Site archivé. ~SP

L'écho du passé

Une fiction écrite par PhoenixBleu.

Chapitre 6 - L'An Mil - Innocence

Les deux Kères traînèrent Myrtilos dans la cours d'exécution du palais en le maintenant sous les bras. C'était un lieu ouvert et sordide qui servait aux exécutions capitales diverses. Et dans ce domaine, le roi Moros était un expert toutes catégories. Deux autres Kères étaient là en permanence, à veiller à ce que personne d'extérieur ne vienne fourrer son nez en ces lieux, mais aussi pour organiser tous ces rituels de mise à mort. Voyant arriver leurs coreligionnaires accompagnant l'humain, elles allèrent à leur rencontre.

« C'est pour ?, interrogea l'une des deux qui servait de bourreau.

- Un écartèlement !... il ne doit pas demeurer un seul fragment intact de son corps !

- Bien, nous allons édifier le bûcher, répondit l'autre résidente des lieux, Vous pouvez préparer le prisonnier, une fois cela fait, nous pourrons prendre le relais ! »

L'une des deux guerrières qui avaient emmené Myrtilos jusqu'ici commença tout d'abord par lui arracher ses vêtements pour le mettre entièrement nu. L'humain, toujours sonné par le violent coup qui lui avait été administré précédemment, était certes conscient, mais pas assez pour pouvoir se défendre, voire juste se débattre. La seconde arriva en tenant par leurs brides deux manticores devant servir pour cette terrible mise à mort. Elle partit en quérir deux autres après les avoirs laissés à sa compagne qui attacha chacune des jambes de l'humain au harnais de chacun des manticores. Elle fit de même ensuite pour ses bras lorsque l'autre revint avec deux autres de ces créatures. Pour finir, elles attachèrent solidement son tronc à un socle dont la partie basse était encrée dans le sol. Ceci pour éviter que ce dernier ne parte avec l'un des membres lors de la traction.

« Bien... maintenant passons aux choses concrètes ! », s'exclama celle qui lui avait lié les membres, en déboîtant de l'une des protections de son avant-bras l'une des lames très effilées qui lui servaient d'armes. L'utilisant comme un couteau, elle entailla les articulations de Myrtilos, au niveau des épaules et des hanches, afin de faciliter la rupture des quatre membres. Ce n'était là que les prémices de ce qu'allait subir Myrtilos tout au long du supplice qui ne faisait que commencer. Cette première douleur, qui s'était reproduite trois fois, lui avait fait quasiment retrouver un état de conscience normal.

Découvrant la réalité de ce qui l'attendait et de son caractère irréversible, il fut dans un premier temps pris de panique et commença à se débattre en tout sens de façon compulsive pour tenter de se libérer. Mais ce fut peine perdue. Car les douleurs provoquées par les entailles au niveau de ses articulations étaient trop fortes et l'obligeaient à se tenir tranquille. Mais cette tentative avortée amusa les Kères et particulièrement l'une d'elle qui toisa l'humain. « Pfff, c'est pathétique ! Tu crois sincèrement pouvoir te libérer ? Tu n'est qu'un pauvre ridicule petit humain ! Même en pleine possession de tes moyens, tu aurais été incapable de te défaire de tes liens. Tu n'es rien... un simple déchet... et les déchets, on s'en débarrasse ! » Puis elle éclata de rire et tout en rejoignant sa camarade pour poursuivre sa sinistre besogne. Cella provoqua en Myrtilos une nouvelle poussée de colère et de haine. Si son sort était ainsi acté, il n'allait pas leur donner la satisfaction de ses cris et de ses pleurs. Il décida donc de se fondre dans une attitude de mépris la plus totale et de serrer les dents... enfin, tant qu'il le pourrait.

Et immédiatement, la seconde Kères mis en souffrance cette résolution. Armée d'une pince de forgeron, elle saisit un bloc de soufre incandescent qui se trouvait avec d'autres dans un creuset chauffé à blanc. Elle brûla la main droite de l'humain, marquant ainsi d'infamie Myrtilos, sa main droite étant la main qui, symboliquement, avait tenu le poignard qui lui avait servi à attenter à la vie de son roi. Tout était fin prêt, il ne restait plus qu'à déclencher la sinistre procédure. Car de leur côté, les deux maîtresses des lieux avaient monté un bûcher sur lequel les 'pièces détachées' de l'humain seraient dévorées par le feu une fois le premier acte achevé. Elles l'avaient arrosé de poix afin que la combustion soit plus vive et plus rapide. « Voilà, tout est fin prêt, indiqua l'une d'elles, nous pouvons commencer ! »

Chacune des quatre Kères fouetta avec force l'un des manticores, et ce de façon conjointe, afin que la traction sur chacun des membres soit simultanée. Et la mise à mort débuta. Pour Myrtilos, ce n'était que le début d'une plongée dans des douleurs abominables et insupportables au plus haut point. Douleurs qui se faisaient le pendant de sa colère et de sa folie qui croissaient de façon exponentielle. Il sombrait effectivement de plus en plus, son esprit se muant peu à peu en un maelstrom, un puits sans fond de haine, maudissant sans fin tous ceux qu'il estimait être à l'origine de son malheur, souhaitant pour eux les pires déchéances et les pires tourments.

« Fort bien, s'exclama l'une des deux Kères ayant conduit l'humain jusqu'ici, nous avons fait ce que nous avions à faire ! A vous de jouer désormais. » Les deux guerrières regagnèrent leurs postes, laissant seules les deux résidentes du lieu avec le supplicié.

La traction sur les membres de ce dernier était de plus en plus forte, de plus en plus intense, mettant à chaque seconde plus à l'épreuve la solidité de chacun de ses muscles, de ses ligaments, de ses tendons. Et ce n'était qu'une question de minutes avant que ses articulations ne se déboîtent entièrement, arrachant au passage tous les ultimes liens charnels qui rattachaient encore ses bras et ses jambes. Ce qui arriva bien vite...

Dans un craquement sinistre d'os brisés, les quatre membres cédèrent en même temps, partant chacun de leur côté, le tronc restant immobile sur son socle. Satisfaites du travail bien fait, les deux Kères allèrent récupérer les membres comme si ce n'était que de vulgaires fagots de bois et ramenèrent les manticores à leur enclot. Puis, une fois cella fait, elle disposèrent les membres sur le bûcher, puis détachèrent le tronc de Myrtilos, toujours lié à son support.

« Eh ! Tu as vu ?!

- Vu quoi ?, interrogea l'autre d'un ton monocorde.

- Regardes... il est toujours en vie !

Effectivement, même s'il avait replongé depuis longtemps dans un état et qu'il n'avait plus vraiment conscience des choses, il vivait toujours.

- Tant mieux... paraît que le roi voulait qu'il voit tout d'un bout à l'autre de son supplice. Il ne sera pas déçu au moins !

- C'est sûr ! Il va pouvoir voir tous ses bouts maintenant !

Cette blague d'un goût douteux en pareille circonstances provoqua hilarité conjointe des deux Kères avant que l'une d'elle ne reprennent la parole.

- Bon, finit la rigolade, au boulot ! »

Elles le prirent en poids toutes les deux, et le jetèrent à son tour sur le tas de bois et de pailles sèches qui sous peu allait se transformer en un brasier expiatoire pour celui qui avait comploté contre son propre roi. Pour faciliter la prise du feu, elles aspergèrent encore une fois le tout de poix et de mélasse. On est jamais trop prudent sur ce point. Elles tenaient au travail bien fait. Enfin, elles embrasèrent ce macabre tumulus. Le feu grignota peu à peu tout ce qui se trouvait à sa portée, aussi bien le combustible végétal que les restes humains. Mais l'ancien chambellan d'Orobas, n'avait pas encore rendu l'âme. Il ressentait la morsure atroce des flammes, ses poumons se consumaient de l'intérieur à cause des gaz et des fumées qui s'échappaient de toute part. Mais son visage restait stoïque, sans aucune marque de douleur, comme s'il n'était plus qu'un mort vivant... Oui, c'est cela, un cadavre encore un peu palpitant plus qu'un être vivant. Il ne ressentait plus aucune douleur. La haine dans laquelle il était plongée le préservait de toute souffrance. Son esprit commençait à s'échapper de son corps et à plonger dans des abîmes de ténèbres. Il ressentait comme une attraction malsaine, comme si son âme vengeresse était happée, était hypnotisée par une source de lumière sombre, à l'image d'un insecte attiré par un luminaire. Il avait l'impression de planer, de flotter dans un espace infini, ténébreux, sombre et putride. Tout ce qui était ici était l'antithèse totale de ce que l'on conçoit habituellement comme étant la vie. Mais ce n'était pas la mort non plus, non, c'était pire encore ! Ici, tout n'était que déchéance, décadence et pestilence infinies. Tout était putride et malsain, aussi bien la matière que l'esprit. Et il était heureux. Oui heureux. Il se sentait enfin bien, malgré la dépravation totale de son esprit. Soudain, le silence absolu qui baignait ce monde fut brisé par une sonorité étrange, dérangeante voire carrément malsaine. A bien écouter, cela ressemblait à de la musique. Oui, c'était bien cella, de la musique qui semblait être produite par une flûte. Mais quel instrument dégénéré pourrait produire un son tel que celui-ci qui provoquerait une nausée immédiate pour quiconque de normalement constitué ?

Soudain, quelque chose, enfin, peut on le définir réellement ? Oui, quelque chose percuta violemment l'esprit de Myrtilos qui fut alors comme déchiré. Sa dernière heure semblait bien être venu mais... ce ne fut pas le cas. Cette décomposition spirituelle se poursuivit et sembla durer une éternité. Alors que son âme arriva au bout de cette déchéance, il comprit... Il comprit qui venait de s'adresser à lui. Et tandis que son esprit explosa en une infinité de fragments d'obscurité, un sourire malsain s'incrusta sur son visage en train de fondre sous la morsure des flammes.

Malgré tout, le brasier ne semblait pas prendre de l'ampleur, ce qui incita l'une des Kères à s'en approcher pour voir ce qui clochait : « Ce n'est pas normal... pourquoi ça met tant de temps ? »

Elle fut assez proche pour voir le rictus diabolique apparaître sur le visage de l'humain, ce qui la troubla fortement, abaissant ainsi son attention. A cet instant précis, le feu gonfla brutalement et prit des proportions effrayantes, comme si on venait d'y déverser une grande quantité d'alcool. Trop près pour pouvoir éviter les flammes, la Kère prit instantanément feu, se transformant en torche vivante et poussant des cris effroyables de douleur. Voulant l'aider en éteignant le feu qui la consumait, sa comparse ne put rien y faire, si ce n'est voir les flammes l'embraser elle aussi, comme si ce feu était un prédateur capturant ses proies pour les dévorer. Leur sort était scellé. Seules en ces lieux, personne ne les entendit hurler tandis que ces flammes démoniaques, qui paraissaient vivantes, se repaissaient de leurs chairs. Finissant par tomber à terre sans vie, il ne resta bientôt d'elles que des cendres au milieu de pièces d'armure noircies. Le bûcher de Myrtilos était cependant toujours en activité. Il produisait maintenant une épaisse fumée noire et âcre qui montait haut dans le ciel de Canterlot, se répandant de plus en plus loin au dessus d'Equestria. Le feu continua son œuvre durant de longues minutes, convertissant toujours plus de matière en un nuage ténébreux qui filait toujours plus loin dans les cieux. Jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien à brûler : ni bois, ni poix, ni foie. Les flammes disparurent comme par magie, ne laissant au sol qu'un affaissement et rien d'autre, pas même un noircissement, tandis que la brume obscure se dissolvait dans le ciel. Myrtilos n'était plus...

##############################################################################

Profitant de l'esclandre qu'avait provoqué Myrtilos, la Kère qui avait apporté à Moros des nouvelles de ses deux adversaires, s'était éclipsée de la Salle du Trône, faisant en sens inverse le chemin parcouru pour arriver devant le roi. Elle ne rencontra pas la moindre embûche tout au long de son parcours, les Kères étant, de-ci de-là, trop occupées à profiter de cette soirée de relâche que leurs avait octroyé leur roi. Tant qu'aux Gardes Solaires, ils semblaient s'être tout bonnement évaporés. Et ce dernier point l'inquiétait. Arrivée de nouveau jusqu'au pont-levis marquant l'entrée du château, elle n'eut pas besoin de jouer les passe murailles comme à l'allée, la garde, ici aussi étant aux abonnés absents. Elle s'immobilisa au milieu du pont. Elle regarda de part et d'autre autour et au-dessus d'elle pour vérifier que personne ne l'observait d'une éventuelle cachette. Ce qui apparemment était le cas. Soudain, une aura rousse se forma autour de sa main droite. De cette aura se dégagea une forme évanescente de la même couleur, une sorte de feu follet se maintenant au-dessus de sa main maintenue à plat « Va quérir le roi... la voie est libre » Il souffla dessus et le petit fragment embrasé partit à toute vitesse dans les ténèbres de la nuit vers son mystérieux objectif. Le résultat ne mis pas longtemps à se faire attendre. Quelques minutes après, la Kère commença à distinguer des silhouettes émerger d'entre les armes face à elle et à se diriger vers elle, comme surgissant de l'obscurité en réponse à un signal. Un groupe de guerriers en armure se forma, avec à leur tête le roi Phos Phoros. Ils se dirigèrent d'un pas rapide, le sens en éveil, vers la Kère qui les attendait au milieu du pont-levis. Le trajet ne fut pas bien long et le contact se fit très rapidement, Phos Phoros venant se planter juste devant elle. Il reste muet et impassible durant quelques secondes avant de déclarer, un petit sourire aux lèvres.

« Beau travail Fire Blitz... je n'en attendais pas mieux de toi !

- Votre majesté m'honore », répondit son interlocuteur en effectuant une révérence.

Tout en se redressant, une lueur rousse entourât la Kère qui reprit peu à peu son aspect initial de changelin. Le général Fire Blitz avait, une fois de plus, accomplit avec brio sa mission d'infiltration. Machinalement, comme à son habitude lorsqu'il reprend son apparence première, il passa sa main dans sa crinière rousse et remis sur son museau ses lunettes aux verres d'améthyste.

Le petit groupe reprit alors son chemin pour pénétrer le château et se retrouvèrent bien vite dans la première salle de ce dernier.

« Parfais, nous pouvons passez à l'action maintenant que nous sommes dans la place.

- Pas si vite votre majesté, il se pourrait qu'il y ait encore un petit problème !, s'inquiéta le changelin Fire Blitz

- Et quoi donc ?, questionna le maître de l'empire, Il me semble que la surveillance du palais est aux abonnés absents, non ?

- C'est justement là que le bas blesse votre majesté. Autant les Kères ne me causent plus d'inquiétude. Elles sont trop occupées à fêter la victoire de leur roi et de profiter à fond d'un des rares jours de relâche qu'ait pu leur accorder Moros. Non, je me fait plus de soucis concernant les Gardes Solaires ! Ils ont tout bonnement disparus ! Tous ! Golden Sun n'est pas aussi stupide que ça! Peut être qu'il n'a pas été dupe de ce stratagème et qu'il prépare ses forces pour contre-attaquer au moment où l'on s'y attendra le moins. Il me connaît, ils nous connaît... peut être tout cela lui a paru trop facile...

- Certes... et même probable ! Mais cela ne m'inquiète pas, bien au contraire. Il est resté fidèle aux anciens principes qui avaient cours avant l'avènement de Moros. Il ne peux faire son jeu pour un quelconque motif. Cela ne se peut !

- Je partage cet avis avec vous sire. Mais il est avant tout le protecteur d'Equestria, de son peuple et de Gimlé ! Et qu'on le veuille ou non, nous constituons une force d'invasion, même si c'est pour la bonne cause ! »

Soudain, une voix retentit, en provenance du couloir menant à la salle voisine : « Peut être devriez vous tenir compte des avertissements de votre général, majesté ? »

Phos Phoros, tout comme ses soldats, braquèrent leurs regards dans cette direction et purent d'où ils purent voir débarquer le général Golden Sun accompagné de plusieurs de ses hommes qui tenaient tous une torche enflammée dans leur main. Le monarque du nord resta un moment figé, sans dire un mot, se contentant de froncer les sourcils. Mais cela ne dura pas bien longtemps. Sortant de sa torpeur, il se dirigea vers celui qui lui faisait face, au grand dam de Fire Blitz.

« Non... non, majesté !

- Restez ici ! Ne bougez sous aucun prétextes ! Je ne pense pas que nous craignions quoi que ce soit ! Et puis... nous ne pouvons plus reculer maintenant ! Ne venez que si je vous fais signe, pas avant... C'est bien compris ?

- Oui majesté », se contenta de répondre bien faiblement le changelin.

##############################################################################

Pendant ce temps, au fin fond des cachots du palais.

Les trois prisonnières étaient toujours enfermées dans leur geôle froide et sombre, sans savoir ce qui se déroulait ailleurs. Soudain, la porte menant à l'extérieur s'ouvrit dans un grand silence assez inhabituel, paraissant même surnaturel tant les fois précédentes il avait été aisé d'entendre arriver de loin le garde, les bruits métalliques de son armure, comme du trousseau de clef dans la serrure, parlant pour lui.

Mais cette fois-ci, point de garde, seule la reine Iridia parut dans l'encadrement de la porte. Elle avait sûrement ouvert les différentes portes avec sa magie, histoire d'être la plus discrète possible. Elle tenait dans ses mains un petit flacon qui contenait un liquide clair comme de l'eau. Restant là un moment, silencieuse et immobile, elle parut hésiter un instant. Mais cela ne dura pas. Elle se dirigea bien vite vers la cellule de la reine Twilight Shine qui, la voyant venir vers elle, se releva du sol où elle était assisse. Arrivant devant les barreaux de la cage de fer, la reine d'Equestria lança un bref regard à ce qu'elle transportait avant de s'adresser à la prisonnière, d'un ton toujours aussi froid et détaché.

« Vous êtes sûre de vouloir vraiment le faire ?

- Plus que jamais !, répondit plein de conviction la princesse.

- Et bien... puisque vous ne reviendrez pas sur votre décision... elle tendit le flacon vers Twilight Shine, mais fut brutalement interrompu dans son geste.

- Non ! Arrêtez !, c'était la reine Light Heart qui venait ainsi de s'exprimer. Cela ne dérida pas plus la reine Iridia. Mais Twilight Shine ne resta pas insensible à ce cri du cœur. Un doux sourire éclaira son visage et elle prit dans ses mains la main de sa belle sœur.

- Je comprends ce que vous ressentez, c'est bien naturel, et cela me va droit au cœur. Mais ma décision est prise. Comme je vous l'ai déjà dit, plus rien ne me rattache à ce monde. Mon époux est mort, mon enfant est prisonnier lui aussi sans aucune chance de s'échapper de ce piège morbide, et je ne veux en aucune manière être l'objet d'un chantage envers mon peuple. Je ne déteste pas la vie, bien au contraire, mais le choix n'est plus de mise pour moi. Et n'ayez crainte, je n'ai aucun grief pour votre choix personnel ! Vous avez encore votre fille sur laquelle vous devez veiller ! Alors ne vous en faite pas ! »

Retournant vers Iridia, elle laissa Light Heart seule avec ses pensées. La reine des Montagnes Fumantes ne savais plus quoi faire. Bien sûr qu'elle comprenait le geste de Twilight Shine. Tout comme elle, son époux n'était plus de ce monde et elle ne voulait pas qu'on se serve d'elle contre son peuple. Mais sa fille... elle n'avait pas le droit de la condamner ainsi. Mais d'un autre côté, quel sera son sort si elle demeurait en ces lieux ? Là aussi, point de doute de ce qu'il pourrait advenir avec un tel monstre décidant de leur avenir. Elle ne savait plus quoi faire. Elle n'aurait pas hésité pour elle même, mais là, la situation était toute différente. Rentrant dans un profond questionnement, elle ne savait plus comment agir. Elle ferma les yeux et inspira profondément.

Pendant ce temps là, Twilight Heart allait faire le geste fatal et prit le flacon dans ses mains. Elle allait le porter à ses lèvres lorsqu'elle fut une nouvelle fois interrompue.

« Attendez, j'ai quelque chose à vous demander ! » Light Heart s'était cette fois-ci adressée avec une voix bien plus ferme et un regard très déterminé. Mais elle s'adressa d’emblée à la Reine Iridia.

« Et... quel est votre pouvoir de circulation au sein du palais ?

- Total... je ne vois pas qui pourrait m'empêcher d'aller et venir, répondit elle, toujours aussi froide

- Fort bien... puisque vous avez décidé de nous porter assistance, je vais vous demander une ultime requête avant de partir moi aussi. Iridia demeura stoïque.

Light Heart pris la jeune Cristal Heart contre elle, Permettez à ma fille de survivre ! Je ne vous demande pas de la garder auprès de vous ! Mais faites là sortir d'ici, conduisez là en un lieu où elle pourra vivre en sécurité... je vous en conjure... s'il existe encore en vous un soupçon de compassion, si vous avez encore l'âme d'une mère, ne serait-ce encore qu'une seule fois ! »

Iridia ne prononça pas un seul mot. Elle dévisagea la petite princesse, mais rien ne transparaissait de ses intentions. Elle tourna le dos aux prisonnières et fixa la porte par laquelle elle était arrivée. Cela paraissait plus que compromis. Au grand désespoir de la sœur du roi Phos Phoros. Mais soudain, contre toute attente : « Oui... cela pourrait éventuellement se faire... mais cela doit se faire immédiatement pour profiter de la baisse d'attention de Moros »

Cette déclaration surpris Light Heart dans un premier temps. Mais prenant conscience de l'urgence de la situation, elle réagit promptement. S'agenouillant devant sa fille, elle caressa sa joue avec un sourire et un regard des plus tendre : « Ma chérie, maman va devoir rester ici avec tatie. Tu vas aller avec la dame et vous allez aller là où il ne t'arrivera rien mon trésor !

Des larmes plein les yeux et sanglotant, l'enfant terrorisée ne l'entendait bien sûr pas de cette oreille, Maman... je veux pas... je veux rester avec toi...viens avec moi...

- Ma chérie... ton père et moi, nous serons pour toujours avec toi ! Elle embrassa sa fille sur le front et la serra contre elle très fort. Puis, se redressant, elle s'adressa à la reine Iridia, Voilà... nous sommes prêtes ! »

Cette dernière ouvrit la cellule de la souveraine du royaume de l'ouest qui en sortit, tenant sa fille par la main. Elle fit de même pour la reine Twilight Shine. La souveraine de cristal vint embrasser sa nièce qui pleurait sur la joue, tout en lui disant avec un large sourire : « Ton tonton serait fier de toi ! » La fillette tenta, tant bien que mal, d'essuyer ses larmes. « Nous devons y aller maintenant ! » déclara Iridia d'une petite voix neutre. Light Heart confia, non sans culpabilité, sa fille aux soins de cette dernière. Elle ne pouvait savoir quel serait son avenir, mais au moins, elle quittait ce lieu sordide. « Faites bien attention à elle ! » dit elle à son homologue d'Equestria, le cœur broyé par tous les sentiments qui l’étreignaient. Elle regarda la mort dans l'âme, la reine Iridia partir avec sa fille qu'elle dissimula auprès d'elle sous son grand manteau noir. Twilight Shine vint soutenir sa belle-sœur et posa sa main sur son épaule.

« C'est le mieux que vous pouviez faire ! Je suis sûre que sa vie sera longue et heureuse. Un large sourire chaleureux éclairait son visage.

- Puissiez vous dire vrai... Je le souhaite de tout mon cœur.

- Elle va vers son nouveau destin...Venez, nous devons faire de même. »

Twilight Shine invita sa consœur des Montagnes Fumantes à venir avec elle. Elle prirent le flacon entre leurs mains, fermèrent leurs yeux et croisèrent leur cornes avant de réciter une prière.

« Oh Rhéa, Déesse de la Vie,

Nourricière de toute chose,

Pardonnez nous cette folie,

De mettre ainsi fin à nos vies,

Veillez sur notre pauvre enfant,

Accordez lui vos bonnes grâces,

En tout lieu et en tout temps »

Puis, rouvrant ses yeux, Twilight Shine but la première, avant de passer le flacon à Light Heart qui fit de même. L'ultime pensée de la reine des Montagnes Fumantes fut pour sa fille et son époux. La reine de l'Empire de Cristal pensa à son cher roi qui n'était plu. Les effets du cyanure furent foudroyants. Sans douleurs aucunes, leurs vies s’éteignirent instantanément...sans savoir que, non loin de là.

##############################################################################

Phos Phoros se dirigea vers le centre de la pièce, ce qui incita Golden Sun à venir à la rencontre de l'Empereur de Cristal. Arrivés tout deux au même point, ils restèrent plusieurs minutes à se dévisager en silence. Le général de Canterlot portait l'armure traditionnelle des commandeurs de la Garde Solaire, en titanium doré rehaussée de plaques d'iridium et de larges bandes d'améthyste. C'est ce dernier qui brisa le premier la chape de plomb qui régnait sur ces lieux.

« Vous prenez infiniment de risques en venant ici, majesté ! Nous sommes beaucoup plus nombreux que vous !

- J'en prends conscience... mais je ne peux reculer alors que je suis si près du but ! J'ai les moyens de mettre un terme à cette guerre qui n'a que trop durée, de tarir enfin ce flot de sang et de terreur qui ne cesse de couler depuis tant d'années... et je sais que nous partageons cette vision des choses !

- Effectivement ! Votre capture signera la fin définitive de ce conflit et enfin la paix pour mon royaume et pour mon peuple !

- Vous êtes certains qu'en me livrant à Moros, vous allez faire cessez cette guerre ? Vous le pensez sincèrement ? Vous croyez vraiment que mon peuple ou celui des Montagnes Fumantes vont se soumettre à lui ? Ils se battront jusqu'à leur dernier souffle ! Ils préféreront mourir les armes à la main, en êtres libres et souverains, plutôt que de vivre sous sa tyrannie. Moi, je veux juste me débarrasser de cette menace permanente qu'il constitue... une bonne fois pour toute ! Une fois cela fait, je rentrerai chez moi, auprès de mon peuple, auprès de mon épouse, auprès de mon enfant ! Nous avons tous de profondes blessures à panser !

Un petit sourire éclaira le visage du terrestre blanc, C'est tout ce que je voulais entendre. Si je peux vous être d'une quelconque utilité... »

A son tour, Phos Phoros fut satisfait de la réponse du commandant des Gardes Solaires. Il fit signe à Fire Blitz de venir les rejoindre. De son côté, Golden Sun fit de même avec ses hommes. Les deux groupes se rejoignirent au centre de la salle. Golden Sun s'adressa alors au roi d'un ton assez grave.

« Avant de poursuivre plus loin, je dois malheureusement vous faire une révélation. Le roi Moros à fait enlever votre épouse, la reine Twilight Shine, ainsi que votre sœur la reine Light Heart et sa jeune fille !

- Quo... quoi ?, cette annonce eut l'effet d'un coup de poignard pour le monarque du nord.

- Elles sont enfermées dans les souterrains du château. Mais soyez sans crainte, elles vont bien ! La reine Iridia veille personnellement sur elles... il ne peut leurs faire de mal.

- Je savais bien que cette ordure allait profiter de notre affrontement pour tenter quelque chose ! Mais comment a-t-il pu arriver aussi facilement au cœur de nos deux capitales ? Comment les Kères ont-elles pu percer nos défenses ?

- Un traître, votre Majesté ! Il y avait un traître dans la place ! Myrtilos ! Il a été reçu en grandes pompes par le roi Moros en personne !

- - J'étais certains que ce salopard était de près ou de loin mêlé à tout ceci... Mais de là à penser qu'il en était l'un des instigateurs et qu'il a révélé tous nos secrets à l'ennemi... quand je mettrai la main sur lui...

- Ce ne sera pas nécessaire. Moros s'est déjà débarrassé de lui, il ne constitue plus un problème.

- Bien, alors passons sur le champs à l'action, nous n'avons pas de temps à perdre, clôtura Phos Phoros, reprenant son rôle de commandeur suprême. Il s'adressa alors à ses troupes, Je veux six soldats pour sécuriser et tenir la grande entrée, ainsi que le pont-levis. J'en veux également six autres pour tenir les points élevés du palais. De là, ils pourront surveiller les alentours et getter l'arrivée d'éventuels renforts. Fire Blitz, tu vas prendre dix hommes avec toi et aller dans les catacombes pour libérer les prisonnières.

- Dix ? Mais enfin majesté, c'est beaucoup trop pour cette mission !

- Je veux être certain que rien ni personnes ne viendra empêcher que cette libération se fasse ! Dans leur fanatisme jusqu’au-boutiste, les Kères vont sûrement s'accrocher à ces 'prises de guerre' qui comptent autant aux yeux de leur roi... même si ces folles n'ont plus rien à attendre de l'avenir et que tout est perdu. Alors dix, ce ne sera pas du luxe. A présent va, ne perd plus de temps !

- Bien majesté. »

Demeurant silencieux, le roi regarda ses soldats partir accomplir la mission qu'il avait octroyé à chacun. Il resta ainsi quelques secondes avant de s'adresser au Général Golden Sun.

« Je suppose que vous pourrez sécuriser le reste du palais et que vous pourrez vous occupez des Kères, n'est ce pas ?

- Cela va de soit... à ce sujet, je vous demanderai de nous laisser gérer personnellement ce dernier problème et de ne pas intervenir, quel que soit ce dont vous serez témoin.

Phos Phoros resta pensif. Il comprit immédiatement pourquoi il lui demandait cela. Mais après tout, il avait d'autres priorités. Fort bien, ni moi, ni aucun de mes hommes ne s'interposeront, vous avez ma parole, il marqua une pose avant de reprendre, Quels sont vos projets pour le reste de la famille royale ?

- Ne vous inquiétez pas ! Durant toutes ces années, je suis resté un fervent partisan de la reine Iridia et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour faire monter sur le trône les deux princesses une fois ce conflit fini. J'ai d'ailleurs mis quelques gardes en faction devant leur chambre pour être sûr qu'il ne leurs arrive rien.

- Et bien puisque tout a été dit, que tout le monde passe à l'action, moi, je m'occuperai de Moros !

- Il se trouve dans la salle du trône... mes hommes vous ont dégagé le passage ! »

Sans rajouter un mot de plus, chacun partit de son côté. Phos Phoros se dirigea rapidement vers la salle du trône. Tout au long de sa progression, il pouvait voir les affrontements opposants les Kères aux Gardes Solaires. Les affrontements... Oui, il avait bien compris ce qu'avait voulu dire par là le Général Golden Sun. Des décennies d'atrocités, de massacres, de terreur exercés par les Kères venaient de trouver leur épilogue sanglant dans un déluge de violence et de mort. Car même les Gardes Solaires n'étaient pas exemptés des souffrances administrées par les Kères. Brimades, violences, sévices divers, pouvant aller jusqu'au passage à tabac entraînant la mort, rien n'était épargné aux soldats à l'armure d'or car les Kères avaient tous pouvoirs. Elles avaient également l'habitude d'abuser des jeunes recrues qui étaient à leur goûts et de leur faire subir les pires sévices sexuels, ces sordides rituels finissant par une castration à vif de l'infortuné, se soldant, presque à chaque fois, par la mort de ce dernier. Moros y trouvait tout son intérêt, rappelant ainsi à tout instant et à tous qu'il était le seul et unique maître de tout Equestria. On peut sans peine imaginer toute la haine accumulée par la garde royale au fil des années, haine explosant à cet instant et de façon la plus horrible qui soit. Certaines étaient passées par les armes et leur ou leurs assaillants s'acharnaient avec férocité sur le cadavre sans vie. D'autres étaient violées de façon sordide, par des moyens naturels mais aussi avec des objets, voire carrément des armes blanches. Tout n'était que sang et cris...et le roi circulait au milieu de toute cette horreur, détaché de son environnement, comme dans une bulle. Une seule chose l'obnubilait. Qu'on libère les siens et qu'on en finisse définitivement avec le responsable de tout ceci ! Moros allait payer, il se le jurait intérieurement. Sa haine pour ce dernier ne faisait qu'augmenter minute par minute, et ce, de façon exponentielle.

Il arriva enfin jusqu'à la salle du trône mais Moros l'avait déserté. Il n'y trouva qu'une Kère qui, le voyant, tenta de s'enfuir. Il la rattrapa très facilement, la saisit à la gorge et la plaqua contre un mur. La rage et la haine se lisant sans aucune difficulté dans ses yeux. Ces derniers émanaient toujours une aura dorée, mais on pouvait y voir des petits flash violacés crépitants de plus en plus souvent.

« Où est-il ? !, la questionna-t-il sans ménagement, la voix pleine de dédain et de colère.

- Laissez moi tranquille, ne me faites pas de mal !

- Tiens, c'est bizarre ! Où est passé votre morgue habituelle ? ! Si tu ne veux pas mourir, dis moi où il est !

- Lorsqu'il a pris connaissance de la rébellion, il est allé dans la cours d'exécution ! Il vous y attend...

- Parfais ! Tu vas m'y conduire !, il jeta la Kère au sol qui se releva péniblement. Allez ! Avance ! »

Suivant de près la prisonnière, il s'en alla au devant du monarque blafard.

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Et voici le nouveau chapitre, en espérant qu'il vous plaise. Comme toujours, je suis ouvert à tout questionnements, c'est toujours avec grand plaisir.
Sur ce, je vous souhaite de bonnes lectures et vous dis à bientôt.

Phoenix Bleu

Chapitre précédent Chapitre suivant

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

jojo
jojo : #48186
PhoenixBleu19 juin 2017 - #48180
@Luiwen
Comment je gère les pannes d'inspiration ? J'espère que tu me poses pas cette question parce que tu trouves que ce chapitre est peu inspiré XD
Pour être plus sérieux... je sais pas si j'ai vraiment une méthode pour gérer le manque d'inspiration. En général, en y mettant le temps, elle vient petit à petit. Je crois qu'il ne faut pas être pressé. Après, je ne sais pas si j'ai vraiment eut une panne d'inspiration digne de ce nom, un 'syndrome de la page blanche'. En général, j'ai plus une surabondance d'inspiration tout azimut dont je me demande bien souvent si je vais avoir le temps un jour d'en faire quelque chose. Mes problèmes sont plus du niveaux transmission de l'imaginaire à l'écrit. Comment vous faire pleinement vivre de part la lecture quelque chose que j'ai dans la tête, et c'est parfois pas si simple que ça. Et c'est vrai qu'à ce niveau là, parfois ça coince... mais je finis toujours par accoucher de quelque chose. Après, savoir si j'ai une méthode... pas vraiment... Ca finit par venir au fil du temps, avec de la patience et peut être le soucis du détail. J'essaye de bien décomposer ce que je veux transcrire, à le découper en séquences mieux gérable par exemple pour un combat, les gestes des protagonistes l'un après l'autre, quitte a en mimer certains pour voir si ça peut bien coller. Bref, je crois que pour pallier ce genre de manquer, faut avant tout prendre son temps, en essayant plusieurs tournures et en décomposant ce que l'on veut décrire.
Je sais pas si tout ceci répond à ta question, mais étant donné que j'ai pas vraiment de plan d'action prédéfini dans la résolution de problèmes et que je les traites un peu comme ça vient, j'ai essayé comme j'ai pu de t'expliquer comment je réagis habituellement lorsque je rencontre un problème dans l'écriture. Mais comme je te l'ai déjà dit, des problèmes de pure inspiration, j'en ai pas vraiment eut jusqu'à présent, désolé.

@jojo
C'est sympa d'annoncer le suicide de Twilight Shine sans petites balises spoil, au cas où on viendrait lire les coms avant le chapitre ! Bon, il est vrai que cela transparaissait dans le dernier chapitre, mais bon. Après tout, il y aurait pu y avoir un changement de situation. Au moins cette petite attention.
Néanmoins, merci tout de même d'avoir apprécié ce chapitre, ça fait plaisir. ^^
Et oui, mais c'est justement tout le drame de cet épisode. En plus, je vois que tu t'étais attaché à ces deux personnages... mais c'est la dure loi de la tragédie et je ne peux y déroger ^^ Mais c'est jamais facile de se débarrasser de personnages comme ceux là, je te la garantis.
En tout cas, merci encore pour ton appréciation. Et la suite, elle viendra, pas de soucis ^^

Merci et encore désolé d'avoir oublié de mettre la balise spoiler j'ai complètement zappé ^^'
Vraiment désolé et vivement la suite !
Il y a 6 mois · Répondre
PhoenixBleu
PhoenixBleu : #48180
@Luiwen
Comment je gère les pannes d'inspiration ? J'espère que tu me poses pas cette question parce que tu trouves que ce chapitre est peu inspiré XD
Pour être plus sérieux... je sais pas si j'ai vraiment une méthode pour gérer le manque d'inspiration. En général, en y mettant le temps, elle vient petit à petit. Je crois qu'il ne faut pas être pressé. Après, je ne sais pas si j'ai vraiment eut une panne d'inspiration digne de ce nom, un 'syndrome de la page blanche'. En général, j'ai plus une surabondance d'inspiration tout azimut dont je me demande bien souvent si je vais avoir le temps un jour d'en faire quelque chose. Mes problèmes sont plus du niveaux transmission de l'imaginaire à l'écrit. Comment vous faire pleinement vivre de part la lecture quelque chose que j'ai dans la tête, et c'est parfois pas si simple que ça. Et c'est vrai qu'à ce niveau là, parfois ça coince... mais je finis toujours par accoucher de quelque chose. Après, savoir si j'ai une méthode... pas vraiment... Ca finit par venir au fil du temps, avec de la patience et peut être le soucis du détail. J'essaye de bien décomposer ce que je veux transcrire, à le découper en séquences mieux gérable par exemple pour un combat, les gestes des protagonistes l'un après l'autre, quitte a en mimer certains pour voir si ça peut bien coller. Bref, je crois que pour pallier ce genre de manquer, faut avant tout prendre son temps, en essayant plusieurs tournures et en décomposant ce que l'on veut décrire.
Je sais pas si tout ceci répond à ta question, mais étant donné que j'ai pas vraiment de plan d'action prédéfini dans la résolution de problèmes et que je les traites un peu comme ça vient, j'ai essayé comme j'ai pu de t'expliquer comment je réagis habituellement lorsque je rencontre un problème dans l'écriture. Mais comme je te l'ai déjà dit, des problèmes de pure inspiration, j'en ai pas vraiment eut jusqu'à présent, désolé.

@jojo
C'est sympa d'annoncer le suicide de Twilight Shine sans petites balises spoil, au cas où on viendrait lire les coms avant le chapitre ! Bon, il est vrai que cela transparaissait dans le dernier chapitre, mais bon. Après tout, il y aurait pu y avoir un changement de situation. Au moins cette petite attention.
Néanmoins, merci tout de même d'avoir apprécié ce chapitre, ça fait plaisir. ^^
Et oui, mais c'est justement tout le drame de cet épisode. En plus, je vois que tu t'étais attaché à ces deux personnages... mais c'est la dure loi de la tragédie et je ne peux y déroger ^^ Mais c'est jamais facile de se débarrasser de personnages comme ceux là, je te la garantis.
En tout cas, merci encore pour ton appréciation. Et la suite, elle viendra, pas de soucis ^^
Il y a 6 mois · Répondre
jojo
jojo : #48171
Twilight Shine ! NOOOOON !!! Pourquoi!? Pourquoi ta pas attendue que ton bébé naisse avant de te suicider !? C'est pas juste j'adorai ses deux personnages! C'est pas Jojo ! C'est un drama! Un cornélien de drama !! Je pleure Bouhouhououhou !!!

Sinon c'était un exellent chapitre vivement la suite ;)
Il y a 6 mois · Répondre
Luiwen
Luiwen : #48166
Comment tu gères les pannes d'inspiration?
Il y a 6 mois · Répondre

Nouveau message privé