourner à la ferme ! rétorqua AJ.
- Je vais à la ferme si je veux ! Tu crois que c'est une bande de piafs qui va m'empêcher de faire mon boulot ? Je les prends tous un par un s'il le faut ! T’as déjà oublié qui a vaincu une armée de brancheloups à sabots nus ?
- Euh, justement Granny, dit Rainbow en la poussant vers le groupe, on a pas envie qu’il arrive quelque chose à une aussi valeureuse guerrière, hein, puisqu’ils risquent de se mettre à plusieurs pour essayer - je dis bien essayer - de vous vaincre.
- Pffft ! Tant pis pour vous ! s’écria Granny comme si elle proférait une malédiction. Les tourtes que j’ai mis à cuire seront brûlées ou alors ce seront ces maudits piafs qui les mangeront, ce sera bien fait, là ! »

Alors que Granny s’éloignait avec un regard noir pour aller sermonner un autre individu, Applejack se tourna inquiète vers Rainbow.
« Ils attaquent lorsqu’on sort, mais y en a de moins en moins, ça m’fait encore plus peur que lorsqu'y en avait plein...
- Peut-être qu'ils préparent quelque chose. Il faudrait qu'on observe un peu leurs mouvements...
- C'est déjà fait. » lança une double-voix non loin d'eux.

S'étant frayés un chemin à travers la foule, voilà Apple Bloom et Sweetie Belle, l'air éminemment sérieux, qui s'approchaient d'eux.
« Vous êtes en train de me dire que vous guettez ces oiseaux depuis tout à l'heure ? questionna RD.
- Faut bien qu'on serve à quelque chose ! répliqua Sweetie Belle.
- Nom d'une botte de foin, ne m'dîtes pas que vous êtes sortis du château pour les observer d'plus près ! grogna AJ.
- C'est du reportage d'investigation ! rétorqua sa sœur.
- Et puis on cherche toujours Gaïa et Scootaloo... ajouta tristement Sweetie.
- Je... suis sûre qu'elles vont bien, dit Rainbow légèrement fébrile en entendant parler de sa petite protégée. Scootaloo ne se laisse pas marcher comme ça sur les sabots... n'est-ce pas ?
- Avez-vous tiré des conclusions de ce que vous avez vu ? demanda Liberty concentrée sur le sujet principal.
- Ben, pour commencer, dit Sweetie, ils n'essayent plus de forcer des maisons pour équidnapper des poulains. La plupart du temps, ils restent plantés à observer le moindre mouvement comme des... sentinailes...
- Ils diminuent à vue d’œil, dit AB, par contre la neige n'en finit par de tomber...
- Oui, la neige et la glace, continua Sweetie Belle, comment vous dire... c'est en train de dépasser les limites de la ville.
- Est-ce que ça veut dire qu'vous êtes allé jusqu'aux limites de la ville ?! tonna AJ.
- Sérieusement ? répliqua sa soeur. On te dit que les monstres ne comptent pas s'arrêter à Ponyville et tu t'attardes sur le détail insignifiant qu'on a plus d'esprit d'investigation que toi ?
- Oh oh, s'exclama Pinkie Pie, ça veut dire une nouvelle menace sur Equestria ?
- C'est encore plus grave que ce que je pensais, marmonna Liberty. Il vous faut des secours.
- Ouais, c'est sûr, affirma Rainbow Dash. Et qui dit danger pour tout le royaume...
- ... dit prévenir directement Canterlot ! compléta Rarity. D'autant plus qu'elle est la grande ville la plus proche. »

Silence persistant dans la conversation. Apple Bloom vint le briser :
« Hem... vous pensez... qu'ils seront de taille à attaquer Canterlot ?
- Moi j'pense pas, sugarcube, répondit Applejack un peu perturbée. Mais apparemment, eux, ils le pensent...
- Si on prévient la princesse Celestia, non seulement elle renforcera la protection de la capitale, mais elle nous enverra aussi des soldats pour libérer Ponyville, résuma Rainbow.
- En plus, Twilight aura des idées pour nous sauver ! ajouta Pinkie enthousiaste.
- Hé ! Je viens d'en avoir une ! grinça la pégase.
- Mais Spike n'est pas avec nous, fit remarquer Rarity. Et la poste est prise par la glace. Nous n'avons absolument aucun moyen d'envoyer un message d'urgence à la princesse ! »

Rainbow Dash fit quelques pas dans la pièce, se tourna dos à ses congénères. Elle aurait voulu s'envoler, elle réfléchissait beaucoup mieux en volant, mais là c'était... bref, elle entrechoqua ses sabots, elle venait d'avoir une nouvelle idée.
« Voici la première mission de l'escadron subsonique. Nous devons aller prévenir la princesse au palais, pour sauver Ponyville, Canterlot, et peut-être l'avenir d'Equestria !
- Wow, épique... balbutia Pinkie Pie.
- Bien sûr que c'est épique ! Si ça ne l'était pas, ce ne serait pas une mission de l'escadron. Alors vous êtes partants ? »

Rarity, Pinkie Pie, Liberty Hope et même Sweetie Belle et Apple Bloom qui n'étaient pas dans l'escadron hochèrent la tête avec un sourire. Rainbow leur rendit le sourire, en pensant à comment ils allaient expliquer à Jetstream et surtout Fluttershy qu'ils allaient braver une tempête d'oiseaux et d'alicornes mortels pour sauver le monde.

Mais Applejack, elle, fit un pas en avant, ferme et décidée.
« Ponyville est liée à la vie de ma famille, et ma vie est liée à Ponyville. Je n'ai pas du tout envie de la quitter alors qu'elle est attaquée. Ton idée n'est pas mauvaise, Rainbow Dash, mais je crois que quelques-uns des Éléments d'Harmonie doivent se tenir prêts à défendre le château. »
Apple Bloom exprima un regard déçue car obligée (par un regard très insistant) de rester avec sa sœur. Cette dernière lui frotta la crinière.
« L'escadron subsonique est une bande de pégase à la base, non ? Un terrestre n'a rien à y faire, hum ? »
En disant cela, Applejack fixa Pinkie Pie avec insistance. Voyant qu'elle ne lui renvoyait qu'un grand sourire amical, elle finit par se faire à l'idée qu'elle allait être la seule à rester...

C'est alors qu'un museau brun émergea de la masse de poneys. La mairesse qui avait écouté la conversation glissa doucement au milieu du groupe, en piétinant sur place d'angoisse.
« Un... problème, madame le Maire ? demanda Rarity.
- Je ne suis pas contre une équipe de sauvetage, mais la protection de nos concitoyens est une priorité. Si l'une d'entre vous avait assez de pouvoir pour générer une sorte de bouclier magique, la ville vous en serait gré. »

Brusquement, tous les poneys de l'escadron, et la quasi-entièreté de la ville amassée dans le couloir, qui n'avaient entendu que cette phrase, tournèrent leur regard insistant vers un même point, vers une même idée : vers Rarity.
« Quoi ? Moi ? Vous êtes folles, je ne veux pas avoir le destin entier de la ville entre mes sabots !
- Rarity, s'écria Applejack. En l'absence de Twilight, tu es la licorne la plus douée de Ponyville !
- C'est faux ! Il y a aussi, euh... Pumpkin Cake ! »

Un silence suivit cette déclaration. Rainbow restait figée.
« Sérieusement ? »

Rarity fit la moue et poussa un petit cri aigu. Ce n'était certainement pas l'idée de protéger Ponyville qui embêtait vraiment Rarity, mais plutôt celle d'imiter Applejack, qui était en train de retirer ses lunettes de vol et de les placer dans le sabot de Rainbow :
« Si vous trouvez un autre candidat, je pense qu'il en aura plus besoin que nous... »
Rainbow hocha la tête, puis se tourna vers Rarity.
En vérité, toute la salle était toujours tournée vers Rarity.
« Tu peux les garder si tu veux... dit Rainbow compatissante.
- Non... non... ça va... balbutia la licorne en les retirant délicatement de son museau. Elles iront mieux à Twilight de toute façon. »

Elle les déposa dans les sabots de RD, puis posa un sabot sur son front et s'enfuit en courant dans un torrent de larmes : l'ensemble des poneys la regardèrent traverser le couloir en sanglots et se barricader dans une chambre.
« Vous êtes sûres qu'elle est prête à nous protéger là ? demanda la mairesse après un silence.
- Rainbow, tu devrais partir avant qu'elle ne change d'avis... conseilla Applejack. Et je te rappelle que tu peux pas voler alors soit prudente.
- Je serais pas prudente, répondit Rainbow. Je serais... comment dire...
- Géniale ? compléta AJ blasée.
- Exactement !
- Je t'en prie, passe devant, Dashie, demanda Liberty. Il faut qu'on face un détour pour récupérer Jetstream... »

Rainbow s'arrêta un instant et leva un sourcil. Liberty se justifia immédiatement :
« Il est athlétique et rapide, d'un point de vue parfaitement scientifique, tu auras besoin de lui dans ton escadron ! »
Et elle s'envola rapidement à la recherche de la meilleure sortie, sous les yeux intrigués de Rainbow.

Soudain, un cri rauque s'éleva au milieu de la foule :
« Qu'est-ce que j'entends, Applejack ! Tes amies ont le droit de sortir et pas moi ? Ouh, je peux te dire que ça va barder !
- Bon, j'crois que nos chemins se séparent, dit mollement Applejack alors que Granny avançait dangereusement vers elle. Je vous souhaite bonne chance à toutes ! On compte sur vous !
- Ne t'inquiètes pas Applejack ! dit Pinkie en la saluant du sabot. On sauvera le monde avant que tu aies eu le temps de te poser des questions existencielles sur ton passé ! »
Et elle s'enfuit en courant avec Rainbow, laissant une Applejack circonspecte.

Celle-ci de retourna simplement pour aperçevoir le déambulateur de Granny Smith qui s'apprêtait à lui tomber dessus...
« Je savais que j'aurais pas dû suivre cet arc-en-ciel quand j'étais petite... »


**************************************************

Complexe Pegasus, un peu plus tôt.
La succursale de Cloudsdale, chargée de contrôler météo à Ponyville avait été, en l'espace de quelques heures, complètement abandonnée. Les couloirs étaient désormais déserts, froids et sombres, équipés de la seule petite loupiote grésillante qu'on retrouve dans tout film d'horreur qui se respecte. Les derniers pégases avaient quittés ce cimetière lugubre après l'injonction prononcé par Fluttershy et Jetstream voilà maintenant un certain temps.

Utilisant le dispositif radiophonique unique de la station, ils avaient en effet alerté toute la ville. Et le message d'urgence eut l'effet escompté à l'extérieur.

Mais la plupart des salles du complexe étaient insonorisées et dépourvues de hauts-parleurs : ce qui obligea ces deux âmes en peine à explorer ce tombeau maudit, pour le plus grand effroi de Fluttershy, à la recherche de, non pas quelque momie, mais quelque pégase un peu bouché qui n'aura pas entendu l'alerte.

Inutile de dire que c'est Jet qui menait la marche, d'un air assuré lorsqu'il regardait Fluttershy et d'air très soucieux lorsqu'il regardait devant lui. La pégase scrutait activement tous les côtés, la lampe torche coincée dans son aile était déjà toute moite.
Ils avaient déjà traversé l'ensemble des couloirs, ouvert toutes les portes et aidé tous les retardataires. Et pas une seule Sentinaile ne leur barrât la route, et c'était bien ce qui était le plus effrayant...

Jetstream ouvrit avec un grincement sinistre ce qui devait être la dernière salle aux dires de Fluttershy. Il balayait furtivement la scène du regard, y aperçu une autre porte plus petite, des étagères pleines de boule à neige et un tas de matelas entassés dans un coin. Puis il attendit patiemment que Fluttershy vienne se blottir contre lui, en mordillant le bout de sa torche.

Ils restèrent un moment comme ça, dans le noir. Puis soudainement, Jet recula, alluma l'interrupteur de la salle et se posta face à Fluttershy.
« Bon, Flutter-chan, c'est peut-être pas le time mais vu que tu te frottes à moi depuis tout à l'heure, j'aimerais mettre les choses au clair ! »
La pégase resta figée dans l'incompréhension, éteignant discrètement sa torche.
« Je... commença Jet comme s'il avait du mal à parler. Je... je n'ai plus aucun, aucun, sentiment pour toi, ok ? C'était une love-story de quelques jours. J'ai jamais voulu que ça aille loin entre nous ! Je suis raide dingue de Liberty, capiche ? »
Les lèvres de Fluttershy commencèrent à se mouvoir, balbutiant quelque chose d'inaudible. Puis elle dit de sa voix la plus douce possible :
« Jet... il faut que je te dise un truc...
- Oh mamma mia, Flutter-chan, dit Jet affolé. Fais attention à ce que tu vas dire ! »
Fluttershy hésita un moment. Elle mordit les lèvres et ferma les yeux avant de déclarer dans un cri étouffé :
« J'ai jamais vraiment été amoureuse de toi... »
Jet ouvrit grand les yeux, perplexe.
« Quoi ?
- Tu étais populaire, fort, protecteur... tout ce dont je rêvais à l'époque, c'est sûr... mais je me rends compte aujourd'hui que c'était pas vraiment de l'amour... mais un besoin de protection... je suis désolée... »

Jet resta un moment dubitatif, comme perturbé qu'une jument puisse ne pas être amoureuse de lui. Il se retourna finalement et prit un air décontracté.
« Well, tant mieux, c'est cool. Ça facilite les choses...
- Tu es sûr ? dit-elle en rouvrant les yeux. J'ai l'étrange impression que ça t'aurais fait plaisir que je dise le contraire...
- Oh... dit Jet soudainement gêné. That's, hem... j'avoue que j'ai pensé un instant que nous remettre ensemble réglerait mon problème avec Liberty...
- Sauf que tu as dit toi-même que tu étais raide dingue d'elle. Ce qui veux dire que la solution à ton problème n'est pas moi... mais c'est toi et rien d'autre que toi...
- Oh my... à quel moment est-ce que t'es devenue aussi directe, Flutter-chan ? soupira Jet en s'étalant au milieu du tas de matelas.

Il se releva brusquement avec une expression terrorisée, et Fluttershy poussa un cri : les matelas se mirent à bouger comme s'ils abritaient un monstre. Puis émergea de la masse matelassée une créature volante à la crinière brune qui arracha un autre cri à Fluttershy : cette dernière bondit pour se retrouver dans les bras de Jetstream.

La créature, qui n'était rien de plus qu'une pégase, dévisageait ses deux congénères, tandis que d'autres poneys volants émergeaient de derrière la barrière rembourrée.

« Fluttershy ? dit-elle avec un mélange d'interrogation et d'affolement.
- Oh ! Russet Sugar... et... des pégases... »
Elle s'extirpa alors des bras de Jetstream et se recoiffa timidement, sous le regard ennuyé du seigneur des cieux.

C'est lui qui engagea les présentations puis invita le groupe de pégases à expliquer comment ils en étaient venus à se calfeutrer ici. Ils répondirent en parlant d'oiseaux menaçants, de froid intense, de Rumble, de Thunderlane et d'alicornes des neiges aux pouvoirs suréquestres, tous les ingrédients nécessaires pour forcer Fluttershy à se dissimuler derrière Jetstream.

Celui-ci réagit à la dernière phrase prononcée, avec une certaine méfiance :
« Ok, je veux bien qu'on panique, genre apocalypse now et tutti quanti, mais les alicornes fantômes de glace ? Vous auriez pas le cerveau un poil givré des fois ?
- Euh... faut avouer que c'est difficile à croire, répondit un des pégases.
- Ouais, et on les a pas vu de nos yeux...
- Mais l'une d'entre nous les a affronté, ajouta Russet, et... elle a failli ne pas s'en tirer... »

Elle se tourna vers Fluttershy :
« C'est Flybeline... »
Et elle se tourna vers Jetstream :
« C'est la nièce de la princesse... »
Fluttershy se tourna alors vers Jetstream et Jestream se tourna vers Fluttershy. Ils soufflèrent au même moment :
« On est fichus... »
Puis Jet se tourna à nouveau vers Russet :
« On pourrait parler à cette bambina en priant pour que tout ça vienne de son imagination ? »
Et Russet se tourna vers la porte du fond :
« C'est un dortoir à côté, on lui a dit de se reposer vu son état...
- Flybeline, se reposer ? Ça m'a tout l'air d'un exploit... dit Fluttershy analysant la porte en bois avec ses yeux fuyants en inquiétude permanente.
- J'ai une certaine autorité parentale ! répondit Russet avec un sourire. Un sabot de fer dans un gant de velours, aucune adolescente n'oserait s'y opposer ! Je vais la réveiller... »

Elle se dirigea vers la porte et essaya de l'ouvrir, tandis que Jet et Fluttershy se regardaient avec un certain doute. La pégase brune constata avec un début d'angoisse que la porte était en fait minutieusement bloquée. Jet s'avança alors avec sérieux, et d'un coup de ruade arrière, il enfonça la porte. Russet s'engouffra en vitesse, juste derrière la chaise volante qui bloquait la poignée une seconde plus tôt.

La pégase resta plantée devant la fenêtre, qui était grande ouverte. Elle vit juste à côté un gros smiley accompagné d'un petit « désolé » dessiné en brûlure de papier peint sur le mur. Après quelques secondes de pudique retenue, elle fini par exploser :
« SALETÉS DE GOSSES !! »

Les autres pégases qui suivirent comprirent rapidement la situation :
« Si j'ai bien compris, Flybeline est maintenant seule, blessée, dans un froid intense et exposée à un danger qui n'est pas moins intense ? bafouilla Fluttershy au bord des larmes.
- C'est si gentil à toi de te porter volontaire pour aller la sauver, Flutter-chan ! dit Jet déjà sur le bord de la fenêtre.
- Je veux ma maman... gémit la pégase en cachant son visage dans ses sabots.
- Se?orita, commença Jet à l'adresse de Russet, on va vous escorter jusqu'au castle puis on partira à la chasse aux alicornes. Fear not, vous me faites confiance ?
- Et vous êtes qui, vous, d'abord ? » demanda simplement Russet.

Jet, qui devait attendre cette occasion depuis un moment, posa son sabot sur les lèvres de la pégase avec un sourire radieux. Puis il fit tomber ses lunettes subsoniques devant ses yeux et se recoiffa en secouant la tête d'un air branché.
Il décrocha son plus grand sourire et sa voix la plus grave :
« I'm Batman ! »
Il étendit ses ailes et se laissa tomber en arrière, avant de faire un looping et disparaître derrière les nuages d'une façon épique. Avant de le suivre, le reste des pégases ne purent s'empêcher de partager un regard interloqué...


**************************************************

Alentours du Château de Twilight.
Les rues étaient maintenant affreusement calmes. Les Sentinailes en ville campaient sur leurs positions, mais gardaient un œil sur tout ce qu'il se passait autour, attendant peut-être les ordres de leur chef. Une bonne moitié de ces troupes en perpétuel renouvellement, et parmi eux les quelques alicornes fantômes, se dirigeait en fait vers le nord-est, vers les montagnes, vers Canterlot.

Fluttershy volait avec inquiétude, consciente qu'une Sentinaile isolée pouvait à tout moment décider de se jeter sur elle : qui sait ce qui passait vraiment dans la tête de ces oiseaux ? Elle était heureusement entourée du groupe secouru quelques minutes plus tôt, le moral quelque peu abattu par la perte de l'une des leurs. Ce n'était pas encore le souci de Jetsteam qui volait sur le dos devant elles. Et il narrait sa vie épique à ce groupe des pégases qu'il avait réussi à fasciner en un tour de sabot, et elle suivaient presque toutes aveuglément comme des moustiques attirés par la lumière le seigneur des cieux.

Sauf qu'on ne peut pas et être éblouissant et regarder devant soi. C'est donc tout naturellement que Jet se cogna en marche arrière dans un autre pégase, très pressée, volant en sens inverse, juste au milieu d'une blague spirituelle prête à faire craquer toutes les juments.
Bousculé, il tomba à la renverse dans les bras de ses nouvelles conquêtes aux yeux et à la voix empreints de surprise et d'admiration. Jet, lui, comprit vite qu'il avait percuté quelqu'un, et probablement quelqu'un qu'il ne fallait pas percuter...

Liberty était en train de se masser l'épaule avec un rictus de douleur tandis que Hummingway fixait le pilote et toutes ses groupies de ses petits yeux blasés.

La pégase verte releva la tête un moment pour lui lancer un regard semblable.
« Hé ! Ça c'est un regard de jalousie ! lança Jet. Quand est-ce que tu vas avouer c'est ça ton problème ? »
Liberty se contenta de lever les yeux au ciel et continuer tout droit en se tenant l'épaule. Hummingway resta un instant, la mine de plus en plus blasé. Jet fit alors signe aux filles de le lâcher, oppressé par le regard insistant du colibri.

C'est alors qu'il entendit un sifflement venant d'en bas.
« Hé, champion ! Si ton objectif c'est de la faire fuir à jamais, je dois avouer que t'es super bien parti ! »
Le pilote jeta une œil dans la rue en dessous pour apercevoir une Rainbow Dash goguenarde qui trottait à la poursuite d'une Liberty, suivie d'une Pinkie Pie tout sourire, qui avait empilé trois paires de lunettes colorées sur ses yeux et qui lui fit un signe du sabot.

Il poussa un long soupir, puis demanda au groupe de pégases toujours plus interloqué de rejoindre le château et de sécuriser les lieux, assurant qu'il s'occupait de la fugueuse. Il décida de lui-même de suivre Rainbow et Pinkie.
Quant à Fluttershy, si elle eut l'infime espoir de pouvoir se calfeutrer entre Opale et Winona dans un chaud canapé d'un confortable château parfaitement sécurisé, ce rêve fut brisé en milles éclats tragiques lorsque Jet attrapa son sabot pour la tirer côté scénario.

Rainbow Dash constata avec satisfaction que les deux membres de l'escadron la suivaient et qu'il n'auraient pas à faire un détour par le complexe des pégases.
Jetstream se mit à voler au dessus d'elle. Sa voix était pleine d'amertume :
« Et vous allez où comme ça ?
- A la gare, faut qu'on atteigne Canterlot avant ces monstres pour prévenir les princesses. Bienvenue dans l'équipe de sauvetage qui part braver les dangers de mort, Jet ! Et bienvenue à toi aussi, Fluttershy !
- Oh non, je le savais ! gémit Fluttershy qui n'osait même plus faire demi-tour pour rentrer au château seule.
- On est obligé de prendre un train, Daschätzchen ? Pourquoi on vole pas jusque là-bas tout simplement ?
- Très drôle, Jet, grinça Rainbow en le regardant battre des ailes énergiquement, très drôle...
- Rainbow ! s'écria soudainement Fluttershy en accélérant à leur hauteur. On... on peut pas partir maintenant ! Flybeline a disparu !
- Oh, Fluttershy ! dit Pinkie en conservant son sourire. Disparue, c'est l'état habituel de Flybe !
- Non là, c'est tout sauf habituel ! Elle s'est fait attaqué par des alicornes de glace, et elles ont enlevé Rumble ! Imaginez un peu son état ! »

Pinkie Pie ne sourit plus, elle se tourna vers Rainbow. La pégase ralentit peu à peu son pas, l'air très impliquée, jusqu'à se stopper complètement. Tous les autres se stoppèrent pour attendre sa réponse. Une fois à l'arrêt, elle marcha sur place pendant quelques secondes pour réfléchir, et en relevant les yeux, croisa le regard plutôt confiant de Pinkie. Après un regard entendu, les deux poneys à pieds se remirent peu à peu à trottiner. Rainbow annonça :
« Direction la gare !
- Rainbow ! dit Fluttershy vexée. As-tu au moins écouté ce que je viens de dire ?
- Fluttershy, Pinkie et moi on connaît maintenant assez Flybeline pour savoir qu'elle combine nos deux principaux traits de caractère...
- Exactement ! ajouta Pinkie. Elle est téméraire comme moi et versatile comme Rainbow !
- C'est drôle, j'allais dire exactement l'inverse... murmura Rainbow vexée. Mais bon : si comme tu le dis des monstres ont enlevé son poulain, alors elle va vouloir aller là où il vont, là où y en a le plus, suivant par conséquent le même chemin que le nôtre.
- Mais elle est si imprévisible ! Peut-être qu'elle ne sera pas là-bas !
- Pff, souffla Pinkie. Que ceux qui ne connaissent rien à l'imprévisibilité laissent faire les professionnels ! »

Et à force de courir et parler, ils atteignirent finalement la gare de Ponyville.

Les bâtiments étaient d'or-et-déjà gelés. Une grosse pellicule de givre s'était agglutiné sur les rails et sur le dernier train qui, fort heureusement, avait été abandonné en gare, à l'entière disposition de l'équipe.

Jet, Rainbow, Fluttershy et Pinkie s'arrêtèrent devant la locomotive pour essayer d'évaluer, avec leurs yeux très peu familiers à la mécanique, si cet engin pouvait rouler. Un cri aigu les tira de leur réflexion : c'était Liberty qui était en prise avec une Sentinaile un peu plus loin sur le quai. Hummingway s'agitait autour et n'osait pas s'approcher.

Jet se précipita pour sauver sa dulcinée. Il vola à tout vitesse vers le monstre et donna un grand coup de pieds qui le fit voler comme un ballon de foot jusque dans les tribunes. Il se tourna ensuite vers Liberty pour articuler quelque chose.
Mais la pégase le coupa d'un simple « Merci », froid, distant, bien trop sérieux.
Et Jet retira ses lunettes exprès pour frapper son front contre celles-ci.

Liberty gardait un œil sur les centaines d'anges de neige dessinés dans le sol neigeux qui entourait la gare, tandis qu'elle rejoignait Rainbow :
« C'est encore plus oppressants quand ils ne bougent pas, non ?
- Si tu veux des monstres qui bougent, je crois qu'on va être très vite servi... Bon, je me souviens avoir accompagné tout le personnel de la gare au château, y a plus personne ici. Alors, qui conduit ? »

Les autres membres de l'équipe commencèrent à se regarder l'air gêné. Après un long moment de silence, Rainbow balbutia :
« Euuuuuh, une minute... qui s'est proposé pour conduire le train déjà ?
- Personne, Rainbow... dit Liberty embarassée.
- Eeeeeet... personne ne m'as dit que mon idée géniale était légèrement bancale à cause de ça ?
- On croyait que tu savais conduire vu que c'est toi qui as proposé l'idée ! répondit Pinkie.
- Mais pas du tout ! On va pas rester ici à se tourner les sabots ! Dites-moi qu'au moins une personne ici sait comment fonctionne ce truc ! »
Les poneys se regardèrent mutuellement, attendant la réponse des autres, un peu nerveux.

Et à la surprise générale, le sabot de Fluttershy se leva timidement.

Rainbow Dash cligna des yeux, le museau déformé par l'interrogation.
« Mais t'as appris ça où, Fluttershy ?
- J'ai dû apprendre rapidement à imiter le conducteur... pour échapper à une détective... après avoir mangé un morceau de gâteau interdit... dans un train... il y a longtemps...
- Aaaah ouais, c'est vrai... répondit Rainbow en croisant le regard accusateur de Pinkie Pie. Bon... au point où on en est, ça fera l'affaire... grimpe dans la loco, Fluttershy.
- La locomotive est l'endroit le plus exposé à tout ce qui peut attaquer le train, non ?
- Naaaaaaan, les menaces arrivent toujours par l'arrière, tout le monde sait ça ! » répondit Rainbow en ouvrant (avec un peu de difficulté, car elle était prise dans la glace) la porte de la loco.

Elle poussa Fluttershy à l'intérieur, ignorant ses petits couinements aigus. Puis elle l'abandonna devant l'impressionnante machinerie de la loco. Tellement d'outils qui pouvaient faire démarrer ou dérailler le train... la pégase jaune serra les dents.

Pendant ce temps, Pinkie Pie entreprit d'ouvrir la porte du premier wagon. Tâche qui fut relativement facile étant donné qu'une autre force poussait également de l'autre côté.
Avec une désarçonnante surprise, Pinkie vit un museau vert et des crins roses émerger de la cabine. Dizzy Twister, en face d'elle, tenait un sac à dos, un calepin et un air relativement inquiet.
« Oh ! dit Pinkie naïvement. Enchantée, squatteuse de wagon ! Je suis Pinkie Pie, party planner, et toi ?
- Dizzy Twister... career planner, mais euh... on s'est déjà rencontré ce matin, madame Pie.
- Ah ah, je me disais aussi... hé, une minute, Helmut ! Qu'est-ce que tu fiches dans ce wagon ? »

La question fut redoublée par Jetstream qui arriva juste derrière suivi de Rainbow et Liberty. La secrétaire courba le dos de peur qu'on la gronde :
« Je me suis éloigné de Jet un peu trop longtemps du coup je voulais aller le rejoigne et je me suis dit qu'il pourrait passer par là alors c'est pour ça que je suis là et que je suis prête à faire tout ce qu'il veut, même si je dois rattraper mon retard sur les choses que je n'ai pas faites quand elles auraient du être faites je suis désolé Jet ! »
La jeune pégase se jeta aux pieds du pilote. Celui-ci, du coin de l'oeil aperçut une Liberty qui semblait attendre beaucoup de sa réponse, mais tout en faisant semblant de regarder ailleurs.
Alors il s'empressa de redresser leur amie commune, lui épousseta les sabots et dit d'une voix monocorde très exagérée :
« No problemo, Dizzy, ah ah ! On peut pas toujours être au top, hé hé ! Ne te sens pas obligée de m'accorder tout ton temps et par conséquent de susciter la jalousie des poneys dont j'aimerais éventuellement le pardon ! »

Il avait dit tout ça en fixant avec des yeux ronds l'expression très étonnée de Dizzy Twister. Et lorsque que son œil glissa à nouveau vers Liberty, cette dernière (qui s'était tournée toute entière pendant ce discours) se retourna vite en faisant semblant de n'avoir rien entendu et grimpa à l'intérieur du wagon, suivie par son colibri qui semblait lever les yeux au ciel.

Jet chercha alors un regard d'approbation dans le public pour savoir s'il avait bien joué.
Il n'y en eut pas un seul.

De son côté, Pinkie tourna le menton de Dizzy vers elle et la fusilla d'un regard perçant :
« Une seconde, Raymonde ! T'as pas répondu à ma question ! Comment est-ce que tu as eu l'idée de rentrer là et comment est-ce que tu y es arrivée aussi rapidement ?
- Je... j'ai suivi mon intuition ?
- Tu te payes ma tête ? hurla Pinkie en regardant le ciel. C'est un art, ça ! On ne peut pas le maîtriser comme ça, ma petite ! Si tout le monde commence à briser la logique, je fais quoi moi ? Je fais quoi ?!
- Pinkie, Dizzy, vous discuterez de téléportation dans le train, coupa Rainbow. On mets les voiles. »

Les deux juments grimpèrent à bord, Mais Rainbow empêcha Jet de les suivre :
« Mon petit pilote, on a p'têt besoin de toi pour donner un peu d'impulsion au train. Parce que c'est pas moi qui va le faire...
- Rainbow ! cria Fluttershy paniquée à l'avant. Est-ce que la grosse manette rouge était importante ? Parce que je crois qu'elle va marcher beaucoup moins bien maintenant !
- … et c'est pas Fluttershy non plus... » acheva Rainbow.
Jet aborda un sourire qui traduisait la facilité extême de cette tâche pour lui. Il fit battre ses ailes, se recoiffa et invita Rainbow à venir voir « l'artiste à l'oeuvre ».

Mais avant de rejoindre l'arrière du wagon, la chasseuse de nuages entendit soudainement un grand bruit. Elle vit en se retournant que les formes d'anges commençaient doucement à se mouvoir, bien qu'assez éloignées. Le bruit lui, venait d'un des murs de l'édifice : un formidable barda d'outils métalliques et de caisses de bois s'étaient étalées sur le sol non loin de ce mur. Ce n'est qu'après que Rainbow remarqua Thunderlane, haletant, un sabot contre le mur et un autre en l'air comme s'il s'était appuyé sur une caisse une seconde plus tôt...
« Tiens tiens, Thunderlane, commença Rainbow. C'est pas toi que j'at...
- Chut ! souffla Thunderlane. Attends... pfff... deux secondes... »

Le pégase fit un signe de temps mort avec ses sabots et s'appuya contre le mur. Il souffla pendant un long moment puis il prit un grande inspiration qui s'acheva par un long râle d'agonie. Il poussa d'autres cris étranges d'épuisement sous le regard circonspect de la Wonderbolt, qui guettait au passage le mouvement des anges. Après plusieurs minutes à imiter le chien haletant et à battre l'air avec ses sabots, Thunderlane siffla :
« Raaah... c'est bon... pfff... qu'est-ce tu disais ?
- C'est pas toi que j'attendais...
- Raaah ! J'ai pas le temps pour ça... Rainbow... pfff... j'suis pressé... ils ont pris...
- Ton petit frère, je sais. Et on va s'en occuper, cours te réfugier au château.
- Dash, écoute-moi ! »

Thunderlane se mit à courir vers la pégase et agrippa ses épaules d'une poigne sérieuse et virile. Sauf que son épuisement le fit glisser mollement jusqu'à ses chevilles...
« Je suis responsable de lui. C'est à moi de le sauver. C'est moi qui n'aurait pas dû le laisser entre des sabots hasardeux !
- Rumble est plus en sécurité dans n'importe quels autres sabots que les tiens...
- Non ! Je veux lui prouver le contraire ! Je suis mort de trouille, je sais ! Je suis pas souvent à la hauteur, on est d'accord ! Je suis sûr que j'ai déjà un pneumonie avec le temps qu'il fait, très bien ! Mais je veux pouvoir sauver mon frère et lui dire en face que j'ai bravé tous les dangers pour lui et pour lui dire que je l'aime, c'est clair ? »
Thunderlane releva son museau apitoyé vers Rainbow. Celle-ci en avait presque les larmes aux yeux.
« Wow... tu sais que t'es convaincant quand t'es pitoyable ?
- C'est ma meilleure arme.
- Pinkie, les lunettes ! »

Au son de la voix de Dash, une paire de lunettes de vol sculptées couleur indigo vola à travers la porte. La pégase la rattrapa et la tendit à Thunderlane.
« Bien, tu fais officiellement parti de l'escadron subsonique. Faut porter ça pour avoir l'air cool. Je les ai réservé spécialement pour un pégase à la robe indigo.
- Je suis pas du tout indigo !
- Mais je sais que t'as toujours rêvé de l'être ! Allez, discute pas et rentre ! »
Le pégase s'engouffra dans le wagon, en essayant de faire bonne figure. Rainbow lança enfin à la loco.
« Fluttershy, ça avance ?
- Je... je sais pas, Rainbow, je crois que j'ai mis le feu à quelque chose !
- Touche à rien, c'est parfait ! »

La capitaine de l'équipe rejoignit en vitesse l'arrière du premier wagon, où Jet achevait de dévisser à coups de ruades les wagons qui suivaient : nul besoin de s'encombrer de ceux-ci.
Puis le pilote commença à pousser le wagon qui bougea de quelques centimètres. Fluttershy cria de peur, surprise par le mouvement, et Rainbow la rassura. Après avoir abaissé toutes les manettes au hasard et avoir coincé malencontreusement le sifflet dans sa position sonore stridente, la pégase jaune parvint à son grand étonnement à faire démarrer le véhicule. Jet commença à pousser pour lui donner un peu plus de vitesse en sifflotant, sans effort.
« Jet, décale-toi un peu à droite, dit Rainbow accoudée contre la rambarde extérieure à l'arrière du wagon.
- Pourquoi ? J'aurais plus de force de poussée si je suis au milieu...
- Mets-toi à droite, je te dis ! »

Le pilote se décala sans trop comprendre, ce qui eut pour effet de ralentir le train pendant un court instant. Mais un cours instant seulement car, après que Rainbow a hoché la tête avec un sourire, une violente poussée emporta le train dans une nouvelle énergie. Le train filait sur les rails : deux sabots rougeoyants propulsaient littéralement le véhicule sur le côté gauche, si bien que notre pilote, dévoré par les yeux pétillants de la jeune Flybeline, avait du mal à suivre la cadence.
« Alors ? Vous vouliez partir sans moi ? dit la jeune alicorne en riant.
- Ah ! lança Jet en battant frénétiquement des ailes. Flybeline, I presume ?
- Exactement ! Et tu es... tu es... »
L'alicorne fit soudain de grands yeux face à son partenaire de poussée.
« Oh, nom de Luna ! Tu es le photon de Fillydelphia !
- Le quoi ? demanda Rainbow.
- Jetstream ! Le seul, l'unique ! Le photon de Fillydelphia, le seigneur des cieux ! balbutia Flybeline en extase. Dîtes-moi que je rêves, je suis en train de pousser un wagon avec une légende de la course ! »
Jet profita de l'occasion pour basculer en mode fan : sourire charmeur, mèche au vent, menton fier, ce qui contrastait quelque peu avec l'effort physique qu'il était en train de fournir :
« Ouais, ouais, c'est moi. Qui aura pu croire que mon talent était reconnu jusque chez les alicornes...
- Tu es absolument incroyable ! Une légende vivante pour toutes les jeunes ailées qui vivent dans les régions hors du champ d'action des Wonderbolts !
- Voilà pourquoi j'en ai jamais entendu parler... grinça Rainbow.
- Hé hé, c'est très gentil, continua Jet. Je suis sûre que tu es exceptionnelle aussi, bambina calda....
- Je peux avoir un autographe ? Sivouplé sivouplé sivouplé sivouplé !
- Bien sûr ! Daschätzchen, va chercher un...
- Désolée de vous interrompre mais on est en mission je vous rappelle ! s'écria Dash. Flybeline, en tant que capitaine de l'escadron subsonique, je dois d'abord...
- L'escadron subsonique ? coupa l'alicorne. Ça à l'air marrant ! Je peux en être ?
- Une minute, tu veux vraiment impliquer la petite là-dedans ? s'inquiéta soudainement Jet. T'es blessée, bambina, si son aile lâche, tu risques d'être presque aussi inutile que Dash !
- C'était à peu près ce que j'allais dire, l'insulte en moins... grogna Rainbow. Flybe, je savais que t'essayerais de nous suivre, mais je dois d'abord penser à ta santé et à ce qui va me tomber dessus si Twilight et Celestia apprennent qu'il t'es arrivé quelque chose...
- Attends... dit Flybeline avec un sourire. Toi ? Toi, tu me demandes d'abandonner une aventure épique parce que je suis un peu blessée ?
- Ouais, je sais, je suis pas très crédible. Mais j'ai aussi l'impression que Thunderlane sera pas ravi de te voir à bord...
- Il est à bord ? » dit l'alicorne en avalant sa salive.

Flybeline continua à pousser en regardant le sol qui défilait. Elle prit sur elle :
« J'ai fait une promesse à Rumble, Rainbow : qu'on irait le sauver tous les deux, et c'est très bien comme ça. Tu sais très bien que je n'ai que deux choix : vous suivre ou y aller seule. Le demi-tour n'est pas dans mon vocabulaire. Et puis je pense aussi à ce qui va ME tomber dessus si Scootaloo ou Spitfire apprennent qu'il T'ES arrivé quelque chose...
- Wow, siffla Jet. Elle a de la répartie, la bambina calda...
- Autre argument : vous avez laissé Rarity pour protéger Ponyville avec de la magie et partir en mission risquée au cœur de la tempête de monstres. Mais j'ai une question pour vous : quelle magie vous protège, vous ? »
Rainbow n'arrivait plus à parler. Il faut dire que l'argument était massif : il allait affronter un hiver glacial et il aurait été idiot de se passer d'une torche équine, une véritable couverture de survie dans ce cas.
« Ok, t'es engagé, petite ! lança Jet.
- Jet ! s'exclama Rainbow. C'est toi qui voulait pas qu'elle vienne en premier !
- Je l'échange contre toi n'importe quand, spielverderber ! »

Rainbow et Flybeline se regardèrent dans les yeux pendant un moment. Puis Rainbow, résignée, soupira et appela :
« Pinkie ! Lunettes ! »
Cette fois-ci, Pinkie Pie apparut pour placer directement les lunettes oranges dans le sabot de Rainbow. Elle s'écria en levant haut son sabot :
« Bienvenue dans l'espadon surnautique, Flybeline ! On va chasser l'affreux monstre qui s'est achevé du Siècle du Vert en invoquant des milliers de Sempiternelles et des alicornes mangeuses de glaces !
- Ce qui serait bien, c'est de faire une petite réunion d'équipe pour clarifier... deux trois trucs... » déclara Rainbow en jetant les lunettes oranges dans les airs.

L'alicorne incendiaire fit un looping pour les attraper avec son museau et les attacha rapidement avant de se remettre à pousser le wagon, le tout avec un immense sourire aventureux.

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Hé hé hé, vous savez quoi ? J'ai publié ce chapitre le soir même du jour où je suis allé voir le film MLP au cinéma ! Ca m'a redonné pas mal de baume au cœur, et ça m'a rappelé au moins pour cette fic ce que j'ai toujours aimé dans ces histoires...
Continuez à faire ce que vous aimez, il y aura bien quelqu'un qui se manifestera un jour pour dire qu'il aime aussi ce que vous faites ;-)

Parfaitement, quand je n'ai pas d'anecdotes sur le texte, je comble par des infos inutiles et des messages d'amour...

Chapitre précédent

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

Aucun commentaire n'a été publié. Sois le premier à donner ton avis !

Nouveau message privé