Doctor Whooves

Une fiction écrite par MisterX.

Saison 1 Episode 9 : Roseluck

- Et un bouquet de rose. Cela vous fera cinq pièces.

- Voilà, merci beaucoup.

- Merci à vous. Bonne chance pour votre rencard.

L’étalon s’éloigna, du comptoir, sourire aux lèvres. Le soleil brillait, les oiseaux chantaient… Une journée classique à Ponyvile, mais qui avait mis de nombreux poneys de bonne humeur. En témoignait le chiffre de vente de la boutique de fleurs sur la journée.

Daisy, une jument rose, à la crinière blonde, avec une marque représentant deux marguerites, encaissa l’argent. La plupart de leurs ventes concernaient des couples ou des visites familiales, mais certains poneys qui passaient voulaient simplement quelque chose à grignoter. Un autre point supplémentaire pour ce commerce. La vendeuse était plutôt satisfaite de la journée.

- Quelqu’un a pensé à arroser les pétunias ?

- Ce n’était pas à toi de t’en occuper ?

- Non, moi, c’était hier… Lily, c’est à toi je crois ?

- Oui oui, voila…

Dans le fond de la boutique, deux autres juments s’activaient. L'une, crinière blonde et la robe d'un rose plus foncé que celui de Daisy, sa marque représentant trois lis, se munissant d’un arrosoir pour aller ensuite vers les plantes en pots qui décoraient une partie des étalages. L'autre, une jument à la robe crème et à la crinière rouge, composait de nouveaux bouquets sur une table proche. Sa propre marque représentant une rose. Voyant qu’il n’y avait pas d’autres clients, Daisy se tourna vers ces dernières.

- C’est toujours aussi mignon… Vous avez un poney qui pourrait vous offrir des fleurs, vous ?

- Je ne chais pas, avoua Lily avec l’arrosoir entre les dents. Che cherait… Bien, mais je ne penche pas avoir encore attiré l’attenchion de quelqu’un pour le moment.

- Tu penses ? C’est dommage.

- Ouai…

- Même pas cet étalon qui n’arrête pas de te regarder quand il vient acheter ses tournesols ?

Les oreilles de Lily se tournèrent subitement en entendant cela. Elle semblait bien plus nerveuse subitement. Mais faisait tout pour ne pas le montrer.

- Euh… Je ne vois pas de quoi tu parles.

- J’ai l’impression que si.

Dasy la dévisagea d’un sourire presque moqueur tandis qu’elle rangeait son arrosoir. Mais plutôt que de laisser stagner, elle se tourna vers son autre collègue.

- Et toi Rose ?

L’intéressée redressa la tête, réagissant à son nom.

- Moi ? Oh… Les fleurs, ce n’est pas vraiment ce que j’attends le plus d’un étalon. Comme tu vois, j’en suis déjà entourée. En plus, je trouve ça un peu passé de mode.

- Personnellement, je viens de voir partir un bel étalon pour son rendez vous.

- Hum… d’accord, ce n’est pas passé de mode, mais c’est cliché.

- C’est ton avis. Moi, je trouve toujours ça flatteur d’en recevoir.

Rose haussa les épaules, et mit son nouveau bouquet dans un vase à proximité. Trouver un étalon n’était pas encore sa priorité… Même si cela pouvait être intéressant.

- Ce n’est pas non plus comme s'il te demandait en mariage.

- Peut-être…

- Et qu’est-ce que vous avez prévu de faire dimanche, demanda Lily en essayant de changer de sujet.

- Je ne sais pas encore, avoua Daisy. Peut-être profiter du parc. Le beau temps promet de rester encore un moment.

- J’y pensais aussi. C’est sympa de lire au soleil en ce moment.

- C’est surtout le jour où tous les couples seront de sortie. On pourra les regarder se bécoter...

- Daisy…

- Tihi, pardon !

Regarder des tourtereaux en train de roucouler, il était facile de deviner que c’était l’activité préférée de Daisy. Même si cela était extrêmement indiscret.

Mais ce qui intéressait davantage Rose à ce moment-là, c’était ce qu’elle avait prévu pour le soir même : rentrer chez elle pour avoir une bonne nuit de sommeil.

Aussi, elle ne s’attarda pas quand la boutique ferma. Elle salua ses deux collègues, et prit le chemin de sa maison, suivant les ruelles presque désertes, éclairées par le soleil couchant. Le manque de luminosité ne la dérangeait pas, Rose trouvait même cela reposant…

Du moins, d’habitude.

Elle marchait, machinalement, dans la rue sombre et déserte… quand quelque chose attira son attention, il venait d’y avoir du mouvement devant elle. La jument releva la tête…

Mais il n’y avait rien.

Rose cligna des yeux. Peut-être était-elle plus fatiguée qu’elle ne le pensait… préférant éviter de s’attarder davantage, elle pressa le pas.

Quelqu’un buta dans une bouteille de verre, derrière elle.

Rose se retourna vivement.

Mais il n’y avait que des ombres face à elle… Et une bouteille vide qui roula jusqu’au milieu de l’allée déserte. Dans la faible lumière du couchant, personne n’était visible.

Peut-être que c’était juste un chat…

Rose pressa encore le pas. Pour une fois, cet environnement familier la mettait mal à l’aise.

Elle tourna dans une petite ruelle, sombre, qui la séparait encore de chez elle. Le soleil avait presque disparu, et les ténèbres hantaient à présent le chemin, entouré par des murs semblables à ceux d’une prison.

Quelque chose n’allait pas.

Elle se retourna, avec la nette impression d’être observée. Elle vit du mouvement, à l’entrée de la ruelle. Cette fois, elle était bien certaine qu’il ne s’agissait pas de sa fatigue. Quelqu’un d’autre se trouvait là.

- Daisy ? C’est toi ? Arrête s’il te plaît, ce n’est pas drôle !

Mais était-ce vraiment sa collègue ? Rose voulut se retourner, pour galoper vers sa maison… cet étrange mouvement recommença devant elle.

Non, il y avait clairement quelque-chose face à elle. C’était bien transparent, mais ça bougeait… Autour d’elle, ça bougeait dans toute la ruelle. Ça l’encerclait, mais elle ne le voyait qu’à peine…

Rose était tétanisée. Elle voulait crier, mais sa gorge semblait s’être nouée. Ces choses l’entouraient, mais elle était tout simplement incapable de savoir de quoi il s’agissait. Ce dont elle était certaine, c’était qu’elles étaient en train de se rapprocher, et cela ne présageait rien de bon. Elles étaient tout autour d’elle. Piégée, terrorisée, Rose s’appuya contre le mur le plus proche, ferma les yeux…

Puis un sabot inconnu prit le sien. Elle rouvrit les yeux et tourna la tête. Un étalon marron, brun, la regardait.

« Courrez ! »

Puis tout s’accéléra. Sans attendre, l’étalon tira sur son sabot pour l’entraîner, alors qu'un grésillement retentit derrière elle, comme un rayon de magie qui s’écrase contre de la pierre. Rose ne voulait plus s’arrêter pour savoir, ni se retourner pour essayer de voir. Elle voulait juste courir, aussi vite qu’elle le pouvait. L’étalon passa devant. Sans demander de détail, Rose s’engagea à sa suite, galopant dans les rues, poursuivie par des entités informes et invisible… mais avant tout qu’aucun d’eux ne voulait croiser de cette manière.

- C’est quoi ces choses ? Demanda Rose en galopant.

- Des créatures capables de se fondre dans leur environnement. Ils dévient les rayons lumineux pour paraître pratiquement invisibles. Même un caméléon n’est pas aussi efficace pour se camoufler.

- Mais qu’est-ce qu’elles veulent ?

- C’est ce que j’ai l’intention de leur demander.

- Quoi ?

- Par ici !

L’étalon tourna brutalement dans une autre rue, obligeant Rose à le suivre.

- Mais ma maison est de l’autre côté !

- Faites-moi confiance.

Le duo tourna, galopa, puis tourna encore, s’éloignant de la demeure de la jument… Pour s’arrêter brutalement au coin d’une autre ruelle, en apparence déserte…

- Mais qu’est-ce que vous faites, cria Rose qui ne comprenant pas pourquoi l’étalon s’était arrêté. Ils vont nous rattraper !

- Attendez un peu de voir ce que je leur réserve.

L’étalon se pencha derrière le mur qu’ils venaient de franchir pour jeter un coup d’œil, rapidement imité par Rose. L’étranger était parfaitement calme… mais la jument se demandait ce qu’il valait mieux faire entre continuer ou rester près de lui… Qui que ce soit, il semblait avoir une idée de ce qu’il se passait, et de ce qu’il faisait.

Les créatures semblaient se rapprocher, encore, et encore. De ce qu’en percevait Rose, elles étaient presque à mi-chemin.

- S’il vous plaît, dites-moi que vous savez ce que vous faites.

- Parfaitement.

Il releva la tête.

- Pinkie ! Maintenant !

Rose sursauta en voyant apparaître l’employée du Sugar Cube Corner sur le toit d’une des maisons, son canon à fête entre les sabots.

- J’arrive ! Dites bonjour à mon petit copain !

Le canon fit feu… Mais au lieu de lâcher des serpentins et des confettis, il cracha un objet qui explosa en touchant le sol, répandant une poudre blanche partout autour de la zone d’impact. En un instant, les créatures invisibles se retrouvèrent couvertes de farine. Pinkie Pie renouvela l’opération plusieurs fois, jusqu’à-ce que sept créatures soient parfaitement visibles au milieu de la route.

- Touché ! Cria la jument rose.

- Vous ne pouvez plus vous cacher, prévint l’étalon marron en quittant son abri. Maintenant, je veux savoir ce que vous faites ici.

Rose regarda, bouche bée, ce qu’il était en train de se passer. La farine avait révélé des créatures vaguement équines, avec une tête semblable à celle d’un caméléon. Ils en étaient presque complètement recouverts. Elle n’avait jamais rien vu de semblable. L’un d’eux, qui menait visiblement le groupe, prit un étrange appareil dans sa bouche et le pointa vers l’étalon.

- Vos armes sont inutiles, prévint-il alors. J’ai placé un brouilleur IEM à proximité. Vos pistolets lasers et à plasma ne fonctionneront pas ici. Maintenant, je vous le demande gentiment : déclinez votre identité, vos intentions, nom d’espèce et planète d’origine.

Planète d’origine ? Ces créatures étaient donc extra-terrestres ? Le premier qui menaçait l’étalon semblait marquer un temps d’hésitation… Il rangea son pistolet.

- N’interférez pas, dit-il d’une voix menaçante.

- Que voulez vous à cette planète ?

- Ce sont des informations confidentielles. N’interférez pas.

- Dites-moi au moins qui vous êtes !

- Nous sommes des Camelios. N’interférez pas avec notre mission. Nous serions contraints de vous éliminer.

Puis, sans en rajouter davantage, il fit signe à son groupe, qui se dispersa, sortant de la rue par chaque chemin qui se proposait. L’étalon ne bougea pas, ne jugeant sans doute pas utile de leur courir après.

- Vous les avez mis en fuite ? S’étonna Rose.

- On dirait que le combat au corps à corps ne les intéressait pas. Joli tire Pinkie !

- Merci !

- Mais cela ne nous dit toujours pas ce qu’ils faisaient là…

- Mais qu’est-ce qu’ils avaient après moi ? Reprit Rose.

- Rien au début, mais ils n’aiment pas les témoins gênant. Hier, ils ont essayé de s’en prendre à un poney qui quittait la ville. Il a eu beaucoup de chance.

- Quoi ? Mais… Pourquoi ?

- Ça doit faire partie de leur idéologie : un caméléon n’aime jamais être découvert.

Pinkie Pie descendit de son toit d’un bond, marchant gaiement vers les deux poneys. L’étalon, lui, se dirigea vers une poubelle, récupérant derrière un étrange appareil circulaire qu’il prit en sabot. Il se retourna ensuite vers la fleuriste, semblant soudain se souvenir de sa présence.

- Je m’appelle le Docteur. Et vous êtes ?

- Rose.

Une ombre passa subitement sur le visage de l’étalon… son expression était entre la stupéfaction et la tristesse… Avait-elle dit quelque-chose ?

- Roseluck, précisa-t-elle. Est-ce que tout va bien ?

- Oui oui, tout va très bien…

Il détourna le regard un instant. Même Pinkie avait oublié de saluer Roseluck face à cette étrange réaction…

Se reprenant, le Docteur se força à sourire à la jument crème.

- Eh bien ce fut un plaisir de vous rencontrer, Roseluck. j’espère que vous passerez une bonne soirée. Vous venez Pinkie ? Il faut qu’on découvre ce qu’ils fabriquent.

Et sans prendre la peine de rajouter quoi que ce soit, il s’éloigna, laissant sur place une Rose troublée. Qui était cet étrange Docteur ? Que venait-il de se passer ? Elle se tourna vers Pinkie, cherchant un semblant d’explication… mais cette dernière ne semblait pas vouloir s’attarder, elle non plus.

- Désolée Rose, on est sur une affaire… urgente. Allez, bonne soirée !

Et elle s’éloigna à la suite du Docteur, sans apporter plus d’explication.

Rose les regarda quelques instants… Avant de reprendre au trot le chemin de sa maison. Quoi qu’elle vienne juste de vivre, elle préférait éviter de rester pour attendre que cela se reproduise…

***

Doctor Whooves

Roseluck

***

Daisy commença à installer le présentoir à l’extérieur de la boutique de fleurs, guettant l’arrivée d’un poney en particulier. L’heure d’ouverture était passée depuis déjà un quart d’heure, et sa seconde associée n’était toujours pas arrivée. Étrange, elle n’habitait qu’à cinq minutes de trotte pourtant… Ce n’était pas son genre d’être en retard.

C’était le samedi matin, le soleil venait de se lever, les oiseaux chantaient, et les clients n’allaient pas tarder à se manifester… Ah, enfin, Daisy vit Rose apparaître au coin de la rue et trotter vers la boutique.

- Salut Daisy. Désolé, j’ai eu du mal à me réveiller, expliqua-t-elle.

- Ce n’est pas trop grave. Mais on t’attendait pour faire d’autres bouquets.

- Je m’y mets tout de suite. Est-ce qu’on a des commandes ?

- Pas pour le moment. Il faut refaire des compositions pour les étalages de dehors.

Sans plus attendre, elle entra et se remit à sa table de travail, attrapant quelques fleurs… mais l’air visiblement troublé, ce qui n’échappa pas à Lily, alors occupée à tailler des rosiers.

- Tout va bien Rose ? Tu sais, on est encore au petit matin, c’est pas si grave que ça.

- Oui oui… Mais ce n’est pas ça en fait.

- C’est quoi alors ?

- C’est… compliqué.

- Tu ne veux pas nous le dire ?

- Eh bien… Vous allez trouver ça vraiment bizarre.

- Bah, des choses bizarres… Il y en a de plus en plus depuis quelque temps. On est plus à ça près je suppose.

Rose releva la tête. Elle ne pouvait pas nier ce fait : Il y avait d’abord eu le retour de la Princesse Luna, l’apparition des éléments d’harmonie, l’attaque des cyberponies… Et un certain nombre de rumeurs parlaient d’autres événements s’étant déroulés à Ponyville. En quelques mois, le bizarre et le surnaturel semblaient avoir pris possession de leur petite ville.

- Tu as peut-être raison, avoua-t-elle . En fait, hier, en rentrant chez moi… j’ai été poursuivi par des créatures… Des créatures invisibles.

- Des créatures invisibles ?

- Comment est-ce que tu pouvais savoir qu’elles étaient là si elles étaient invisibles ? Demanda alors Daisy en retournant à l’intérieur de la boutique.

- En fait elles n’étaient pas complètement invisibles. Je pouvais les voir bouger autour de moi.

- Tu es sûre que ce n’était pas juste un chat ? La nuit c’est facile de les confondre avec une ombre…

- Non non ! Croyez-moi, je sais ce que j’ai vu.

- D’accord, on te croit… Et elles ont fait quoi, ces choses ? Elles se sont contentées de te suivre ?

- Oui… Mais en tout cas, je ne suis pas sûre qu’elles me voulaient du bien.

- C’était peut-être des poulains qui voulaient faire une farce, suggéra Lily. Ça existe, les sorts d’invisibilité.

- Non. Pinkie Pie est arrivée juste après, et elle leur a lancé de la farine dessus. Ils ressemblaient à des caméléons en réalité.

- Tu as été poursuivie par des caméléons géants ? S’étonna Daisy.

- Oui.

- Wow… Mais qu’est-ce que Pinkie faisait là ?

- Je ne sais pas. Elle était avec un autre étalon, mais je ne sais pas qui c’est.

- Bizarre…

- Elle est porteuse d’un élément d’harmonie, rappela Lily. Elle faisait probablement… Ses… trucs, de porteuse d’élément de l’harmonie. Ou… peut-être qu’elle voulait cuisiner et est sortie chercher de la farine. La connaissant…

- C’est pas rassurant en tout cas, reprit Daisy. J’espère que le maire va envisager de faire venir des gardes en plus à Ponyville, au cas où il devait y avoir d'autres problèmes.

- Moi aussi. Rose, il va falloir que je remplace les journaux sous les pots de fleurs. Tu pourrais me passer le bac ?

- Voilà.

La jument se pencha sous sa table de travail pour prendre entre ses sabots une caisse contenant de vieux journaux. Elle la fit glisser sur le côté… Mais s’arrêta dans son mouvement en voyant ce qui se trouvait sur le dessus.

« Une minute… »

Laissant le reste à Lily, elle attrapa le journal en haut de la pile et le déplia. Le titre de l’article disait « Attaque psychique à l’école de Ponyville : l’enquête progresse ». Mais ce qui troublait Rose était la photo. On y voyait un étalon vert au crin blond, menotté, conduit par des gardes hors de l’école… Mais à proximité, au bord de l’image, se trouvaient trois des éléments de l’harmonie, Twilight, Rainbow Dash et Pinkie Pie, en compagnie d’un autre étalon. Marron, brun, marque représentant un sablier…

C’était exactement le même poney qu’elle avait rencontré la veille.

- Oh… Je suppose qu’on pourra aussi rajouter ça à la liste, commenta Lily en jetant un coup d’œil à l’article. Les enquêteurs n’ont pas donné beaucoup d’informations après cette arrestation.

- Ils ont juste dit que c’était un imposteur qui s’était livré a des expériences sur les poulains si je me souviens bien.

- Quelle horreur… Heureusement qu’il a été démasqué.

- Lily, est-ce que tu connais cet étalon ?

- Lequel ?

- Celui-là, avec le sablier.

- Ah… Non.

- Et toi Daisy ?

- Non plus. Peut-être que c’est une connaissance de Twilight, ou des deux autres… C’est lui que tu as vu hier ?

- Oui, c’est lui.

- Il ne doit pas être d’ici, mais je ne me souviens pas que Pinkie lui ait fait de fête de bienvenue.

- Sûrement pas d'ici je pense…

Les trois juments restèrent silencieuses quelques instants… Puis se séparèrent.

- Bah, ce n’est pas ça qui va faire tourner la boutique, dit simplement Daisy. On aura probablement des clients à midi qui voudront manger quelques fleurs. Il vaut mieux qu’on ait quelques réserves.

- D’accord, je m’y mets.

Rose posa la coupure de journal et retourna à sa table de travail… son esprit restait préoccupé, cependant. Qui était cet étalon, et que faisait-il sur cette photo ? Était-ce une coïncidence ?

***

Driiiiiiing ! clac !

Rose fit taire son réveil en ronchonnant. Dimanche n’était pas le jour où elle voulait se faire importuner par ce dernier.

Sitôt le mécanisme arrêté, la jument reprit place paresseusement entre ses oreillers, essayant de finir sa nuit… Mais cela allait rapidement se compliquer si son estomac s’y mettait à son tour. Inutile donc de chercher à se rendormir. Elle resta simplement là, à profiter du confort de son lit.

Contemplant son plafond, elle ressassa sa mémoire des derniers jours, laissant passer un peu le temps. Les caméléons, ce « Docteur » anonyme qui se trouvait là à ce moment précis, mais aussi sur les lieux d’une étrange affaire qui menaçait directement les poulains de Ponyville. Était-ce une simple coïncidence ou y avait-il une raison ? Cette question la taraudait depuis qu’elle avait trouvé ce journal.

Son estomac réclama pitance. Sans grande conviction, elle se leva, pour se diriger vers la cuisine. Avant de profiter de son dimanche, elle voulait tirer cette histoire au clair. Elle avait deux choix : se documenter à la bibliothèque, et interroger les porteuses des éléments sur leur étrange ami.

La première personne à laquelle elle pensa fut Pinkie Pie. Mais le Sugar Cube Corner était fermé le dimanche, et la fêtarde rose probablement occupée à fêter quelque chose ailleurs en ville. Mais Twilight tenait également la bibliothèque, bien plus proche de chez elle. Elle pouvait toujours lui demander directement en y allant.

C’était décidé, elle allait faire ça. Son petit déjeuner achevé, elle se prépara à sortir. Peut-être devait-elle éviter les ruelles désertes par précaution… Ce n’est pas comme si les rues allaient être bondées de toute façon, un dimanche matin.

Du moins… Le pensait-elle.

- Mon potager ! Qu’est-ce qui s’est passé !

- Mes fleurs ! Qui a osé ?

- Même ma haie !

- Ne me dites pas que ça a recommencé !

A la grande surprise de la jument, il y avait bien plus de monde que prévu à l’extérieur. Et la situation l’expliquait facilement : les jardins d’une bonne partie de la ville avaient été saccagés, les plantes s’y trouvant ayant disparu, arrachées. Tout cela en une seule nuit.

La colère des habitants était palpable, même a l’instant où Rose sortit de sa rue pour aller dans la suivante. La jument en était pratiquement sans voix.

- Je vous préviens, menaça un jardinier a proximité, si jamais c’est encore les lapins de Fluttershy...

- Je doute que des lapins puissent faire autant de dégâts. D’ailleurs, ces plantes n’ont pas été grignotées de la même manière.

Les lapins… Le simple souvenir de ces petites créatures dévorant les fleurs de son magasin la fit frémir. Plutôt que de se diriger vers la bibliothèque, Rose partit au galop pour faire un détour par son lieu de travail. Qui sait ce qui aurait pu arriver à leurs pauvres fleurs ?

Elle galopa, traversant les rues aussi vite qu’elle le pouvait. Bon sang, si les coupables étaient rentrés dans leur magasin…

En arrivant en vue de la boutique, elle constata avec effroi que la porte était ouverte. Elle reprit sa course, craignant pour les dégâts qu’il pouvait y avoir…

Elle poussa un soupir de soulagement en arrivant : il n’y avait que Daisy, en train de refaire précipitamment l’inventaire de leur stock. La pauvre jument semblait complètement paniquée.

- Les plants d’hortensia, toujours là… Les rosiers, toujours là… où sont les pétunias ?

- Juste ici.

- Ah ! Rose ! Tu m’as fait peur… Tu as vu ce qui s’est passé dehors ? C’est une horreur !

- Oui, j’ai vu. Je suis venu dès que j’ai pu…

- Je vérifiais pour voir s’il ne manquait rien. Mais je crois que tout est resté comme on l’avait laissé hier… Je crois.

- Euh… Essaye de rester calme. Tout va bien, personne n’est rentré dans le magasin.

- Peut-être… Peut-être… Je voulais juste m’en assurer.

Daisy poussa un grand soupir, essayant de retrouver son calme… Mais elle n’y parvint qu’à moitié. En elle-même, elle semblait toujours terrifiée.

- Qu’est-ce qui s’est passé à ton avis ? Encore les lapins de Fluttershy ?

- Je n’en suis pas sûre. Ils n’avaient pas fait ce genre de dégât la dernière fois.

- Tu penses ?

- En tout cas c’est ce que mes voisins ont l’air de dire.

- Eh bien… Peu importe qui a fait ça, j’espère qu’il n'a pas l'intention de continuer.

Daisy regarda à nouveau autour d'elle, frémissant à l'idée de voir toutes les plantes présentes ravagées de la même manière.

- Et s’il arrivait à entrer ?

- Daisy, du calme. Je ne pense pas que quoi que ce soit ne projette d'entrer par effraction pour voler nos fleurs.

- Si tu le dis… Mais je devrais peut-être rester pour…

- Pas la peine. En plein jour comme ça, je doute qu'il se passe grand-chose. Ferme juste la porte en partant, et profite de la journée.

- Je vais essayer…

- On se voit demain.

Abandonnant sa collègue, Rose sortit de la boutique pour reprendre la route de la bibliothèque. Pour un dimanche, la journée commençait bien. Qu’est-ce que cela pouvait bien vouloir dire ?

***

Rose ouvrit la porte et pénétra dans la bibliothèque, probablement un de ses lieux favoris dans tout Ponyville. Le calme, les livres, l'odeur du papier... elle finissait toujours par y trouver son bonheur en matière de littérature. Mais ce jour-là, « calme » n'entrait pas dans la définition du lieu.

- Je vous assure, ce ne sont pas mes lapins, ils sont tous restés dans leur enclos cette nuit. Et aucun autre de mes animaux n'était dehors.

- Pt'êt, mais j'tiens pas as'k mes pommiers finissent d'la même manière.

- Oui, je comprends.

- Twilight, T'aurais pas une idée ?

- Je ne sais pas encore. Nous n'avons rien pour savoir à quoi on a affaire. Il nous faudrait plus d'indices.

- Euh... Bonjour ?

- Oh, bonjour Rose.

Rose s'avança dans la pièce, saluant les trois juments présentes : Applejack, Fluttershy et Twilight Sparkle. Visiblement, elle ne tombait pas au bon moment.

- Je ne dérange pas ?

- Non non, ne t'en fais pas. On... On s'interrogeait juste sur ce qui s'était passé la nuit dernière.

- Oui, bien sûr. C'est... assez bizarre en tout cas. Il y a plein de rues qui se sont retrouvées dans cet état.

- Et ta boutique de fleurs ?

- Non, j'y suis passé, mais il n'y a rien eu. Il n'y a que les jardins qui ont été attaqués.

- Tant mieux. Au moins, ça n'entre pas par effraction dans les maisons.

- Ouais, tant mieux pour toi, grommela Applejack. Moi, si y a rien que j'puisse faire pour protéger mon verger, j'vais devoir passer la nuit à monter la garde.

- Désolée pour toi, reprit Rose.

- Ouais… Excusez-moi. J’pensais r’trouver un peu de calme en rentrant, mais y a toujours des trucs bizarres qui continuent d’arriver.

La fermière soupira, frustrée. Va savoir à quoi elle faisait référence, mais cela avait l’air d’avoir été une expérience mouvementée.

- Il faut espérer que ça ne prenne pas trop d’ampleur, reprit Twilight en se saisissant dans un coffre de la salle d’une carte par magie. Rose, si ça ne te dérange pas, est-ce que tu pourrais m’aider ? Il faut qu’on sache quels quartiers ont été touchés ou épargnés, pour essayer de comprendre ce qui s’est passé.

- Euh… Bien sûr, si ça peut être utile.

Rose s’approcha, pour jeter un œil au parchemin que la licorne violette venait de déplier sur la table. La ville entière de Ponyville y était représentée. Gardant ses questions pour plus tard, la terrestre essaya de retrouver l’emplacement de sa maison, puis celui de son lieu de travail.

- Je suis passée par là pour aller à la boutique, et par ici pour rejoindre la bibliothèque. Tous les jardins qui se trouvaient de ce côté ont été ravagés, mais dans le centre-ville, je n’ai rien vu de particulier.

- Alors apparemment, ça s’est limité à la périphérie de la ville. C’est plutôt une bonne nouvelle. Mais il va falloir qu’on aille voir le reste par nous-mêmes pour en être sûres.

- Vous allez devoir fermer la bibliothèque ?

- Oh… Excuse-moi Rose, j’en oublie mes devoirs. Non, ne t’en fais pas : Spike la tiendra pendant mon absence. Spike !

- Oui Twilight ?

Le bébé dragon apparut à une porte adjacente, un bol de céréales et une cuillère entre les griffes. Visiblement, il arrivait tout juste de la cuisine.

- Spike, tu veux bien tenir la bibliothèque pendant que je ne suis pas là ? Il faut qu’on s’absente quelques temps.

- Pas de problème.

- Euh… Juste avant que tu ne partes, reprit Rose, je voulais te demander : j’ai rencontré il y a quelques jours un étalon marron qui disait s’appeler « le Docteur ». Est-ce que tu le connais ?

La question sembla surprendre la licorne violette. Nerveusement, elle jeta un regard à ses amies. Applejack ne répondit que d'un air embarrassé, et Fluttershy ne savait visiblement pas comment réagir.

- C'est… Un ami, finit par avouer la licorne. Mais il n'aime pas vraiment qu'on parle de lui.

- Pourquoi ?

- C'est… compliqué.

- Ce n'est pas un agent de la couronne ou quelque-chose du genre ?

- Oh, non, rien à voir. Disons plutôt que… c'est un expert concernant les choses étranges et inexpliquées.

- Oh… Je l'ai constaté, oui.

- Ah ? Comment ?

- On a été poursuivis par des… Créatures, pratiquement invisibles. Je n’ose pas imaginer ce qui se serait passé s'il n'avait pas été là.

- Y r'fait encore des siennes ? S'étonna Applejack. Écoute-moi, Rose, cet étalon est p'tête doué pour résoudre les problèmes, mais t'es pas en sécurité si tu restes à côté de lui. Généralement, quand il arrive quelque part, c'est que les problèmes ne sont pas loin. Suis mon conseil : évite-le tant que tu le peux.

- Euh… D'accord.

Rose baissa les oreilles, subitement intimidée par l’attitude sérieuse de la fermière. Elle était cependant intriguée. Qu’est-ce que cet étalon pouvait avoir d’aussi dangereux ? Il s’était frotté à des monstres au moment de leur rencontre, d’accord. Mais cela ne pouvait pas être représentatif…

Si ?

- Mais… Il est si dangereux que ça ?

- En lui-même, non. Mais quand on s’approche trop, on finit par s’attirer des ennuis. Moi et Twilight, on a failli en faire les frais.

La licorne violette soupira. La conversation allait dans une direction qui ne semblait pas lui plaire.

- Peut-être… Mais excuse-moi Applejack, on a du travail. Tenez, prenez ça.

Rapidement, Twilight sortit deux nouvelles cartes du coffre, toujours par magie, avant de refermer le meuble et de se diriger vers la porte, voulant couper court à la conversation.

- On va chacun essayer de couvrir une zone différente. Applejack, tu prends le nord-est. Fluttershy, le sud. Moi, je vais prendre l’est. Allez, on traverse une crise, il faut la résoudre le plus rapidement possible. Vous venez ?

- On arrive.

- Bonne journée Rose.

- l'ut, salua Applejack. Suis mon conseil.

- Euh… au revoir, termina Fluttershy.

Les trois juments sortirent l'une après l'autre, laissant la bibliothèque à Rose et Spike, qui les saluèrent d'un mouvement, de sabot pour l'une, de griffe pour l'autre.

Sitôt la porte refermée, Spike retourna à son bol de céréale, s'appuyant dans le cadre de porte.

- Et voila, c'est toujours comme ça. Les filles s'en vont s’amuser dehors, et Spike garde la bibliothèque. C'est pas comme si j'avais d'autres amis qui m'attendaient ailleurs, de toute façon.

- Ça t'ennuie Spike ?

- Bof, non. Au moins, ça me laisse un peu de répit… Tu venais pour autre chose ?

- Oui. La bibliothèque garde d'anciens exemplaires de journaux, non ? J'aimerais les consulter.

- Je vais te chercher ça. Tu veux pour une date précise ?

- Jusqu’à la dernière cérémonie du soleil d’été, au moins.

Le bébé dragon se redressa et s’éloigna dans le couloir. Quelques instants plus tard, il revint, ayant troqué son bol de céréale par un énorme porte-document, qu’il alla poser sur la table centrale de la bibliothèque.

- Voilà, tu devrais en avoir une partie ici. Et c’est juste pour le Equestria Daily. Je vais voir ce qu'il y a d'autre. Dans les archives.

- Merci Spike.

Le bébé dragon repartit dans le couloir. Rose n’attendit pas pour commencer. Elle attrapa la boite de carton entre ses sabots, pour le vider… Mais un ensemble de livres occupait déjà l’emplacement. Qu’a cela ne tienne, elle se décala pour trouver un endroit plus approprier. Mais…

Le livre le plus proche était ouvert sur une page montrant d’étranges illustrations, des vitraux, des peintures, et d’autres arts de cultures différentes, représentant une même étrange forme. Curieuse, Rose oublia quelques instants ses journaux et se pencha sur l’ouvrage.

« Ce qui est étrange, c’est que ce mythe de la boite bleue apparaît dans de nombreuses cultures, sous divers aspects, mais reprenant cependant divers éléments récurrents. La boite apparîtrrait en temps de trouble, pour déposer un ou plusieurs héros, pour chasser le mal, avant de les remmener tout aussi mystérieusement, quoique certaines versions inversent la tendance pour en faire des êtres maléfiques. Les premières traces écrites de ce mythe sont des rapports militaires licornes, datant du règne de Maximus le magnifique, soit environs deux mille ans avant notre ère.

On en retrouve également des traces en Arabie, au royaume des griffons, et même dans des contes Zebricains. Pourtant, les liens entre ces différents peuples semblent inexistants aux premiers abords.

Certains historiens ont tenté de s’en référer à la princesse Celestia elle-même. Mais selon notre souveraine, « la légendaire boite bleue fait partie de ces mystères qui ne seront peut-être jamais résolus ». Alors, connaîtrons-nous un jour la réponse à cette énigme ? Aujourd’hui, le mystère reste entier. »

Spike posa bruyamment un second porte-document sur la table, interrompant la lecture de Rose.

- Voilà, tu devrais avoir ce qu’il te faut.

- Oh, euh… Merci Spike. Tu sais ce que c’est ce livre ?

- Oh, « mystères d’historiens ». C’est un livre qui parle de trucs que les historiens n’arrivent pas à expliquer… Twilight a commencé à l’étudier il y a quelque temps. C’est assez nouveau, cette passion pour l’histoire.

Spike se détourna, gère plus intéressé. Son bol devait encore l’attendre dans la cuisine. Rose, quant à elle, pouvait retourner à ses propres recherches.

***

Au bout d’un moment, Rose pût regarder les différents éléments qu’elle avait épinglés sur le panneau en liège de Twilight. Cette dernière avait beau dire, les événements étranges semblaient s’être multipliés à Ponyville depuis quelque temps.

D’abord, c’était le retour de Nightmare Moon, qui fut stoppée par les porteuses des éléments tout justes retrouvés. Puis, Ponyville était attaqué par des Cyberponies venus d’un autre monde, confirmant au passage l’existence de ces derniers. À nouveau, les porteuses des éléments avaient résolu l’affaire. Le même jour, un peu plus tôt, un météore avait été aperçu, son point de chute le plus probable étant Ponyville… sur la bibliothèque, selon les ragots locaux. Mais avec l’attaque de ces poneys de fer, cette info était passée pratiquement inaperçue, et l’affaire s’était arrêtée là. Une semaine plus tard, c’était l’attaque psychique sur les poulains de toute la ville, aussi soudaine qu’inexpliquée. Une partie seulement des porteuses des éléments étaient impliquées. Sans oublier cet étrange étalon, qui figurait sur la photo. Lui, était lié à cette affaire, s également à la plus récente survenue depuis quelques jours : son agression par des créatures venues des étoiles, presque invisibles, et son sauvetage par ce même étalon, en compagnie de Pinkie Pie.

Il y avait des éléments sur la résolution de chaque problème, mais rien indiquant la provenance. Mis à part que plusieurs d’entre eux concernaient directement l’espace : Nightmare Moon, le météore, les Cyberponies, et les poneys-caméléons.

Il lui fallait d’autres indices.

- Eh bah, c’est une enquête policière que tu es en train de faire, commenta Spike en passant derrière elle.

- En fait, j’essaye de comprendre pourquoi tous ces événements se sont produit en un si court laps de temps. C’est vraiment bizarre.

- Peut-être… Mais moi, j’ai envie de te dire : laisse ceux qui le peuvent régler les problèmes. Tu seras tranquille comme ça.

- Peut-être… Mais je suis curieuse de comprendre. Ça me rassure, quand je sais ce qui m’entoure.

- C’est un point de vue.

- Tant que tu es là Spike, Twilight t’as parlé de ce qui s’était passé… à l’école, par exemple ? La presse ne sait pratiquement rien. Alors si Twilight, Pinkie et Rainbow Dash savaient où chercher… Oh, et ce « Docteur », en plus…

- En fait… C’est compliqué à expliquer. Mais… D’après elle, ce type stockait des données dans le cerveau des poulains de l’école. Il a failli le leur griller avec sa machine infernale. Heureusement que le Docteur a trouvé des preuves et l’a arrêté.

- Wow… Des données ? Dans leur cerveau ? C’est… Glauque ! Mais quel genre de machine pourrait faire cela ? C’était de la magie ?

- Nop, c’était alien.

Rose se retourna vers le bébé dragon, étonnée. Ce dernier lui parlait avec un sérieux surprenant. Il n’avait pas l’air de plaisanter, mais Rose ne put cependant s’empêcher de poser la question :

- Alien ? Vraiment ?

- Oui, alien.

- Mais… Comment est-ce qu’il se l’est procuré ?

- C’était un alien déguisé.

- Un alien ? Déguisé en poney ?

- Oui. Maintenant, est-ce que tu peux arrêter de répéter ce que je dis ?

- Désolée…

- Je t’en dis trop en plus. Twilight voulait que j’évite d’en reparler à quelqu’un d’autre.

- Pourquoi cela ?

- Elle pense que ça pourrait nous attirer des problèmes. Une attaque de Cyberponies, c’est déjà suffisant comme menace de l’espace. Si ça continue, on pourrait provoquer une panique générale.

- Oh, je comprends.

Il y avait donc des choses qu’elle ne savait pas au sujet des événements de Ponyville. Rapidement, Rose pris un crayon en bouche, nota un nouvel élément sur un des papiers qui s’y trouvaient, et alla l’épingler sur le tableau. Cela faisait deux événements « aliens », un événement d’un autre monde, qu’on pouvait cependant considérer comme « alien », le météore tombé de l’espace, et le retour de Nightmare Moon, directement depuis la lune. Tout cela commençait à faire beaucoup lié au ciel…

- Et… ça ne vous inquiète pas, vous ? Tous ces trucs bizarres ?

- Un peu… Mais bon, Twilight et les autres ont les éléments d’Harmonie, elles peuvent compter les unes sur les autres, et on a un « expert » qui est presque tout le temps là quand il se passe un truc de ce genre.

- Le Docteur ?

- Ouais.

Rose se retourna à nouveau vers son tableau. Peut-être était-il lié à toute cette affaire…

- Je me demande qui il est vraiment…

- Franchement, moi aussi.

Rose dressa une oreille, subitement intriguée. Elle se retourna vers le bébé dragon.

- Comment cela ?

- Eh bien… il fait plein de trucs dingues, mais… à part ça, on ne sait presque rien sur lui. On ne connaît même pas son nom.

- Vraiment ?

Cette fois ci, Rose dressa les deux oreilles. Quel genre d’étalon refusait de donner son nom ?

- Oui, vraiment. À chaque fois, il se présente de la même manière : « le Docteur ».

- C’est tout ? Et Twilight lui fait confiance ?

- Ils ont un peu voyagé ensemble. Je suppose qu’elle le connaît mieux que moi.

- Mais elle a dû te rapporter quelques infos. Qu’est-ce que tu sais de plus à son sujet ?

- Rose, désolé, mais j’en ai déjà trop dit. Je ne peux pas en rajouter plus.

- Désolée…

Spike se retourna pour s’éloigner, mettant ainsi un terme à la conversation. Rose baissa les oreilles, regrettant d’avoir insisté…

- Désolé Spike.

- C’est bon, ne t’en fais pas.

- C’est vrai… Chacun a sa vie privée normalement.

- Oui, normalement.

Rose regarda à nouveau son tableau. Les post-it s’entassaient dessus… Mais elle n’allait pas pouvoir le garder. Il allait bien falloir qu’elle rentre chez elle.

- Excuse-moi Spike, est-ce que tu aurais un carton que je pourrais emprunter pour rapporter tout ça chez moi ?

- Oui, je pense… Attends, je vais essayer de trouver ça.

***

Le dos chargé de ses recherches dans une boite en carton, Rose rentra chez elle. Elle avait passé bien plus de temps qu’elle ne l’aurait cru à chercher des informations sur les récents événements. Elle en avait presque raté l’heure du déjeuner. Mais plus elle en trouvait, plus elle voyait de coïncidences inquiétantes. C’était tout simplement plus fort qu’elle.

Tant d’élément liés au ciel et à l’espace, les porteuses des éléments qui préfèrent éviter de parler de peur de déclencher une panique générale, et ce mystérieux « Docteur » qui semblait s’intéresser de près à tout cela.

Cela cachait quelque chose. Et Roseluck n’aimait pas cela…

Que lui cachait-on ? Elle savait déjà que des choses s’organisaient en secret, mais… De quelle nature ?

Tout cela n’était tout de même pas organisé et monté de toute pièce… Si ?

Rose secoua la tête. Non, qui aurait intérêt à agir de cette manière ? Pourtant… Il y avait bien quelque-chose qui se tramait dans l’ombre. Ça, elle en était certaine.

La jument releva la tête pour regarder la route. Tout cela commençait à devenir fatiguant. Cet après midi, elle se le réservait pour sa lecture. Elle tourna à l’angle d’une rue, essayant plutôt d’envisager son futur repas. La barquette de carotte dans son frigo devrait bien faire l’affaire…

Mais elle s’arrêta net. Il y avait quelque chose sur sa route. Quelque chose qui n’était pas là avant.

Dans la rue, sur le chemin qui la conduisait chez elle, il y avait une cabine. Il n’y avait jamais rien eu à cet endroit, depuis aussi longtemps qu’elle empruntait ce chemin pour se rendre à la bibliothèque.

Mais cette cabine était bleue.

Une boite bleue.

Naturellement, l’histoire du livre qu’elle avait vu lui revint en mémoire. La silhouette était la même que dans les différentes représentations. Mais… ce n’était pas possible pourtant.

Rose s’approcha de l’étrange objet.

Cette boite était… Toute bête. D’aspect pratiquement banal. Elle correspondait aux descriptions, mais… en même temps, elle n’avait rien d’extraordinaire. De l’extérieur, elle ressemblait à une vulgaire cabine de bois.

Rose tourna autour. Non, cela ne collait pas. Cela ne pouvait pas être la même boite. . Surtout en regardant les inscriptions. Au-dessus de la porte, il était écrit « Police Public Call Box ». Une boite d’appel de la police ? Même si elle ignorait ce que c’était, elle se doutait que cela ne venait pas du fond des âges. Et sur un des panneaux qui formaient les parois, elle trouva l’inscription :

Téléphone de la police

Libre pour utilisation publique

Aide et assistance disponible immédiatement

Les voitures et officiers répondent à tous les appels

Tirer pour ouvrir

Une boite pour appeler des policiers ? Elle ne connaissait pas ce genre de dispositif. Peut-être était-ce nouveau en réalité. Nouveau, mais inspiré par de vieilles légendes… Mais comment est-ce que cela marchait ?

« Tirer pour ouvrir ». Intriguée, Rose posa son sabot sur la poignée, et essaya d’ouvrir la porte.

Mais elle resta fermée. La jument secoua un peu, mais rien à faire. La porte était verrouillée. Bizarre, pour un matériel « libre d’utilisation ».

Rose recula. Non, cela ressemblait juste à une vaste blague… Pourtant, une impression étrange semblait s’en dégager…

De l’étonnement mêlé à de l’amusement. C’est ce que Roseluck ressentait, à proximité de cette boite. Mais… elle en était certaine, cela ne venait pas d’elle. Elle était étonnée, oui, mais absolument pas amusée. Alors d’où est-ce que ce sentiment pouvait venir ?

La jument recula. Perturbée. C’était juste une cabine de bois recouverte de peinture bleue, pourtant, elle était étrangement fascinée par cette dernière…

Non, mais qu’est-ce qui lui prenait ? « Rose, c’est juste une boite », se dit-elle intérieurement. « une simple cabine de bois ».

Étrangement frustrée par la situation, Rose se détourna de l’objet, et reprit sa route. Son déjeuner l’attendait toujours chez elle, et son estomac commençait à nouveau à réclamer pitance.

***

Rose mordit machinalement dans sa rondelle de carotte, regardant d’un œil distrait l’ensemble de ses indices, qu’elle avait scotché sur le mur de son salon. Plus elle y pensait, plus elle trouvait cette situation bizarre… Se changer les idées allait s’avérer plus difficile que prévu.

Elle prit la dernière bouchée de sa barquette, s’essuya la bouche avec sa serviette, puis l’abandonna sur la table basse pour se vautrer dans le canapé derrière elle. Son intérieur était simple, modeste, mais malgré tout confortable et accueillant. Au moins, Roseluck se sentait bien chez elle.

Les murs, couverts de papier peint fleuri, n’étaient occupés que de quelques photos souvenirs, ou de quelques meubles en vieux bois, jusqu’à-ce que rose ne décide d’utiliser le plus grand espace vide pour y placer ses recherches. Toutes semblaient indiquer une origine spatiale…

Rose secoua la tête. Non, son après midi, elle allait essayer de la passer autrement. Son enquête personnelle pourra attendre.

La jument se leva paresseusement, prit la barquette vide, et la ramena à la cuisine, pour lui donner une place dans sa poubelle. Elle retourna ensuite au salon. Son livre l’attendait patiemment sur un guéridon, à côté du fauteuil de la pièce. Mais elle porta son regard sur un autre coin de la pièce…

- Alors Mickey, comment ça va ?

Rose s’approcha de la commode où était posée la cage de sa souris domestique. Le rongeur gris se détourna de sa réserve d’eau pour aller lui aussi dans sa direction, reniflant le sabot qu’elle lui présentait de l’autre côté des barreaux.

- Tu ne t’ennuies pas trop ? Je sais, je ne suis plus beaucoup à la maison en ce moment… J’aurais peut-être dû te prendre de la compagnie…

Le rongeur ne semblait pas s’offusquer de la situation. Il jeta simplement un autre regard à sa maîtresse, puis rejoignit sa roue, à l’intérieur de laquelle il grimpa.

- Contente que tu le prennes comme ça. C’est promis, je passerai chez Fluttershy. Tu ne seras plus tout seul quand je serais dehors ou au magasin.

Elle resta devant la cage quelques instants, puis s’en détourna. Elle aussi avait décidé prendre du bon temps.

Il faisait beau au parc, mais son fauteuil restait toujours plus confortable… quoique le mur plein de post-it et de ficelle se trouvait juste devant.

Non, elle allait plutôt essayer de profiter de l’extérieur. C’était plus efficace pour se changer les idées. Elle s’occuperait de cela un autre soir. Pinkie Pie devait être également au courant d’un certain nombre de choses, surtout si elle était directement venue en aide au Docteur. Rose se promit donc d’aller la voir le lendemain. Elle prit son livre en sabot, le glissa dans un sac de selle à proximité, et mit ce dernier sur son dos pour sortir.

***

- Bonjour les filles !

Roseluck arriva au magasin de fleurs le matin suivant, au moment où Daisy et Lily ouvraient la boutique. Lily se retourna automatiquement à son arrivée… Mais la jument crème fut surprise de trouver son expression particulièrement tendue.

- Bonjour Rose.

- Est-ce que tout va bien ?

- Ca pourrait aller mieux. D'autres jardins ont été attaqués la nuit dernière.

- Encore ?

- il y en avait plein sur ma route, quand je suis venue ce matin. Une horreur.

- Mais le magasin est toujours intact, ajouta Daisy. Heureusement...

- Alors ça continue, compris Rose.

- Moi, ce soir, je dors dans le magasin, prévint Lily. Je ne vais pas attendre que le responsable ne décide de s’en prendre à nos fleurs.

- Euh… tu es sûre ? Demanda Daisy.

- Un bon gourdin ou un balai devrait suffire pour se débarrasser d’un intrus voleur de plantes… J’espère. Mais ce n’est pas comme si on devait affronter un pilleur de banque, de toute façon.

- Si tu le dis… J’ai été à la mairie hier. Selon le maire, ce « problème » sera rapidement résolu. Mais elle a demandé à ce que des policiers fassent des rondes la nuit, pour être sûr qu’il n’y ait pas d’autres attaques.

- Il faut espérer que cela serve à quelque chose, dit alors Rose en marchant vers son espace de travail. Dans tous les problèmes qu’on a eu jusque-là, ils n’ont jamais été très utiles pour trouver des solutions.

- Au moins, on a les éléments de l’Harmonie de notre côté, se rassura Daisy. C’est toujours ce qu’on a de mieux pour se protéger.

- Je ne sais pas… ça me parraîtrait un peu facile.

- Ils ont permis de retransformer Nightmare Moon en Luna… Je pense.

- Tu « penses » ?

- Il y a des rumeurs qui disent qu’en fait Luna a toujours son côté « Nightmare Moon » en elle. Mais… Tant qu’elle ne redevient pas trop méchante… Je suppose que ça va. Il y a aussi eu l’attaque des Cyberponies. Là, les éléments de l’harmonie les ont tous retransformés en poney. Ça prouve bien qu’on peut leur faire confiance. Personnellement, j’ai de très mauvais souvenirs de ce trajet jusqu’à leur vaisseau...

- Tu n’es pas la seule, la rassura Lily.

- C’est vrai, admit Rose. Mais je commence à espérer que la conséquence ne soit pas en réalité la cause.

- Qu’est-ce que tu veux dire ?

- Eh bien… Quand on regarde : Nigntmare Moon, vaincue par les éléments. Les Cyberponies, les éléments également. L’attaque sur l’école, les éléments sont encore concernés. Maintenant, en un même week end, les plantes disparaissent des jardins et je me fais attaquer par des créatures pratiquement invisibles de l’espace. C’est toujours l’espace contre les éléments… Sans oublier que Twilight essaye de nous cacher des choses…

- Les porteuses des éléments essayent de nous protéger, répliqua Daisy. Je suppose qu’elles ont leurs méthodes.

- Tu leur fait vraiment confiance facilement.

- Pourquoi est-ce que je ne devrais pas ? Bon, assez discuté, on a une boutique à faire tourner.

Les trois juments retournèrent donc chacune à leur poste. Le sujet ne revint pas dans leur conversation pour le restant de la journée.

Celle-ci se déroula assez normalement. Les fleuristes virent passer aux heures de pointe autant de poneys désireux de prendre un déjeuner rapide que de jardiniers désireux de remplacer les plantes disparues de leurs jardins. Rose, pour sa part, jugeait qu’il était plus prudent d’attendre la fin de « l’hécatombe », bien qu’elle ne soit pas concernée, n’ayant elle-même pas de jardin.

La tension restait palpable sur un certain nombre de visages. L’histoire des plantes qui disparaissaient affolait tout Ponyville. Pour un village aussi proche de la végétation, cela n’avait rien d’étonnant. En prendre autant soin puis la voir disparaître comme ça aussi rapidement… c'était déroutant pour de nombreux poneys.

- Qu’est-ce que ce sera monsieur ?

- Un tournesol, comme d’habitude.

Ce devait être le dernier client de la journée que Lily accueillait dans la boutique à cette heure-ci. Un terrestre orange à crinière marron clair, dont la marque représentait un verre sur un plateau. Ce terrestre était familier à Rose…

Lily lui apporta sa fleur de tournesol. Le terrestre attrapa son sac de selle pour fouiller à l’intérieur, et en tira maladroitement un porte-monnaie, qu’il posa sur le comptoir.

« Ah, j’ai toujours du mal avec ces sabots... »

Puis cela revint subitement en tête à Rose : elle avait déjà vu ce poney, dans le vaisseau spatial de la forêt everfree. C’était un ancien Cyberpony, qu’elle avait vu se transformer en poney ordinaire juste sous ses yeux. Il devait faire partie de ceux qui s’étaient réinstallés à Ponyville après sa reconversion.

Rose le regarda du coin de l’œil depuis son plan de travail. Lily encaissa l’argent qu’il lui tendait.

- Et voila votre tournesol. Merci de votre visite !

Rose termina rapidement le bouquet qu’elle était en train de composer, et le mit dans un vase à proximité. Il fallait qu’elle l’interroge. Il venait directement d’un autre monde, il devait sans doute avoir une idée sur ce qu'il était en train de se passer.

- Excusez-moi un instant, je reviens.

Précipitamment, elle sortit de la boutique. L’étalon commençait tout juste à éloigner.

- Excusez-moi !

- Hum ? Oui ?

Rose s’arrêta à quelques pas, alors qu’il se tournait dans sa direction. Par où commencer ?

- Je me demandais… Vous êtes bien un de ces anciens Cyberponies ? Qui avez…

- Tenté de reconvertir tout votre village ? Malheureusement, oui. Je ne peux pas dire en être très fier… Mais c’était complètement contre ma volonté. Je l’ai répété aux journalistes et à tout le monde…

- Oui oui, je le crois… Mais je me posais quelques questions…

- Comme à peu près les deux tiers des poneys qui m’approchent.

- Oui… Excusez-moi.

- Bon, qu’est-ce que vous voulez ? Si c’est à propos du monde où je vivais avant de devenir un Cybermen et d’arriver chez les poneys, une licorne verte m’a déjà bassiné avec ça pour une de ses « études » sur mon espèce. Elle m’a même payé pour ça…

- Oh, je vois… Mais ce n’est pas vraiment pour la même chose : Vous voyez, je fais des recherches sur les phénomènes étranges survenus à Ponyville depuis quelque temps… Et votre arrivée faisait partie des premiers.

- Hum… Vous savez, pour moi, tout dans ce monde est étrange. À commencer par des poneys arc-en-ciels qui parlent.

- Je vois…

- Bon, allez-en au fait. Qu’est-ce que vous voulez ?

- En gros, savoir comment vous avez fait pour tomber dans notre monde.

- En tombant dans une faille spatio-temporelle. Tous les journalistes nous ont posé la question.

- Et… C’est tout ? Rien qui ne l’ait déclenché ou qui vous ait amené à tomber dedans ?

- Bah… Longue histoire. Je doute que ça vous aide pour vos… phénomènes étranges.

- Peut-être… peut-être pas. Mais la plupart avaient un rapport avec le ciel. Alors je me suis dit qu’il y avait peut-être un rapport.

- Eh bien… dites-moi à quoi vous pensez.

- D’accord, si vous voulez… Il y a d’abord eu le retour de Nightmare Moon…

- Rien à voir avec nous.

- … D’accord, merci… Il y a aussi eu l’attaque psychique sur l’école par des extra-terrestres…

- Pas le genre des Cybermens.

- Vous voulez dire « Cyberponies » ?

- Cyber tout ce que vous voulez.

- Bon, il y a les plantes qui disparaissent, et il y a quelques jours, je me suis fait attaquer par des extra-terrestres caméléons. Sans ce Docteur...

- Pardon ?

- Oui, des extra-terrestres caméléons. Ils ont bien failli…

- Non, ce que vous étiez en train de dire, juste après…

- Qu’un Docteur m’avait aidé à leur échapper ?

- Est-ce qu’il a dit son nom ?

- Il a juste dit qu’il était Docteur…

L’étalon passait en quelques instants de la lassitude à l’intérêt, puis à l’inquiétude. Rose avait-elle trouvé une piste.

- Est-ce que cela vous rappel quelque-chose ?

- La tempête qui approche… Dites-moi, est-ce que vous êtes occupée ce soir ?

- Euh… On ferme dans peu de temps.

- Très bien. Parce que si vous l’avez croisé, alors c’est qu’il se passe des choses… probablement très graves.

L’étalon regarda autour de lui, comme craignant de se faire espionner. Puis il s’approcha pour parler plus bas.

- Je vous attendrais au coin de la rue.

- Euh… Très bien.

L’étalon se retourna pour partir, sans prendre la peine de rajouter quoi que ce soit. Rose en était certaine, elle venait de poser le sabot sur quelque chose.

***

Le jour déclinait, et le ciel commençait à prendre ses teintes rouges orangées. Comme convenu, Rose rejoignit l'étalon mystérieux au coin de la rue, où il l'attendait, l'air grave.

- Alors, vous avez des choses à me dire sur ce Docteur, commença la jument.

- Oui... Venez, on va éviter d'attirer l'attention.

- Qu'est-ce que vous craignez ?

- Je préfère rester prudent concernant cet homme... Euh, étalon.

- Pourquoi ?

- Venez, je vous expliquerai.

Sans rajouter quoi que ce soit, il s'engagea dans une petite ruelle adjacente. Suspicieuse mais pas moins curieuse, Rose il lui emboîta le pas. Tous deux se dirigèrent vers des passages toujours plus étroits entre les pâtés de maison.

Après quelques minutes, ils se retrouvèrent dans une impasse déserte. L’étalon s’arrêta enfin.

- Bon, alors ? S’impatienta Rose.

- Je pense qu’on peut parler librement.

- On ne le pouvait ailleurs, comme au Sugar Cube Corner par exemple ? Ce n’est pas un sujet tabou pour autant que j’en sache… En plus, je me méfie de ce genre de ruelle depuis quelque temps.

- Tous ceux qui s’intéressent au Docteur finissent un jour par en payer le prix. Je préfère autant ne plus avoir de rapport avec ça.

- Wow… c’est… inquiétant.

- Vous pensez que je suis parano ?

- Je ne vous cache pas que l’idée m’a traversé l’esprit.

- J’ai été un Cybermen, j’ai eu accès à leur base de données. Le Docteur y est fiché comme ennemi prioritaire. c’est un des plus grands dangers que la Cyber armée ait pu affronter.

- A ce point ? Mais ce n’est qu’un étalon… Et terrestre, il ne peut pas maîtriser pas la magie comme les licornes.

- Il n’en est pas moins dangereux. C’est un ennemi sournois, intelligent. Toujours désarmé, mais terriblement destructeur. Laissez-le s’approcher, et il se déchaînera comme une véritable tempête.

- Houla, attendez… Vous en parler comme s'il s’agissait d’un monstre.

- Quand une armée décide de se mettre sur le pas de guerre, il finit toujours par le devenir.

- Mais qu’est-ce qu’il a fait exactement ? Et depuis quand est-ce que vous le connaissez ? Je croyais que vous veniez de tomber de votre univers quand vous êtes arrivé à Equestria.

- C’est le cas. Le Docteur est venu avec nous.

- Quoi ? Alors… lui aussi, il vient de votre univers ?

- Oui. C’est lui qui a saboté notre croiseur stellaire, avant que nous ne tombions à travers la faille.

- Alors il est arrivé en même temps que vous ?

- Je suppose. Il s’est éjecté avec sa capsule spatiale avant qu’on ne puisse lui mettre la main dessus.

- Main ?

- Euh… sabot.

-Oh… alors, il a quitté votre vaisseau, et il a dû arriver… en se posant à proximité.

- Ou en s’écrasant.

Rose réfléchit quelques secondes… et écarquilla les yeux : le météore tombé à Ponyville avant l’attaque. Se pouvait-il…

- Écoutez, c’est peut-être un allié pour contrer des entreprises comme la conquête du monde, mais il est aussi extrêmement dangereux à approcher. Si vous voulez un conseil, évitez-le autant que possible.

- Mais en quoi est-il dangereux ?

Disons qu’il apparaît souvent quand une catastrophe se prépare. N’importe où, n’importe quand dans le temps et l’espace.

- Le temps et l’espace ?

Les pièces du puzzle commençaient à s’assembler dans la tête de Rose. Un héro, ou un guerrier, apparaissant lors de catastrophe…

Il a fait face aux cyberponies

Il était là quand l’école avait été attaquée.

Il était là quand elle s’était retrouvée face aux extra-terrestres.

Et une boite bleue avait fait son apparition dans le village.

C’était une cabine de bois ordinaire… Mais elle était là, en même temps que lui.

Les catastrophes s’enchaînaient à Ponyville, et il était là.

L’étalon se tourna, prêt à partir. S’adressant à Rose, il ajouta :

- Suivez mon conseil : Contentez-vous de vivre votre vie, et restez loin de tout ça.

- Mais c’est notre sécurité qui se joue dans l’ombre ! Il faudrait qu’on ferme les yeux sur ça ?

- Occupez-vous de vos propres problèmes, et laissez les autres s’occuper des leurs. Ça ira très bien… ouch !

L’étalon se cogna, et s’arrêta dans son mouvement. Il n’y avait pourtant rien face à lui… Du moins en apparence.

Non…

Si, il y avait quelque-chose. Quelque-chose de transparente.

Les poils de Rose se hérissèrent. L’étalon regardait le mouvement d’air devant lui, sans comprendre.

- Mais qu’est-ce que c’est que ce t…

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Il y eut un flash lumineux. Un trait rouge atteignit l’étalon, qui se désintégra en une fraction de seconde.

Son sac tomba au sol avec une pluie de cendres. La fleur de tournesol dépassait toujours d’une des poches.

Il y eut quelques secondes de silence, Rose restant bloquée dans la sidération de ce qu’elle venait de voir.

Un poney était mort sous ses yeux.

Rose hurla. Elle hurla de terreur, ses jambes semblèrent se mettre en mouvement d’elles-mêmes, et la jument partit au galop, essayant de mettre le plus de distance possible avec la créature.

Cette créature pouvait tuer. Et elle les avait vus. Elle allait être leur prochaine victime.

Un autre trait d’énergie la frôla, alors qu’elle se précipitait hors de l’impasse. Elle tourna, et sortit dans la ruelle adjacente. Cette fois-ci, elle était seule face à sa survie…

Non, pas tout à fait.

Face à elle, un autre étalon galopait dans la direction opposée, transportant un étrange appareil sur son dos. Il était marron, brun, sa marque représentant un sablier…

Le Docteur était là.

- Ils sont derrière moi, cria Rose sans s’arrêter.

- Je sais, allez vous mettre à l’abri !

Sans ralentir, il dépassa Rose et poursuivit son chemin vers l’impasse. La jument ralentit quelques secondes pour le regarder se précipiter dans la gueule du loup.

Bizarrement, sa présence avait quelque-chose de rassurant. Pendant un instant, Rose voulu rester avec cet étalon. Il l’avait déjà protégé une fois…

Non, l’ancien Cyberpony lui avait dit de rester loin de lui. Sa présence impliquait toujours le danger. Et le Docteur lui-même lui avait demandé d’aller se mettre à l’abri.

Sa décision fut vite prise. Elle accéléra, cherchant un chemin pour la ramener chez elle. Elle devait éviter les rues vides et étroites, à tout prix.

***

Rose ignorait depuis combien de temps elle était restée assise dans le noir. Sitôt chez elle, elle s’était barricadée, glissée dans le coin le plus sombre du salon, et s’y était recroquevillée silencieusement, comme si le moindre son pouvait trahir sa présence et la condamner. Depuis, le silence le plus total régnait dans la pièce. Même la souris Mikey n’avait pas fait le moindre son depuis le retour de sa maîtresse. Plutôt que de l’embêter, voyant que quelque chose n’allait pas, il avait préféré simplement aller dormir.

La mémoire de cet étalon vaporisé sous ses yeux continuait à lui tourner dans la tête. Elle avait vu un poney mourir, se faire assassiner sous ses yeux… Parce qu’ils voulaient parler du Docteur et des étranges phénomènes de Ponyville.

Les « phénomènes étranges » leur étaient tombés dessus, de la manière la plus horrible qui soit.

Un poney était mort.

Et pour la deuxième fois, elle l’avait elle-même frôlée… Sauf que cette fois-ci, elle avait poussé cet étalon à se trouver là à ce moment-là.

Il était mort par sa faute.

Elle craignait de ne pas connaître les dangers qui leur tournaient autour, et ils avaient répondu. Avait-elle eu raison de vouloir chercher ?

Elle avait un nœud à l’estomac. Son angoisse étouffait sa faim. Elle restait donc là, sans oser faire de mouvement.

Elle savait à présent à quoi s’en tenir. Elle commençait à savoir ce qu’elle devait craindre. Et cela ne la rassurait pas, comme elle s’y attendait au départ. Au contraire, la simple idée de ce qui pouvait lui tomber dessus la terrifiait. Pour peu, c’était comme si le ciel était sur le point de lui tomber sur la tête.

Ce n’était plus un silence calme et reposant qui régnait chez elle, mais un silence de mort, seulement perturbé par le propre son de sa respiration, qu’elle voulait pourtant aussi silencieuse que possible. Était-elle assise là depuis quelques minutes ou depuis quelques heures ? Rose avait complètement perdu la notion du temps. À vrai dire, au point où elle en était, elle préférerait simplement que le temps s’arrête.

Toc toc !

Rose sursauta. Quelqu’un venait de frapper à sa porte. Devait-elle aller ouvrir ? Pour l’heure, elle voulait simplement disparaître.

- Rose, tu es là ? C’est moi, Lily !

Lily… Enfin une voix qui lui apportait un peu de réconfort. De la compagnie… Rose avait besoin de compagnie. Enfin, elle se redressa, se dirigeant vers la porte d’entrée.

Elle l’entre-ouvrit. La jument rose, blonde, se trouvait devant son paillasson. Elle jeta un regard de chaque côté de la rue. À part quelques passants anonymes, la rue était déserte.

- Salut Rose… Tout va bien ? Tu n’es pas venue travailler aujourd’hui…

Toute la nuit ? Elle avait passé la nuit entière et une matinée enfermée chez elle. Sans manger, ni boire. Ce n’était pas étonnant qu’elle ait la gorge aussi sèche. Ce n’était pas complètement le stress. Mais elle ne pouvait pas rester sans réponse. Elle reprit :

- Salut Lily… Excuse-moi, j’ai eu… Pas mal de problèmes ces temps-ci.

- Des problèmes de quel genre ?

- C’est compliqué…

Rose poussa un profond soupir, ne sachant pas quoi rajouter ensuite… finalement, elle proposa :

- Tu veux entrer ?

- Je veux bien… Mais pas trop longtemps. J’ai dit à Daisy que je ne serai pas longue.

Rose ouvrit la porte pour faire entrer sa collègue. Elle referma juste après son passage.

- Wow… Il fait bien sombre ici, dit alors Lily en avançant dans le salon.

- Il y a des jours où je préfère rester à l’ombre.

- Je vois ça… Alors, quelles sont les nouvelles ?

- Par où commencer… Tu te souviens l’autre jour, quand j’ai parlé de la fois où j’ai été poursuivi par des créatures invisibles ?

- Oui ?

- Elles m’ont attaqué à nouveau hier soir. Ils ont tué le poney avec qui j’étais en train de discuter, sous mes yeux.

- Quoi ?

- J’en ai réchappé de justesse.

- Attends… Un mort ? À Ponyville ?

- Oui, c’est horrible… Mais ce n’est pas la seule chose horrible qui se passe ici en ce horreur du moment. Regarde.

D’une pression sur un interrupteur, Rose alluma la lumière, révélant à Lily la quantité de photo, coupure de journal, post-it et fil rouge que Rose avait épinglé sur son mur. La fleuriste eut un frisson en découvrant tout cela. Qu’est-ce Roseluck avait bien pu faire de ses journées ? Cette dernière s’approcha de l’installation, continuant à expliquer :

- Nightmare Moon revenue de la lune, vaincue par les éléments d’Harmonie. Après, les Cyberponies, tombés du ciel, vaincus de la même manière. L’attaque psychique sur l’école qui a faillit griller le cerveau de dizaines de poulains, provoqué par des aliens, stoppé de justesse par trois porteuses des éléments et un « Docteur » anonyme. Maintenant, les plantes qui disparaissent et ces monstres transparents tuent des habitants. Tu n’as pas l’impression qu’il y a un problème ?

- Rose, qu’est-ce que c’est que tout ça ?

- Des preuves, Lily. Tu ne vois pas l’évidence ? Depuis le retour de Nightmare Moon, les catastrophes s’enchaînent à Ponyville. Et elles sont presque toutes liées au ciel.

- Rose, tu…

- Oui, j’ai fait des recherches. Et d’après cet ancien Cyberpony, cet étalon, le Docteur, a une grande importance dans tout ça. C’était un de leurs ennemis avant, et il était là à l’école, quand il y a eu l’attaque. Il s’est interposé quand j’ai rencontré les créatures transparentes.

Rose commença à rajouter des photo et des liens en fil rouge sur son mur, sous le regard toujours plus tendu de Lily. Tout cela commençait à devenir malsain…

- Il y a une guerre invisible entre notre planète et l’extérieur, reprit Rose. C’est trop évident pour que ce soit une simple série de coïncidences ! Et ce Docteur se trouve au milieu de tout ça ! Je commence sérieusement à croire qu’il y a un complot...

- Rose, arrête !

Cette fois-ci, c’était la panique qui poussait Lily à réagir, c’est le visage déformé par la peur qu’elle répondait à sa collègue :

- Je crois que tout ça est en train de te monter à la tête.

- C’est pourtant bien réel. Ma théorie…

- Arrête avec ta théorie du complot ! Il n’y a pas de guerre, il n’y a pas de gros danger, ce ne sont que des accidents isolés interprétés par des illuminés ! Ne te rabaisse pas à les croire et à ces idioties !

- Mais Lily, je te jure, ces preuves sont bien réelles, elles ne sont pas fabriquées de toute pièce !

- Tais-toi !

Lily s’approcha, presque menaçante.

Rien de tout cela n’est vrai ! Arrête ta théorie du complot ! Chacun mène sa vie, et il n’y a rien à craindre au-dessus de nous tant que Celestia nous protège !

- Elle ne nous a pas protégé de grand-chose dernièrement…

- Tais-toi, je ne veux plus t’écouter.

Frustrée, énervée, et à moitié paniquée, Lily se retourna pour se diriger à grand pas vers la porte, qu’elle déverrouilla avant d’ouvrir en grand.

- Aucun monstre ne t’attend au coin de la rue pour te désintégrer. Ça, c’est la vérité. Maintenant… Fais ce que tu veux, mais si tu comptes démissionner, dis-le-nous rapidement. Daisy et moi, on ne va pas continuer à te payer si tu ne viens plus travailler.

La jument rose sortit de la maison, et claqua la porte.

À nouveau, le silence retomba dans la pièce. Rose se retrouva seule, se tenant toujours devant son mur.

Était-elle allée trop loin ?

Dans un soupir, Rose libéra une partie de la pression qu’elle avait accumulée. Elle ne s’était pas attendue à ce que Lily réagisse aussi violemment.

Hébétée, Elle alla s’installer dans son fauteuil, et y resta immobile.

***

Rose mâcha sans grande conviction sa bouchée d’avoine. Sa dispute avec Lily ne lui avait pas vraiment redonné d’appétit, mais cela ne la dispensait pas de devoir se nourrir.

Ayant essayé de retrouver un semblant d’activité, elle avait fini par ouvrir ses volets, laissant entrer un peu de lumière dans le salon où elle s’était à nouveau installée. Tout en mangeant, elle regarda son mur, sans savoir quoi en penser. Son entourage n’avait pas apprécié qu’elle se mêle d’affaires aussi sombres… Mais cela voulait-il dire qu’elle devait arrêter et s’en tenir là ? Elle avait encore tant de doutes, tant de questions…

Ou au contraire, devait-elle continuer, pousser les autres poneys à écouter ce qu'ils ne voulaient pas écouter ? Après tout, tout le monde était concerné par cette affaire...

Mais dans les deux cas, Rose sentait qu'elle allait regretter sa décision. Par inaction dans le premier cas, par activisme dans le deuxième. Et elle ne connaissait pas de troisième solution.

Finissant son assiette, elle la posa sur la table basse. Seule, elle allait finir par s'attirer des ennuis. Si elle essayait de convaincre plus de monde, elle risquait d'avoir de plus en plus de problèmes sociaux. Mais si personne n'était mis au courant, ils allaient se montrer complètement sans défense face à une catastrophe de bien plus grande envergure. Rose soupira bruyamment.

- Ce n'est pas un problème facile à résoudre, hein Mickey ?

Le rongeur ne lui accorda pas d'attention, préférant s'intéresser au morceau de fromage qu'il était en train de grignoter. Sans réponse, Rose se leva pour s'approcher de sa cage.

- D'accord… c'est pas comme si ça changeait quoi que ce soit pour toi. Tant que tu as ta cage et à manger. Je suppose que c'est pareil pour les autres, quand j'y pense.

Mickey lui jeta un coup d'oeil. C'était vrai dans le fond...

- C'est ça, on dirait. Ils ne veulent pas voir leur petite vie perturbée, alors ils ignorent ce qui se trouve en dehors. Et si j'en crois Lily, ils essayent de faire confiance envers ce qui se trouve au-dessus d'eux... Comme Celestia.

Rose soupira et s’appuya contre le mur. Mikey la fixa, espérant peut-être quelque-chose de sa part…

- Ne me regarde pas comme ça, qu’est-ce que je suis supposée faire ? J’ai essayé de trouver des poneys avec qui en parler, je suis allée voir Twilight, et elle a clairement essayé de me garder hors de tout ça. Et elle et ses amis sont les seuls que je connaisse à s’être retrouvés plongés directement dans ce chaos cosmique…

Ce qui était à présent son cas. Rose avait vu les caméléons de l’espace, elle leur avait échappé, elle avait commencé à chercher des informations pour comprendre ce qui l’entourait…

Et elle avait rencontré le Docteur.

L’étalon au centre de toute cette affaire, « l’expert » en qui Twilight faisait confiance, cet être d’un autre monde, tombé du ciel, comme ce météore sur la maison de Twilight, si ce n’était pas dans le météore. Il était apparu de nulle part, comme cette mystérieuse boite bleue dans les rues de Ponyville.

Le Docteur avait un véhicule, un vaisseau, qui voyageait dans le temps et l’espace. Comme cette cabine, qui semblait en même temps nouvelle et venue du fond des ages.

Cela semblait complètement fou… Mais cela faisait trop de coïncidences, et l’ancien Cyberpony avait affirmé que cet être était bien plus qu’il ne semblait être. Rose regarda avec intensité la photo accrochée au centre de son mur des curiosités.

- Qui êtes vous, Docteur ?

Roseluck resta ainsi quelques secondes… Puis détourna le regard pour revenir à Mickey. Le rongeur avait repris son déjeuner.

- Lui, il aurait sûrement des réponses… mais comment est-ce que je peux l’approcher ? Hum…

Twilight.

Pinkie Pie.

Applejack, Fluttershy.

Rainbow Dash et Rarity.

La solution était tellement simple !

- Bien sûr ! Les porteuses des éléments de l’Harmonie ! Ce sont elles qui gardent toutes les réponses ! Je voulais éviter de trop insister sur les questions, mais là, je n’ai plus le choix. Il faut que je sache ce qui se trame à Ponyville. Elles savent quelque chose, et elles vont me le dire !

Si elle ne pouvait pas approcher le Docteur, les porteuses des éléments, au moins, étaient connues de tous à Ponyville. Il allait être facile de les retrouver. Rose se redressa, se tournant une dernière fois vers la cage de sa souris.

- Mickey, t’es génial !

Le rongeur redressa la tête, sans comprendre. Mais sa maîtresse avait déjà pris la porte.

***

Rose galopa dans la rue, évitant soigneusement les passages étroits et les impasses. De quel côté aller en premier ? Retourner voir Twilight ? Cela semblait être la meilleure solution. Aussi, elle prit aussitôt le chemin de la bibliothèque. Cette fois-ci, plus de mensonges, plus de départs précipités pour se débiner. Elle avait bien l’intention de la suivre jusqu’à-ce qu’elle crache le morceau.

En quelques minutes, elle avait rejoint le chêne géant qui abritait la bibliothèque. Rose entra précipitamment, réveillant en sursaut Spike, qui dormait jusqu’alors assis sur les premières marches de l’escalier. Ce dernier tenta de se ressaisir, pour accueillir sa cliente.

- Il y a quelqu’un ?

- Wow ! Euh… Rose ? Tu m’as fait peur…

- Désolée Spike. Où est Twilight ?

- Sortie, essayer de régler cette histoire de disparition de plantes.

- Où est-elle ?

- A l’entrée de la forêt Everfree, je crois…

- Comme par hasard. Merci Spike.

- Euh… De rien ?

Avant que Spike n’ait le temps de comprendre, Rose s’était déjà éclipsée. Elle sortit de la bibliothèque comme elle était rentrée, chercha des yeux la direction de la forêt Everfree, et partit au galop dans cette direction.

En quelques instants, elle arriva en vue de la forêt. Même en plein jour, ce lieu paraissait toujours aussi sinistre et surnaturel. Un royaume végétal, où les animaux étaient maîtres d’eux-mêmes et la météo plus capricieuse que partout ailleurs, sans personne pour la réguler. Mais pour l’heure, Rose jugeait qu’il y avait bien plus sinistre encore que ce domaine forestier. S’arrêtant sur le chemin, elle tourna la tête, pour essayer d’apercevoir quelqu’un…

Ils étaient là. Sur le bord de la route, Twilight et Fluttershy discutaient, en compagnie d’un étalon qu’elle ne pouvait plus ignorer : le Docteur. Ce dernier parlait comme il le pouvait à travers un étrange outil argenté qu’il tenait dans sa bouche, et pointait sur une autre curiosité, un appareil muni d’une antenne dont elle ne connaissait pas encore la fonction. Aussitôt, Rose trotta dans leur direction.

- Et qu’est-ce que vous allez faire, une fois que vous l’aurez trouvé ? Demandait Twilight.

- Effayer de difcuter, d’abord, répondit l’étalon. Fi il ne veut pas… Il faudra avijer.

- Mais… Vous êtes sûr qu’il n’est pas dangereux? intervint Fluttershy.

- Ah, je vous cherchais !

Tous se retournèrent, surpris. Rose arriva à portée de voix, et elle était décidée à en finir avec cette histoire. Plus de cachotteries, plus de mystères.

Twilight fut la première à réagir à sa présence :

- Tiens, bonjours Rose… excuse-nous, nous sommes un peu occupés…

- Je vois ça. Qu’est-ce que vous faites cette fois ?

- Oh, euh… C’est… compliqué.

- Twilight, les plantes disparaissent du village, des extra-terrestres caméléons se promènent dans Ponyville ils m’ont poursuivi, et ont assassiné un poney sous mes yeux. Alors désolée, mais je pense avoir le droit d’en savoir plus cette fois-ci.

Twilight ouvrit la bouche… Mais ne dit rien. Roseluck venait de lui clouer le bec. Le Docteur rangea son tournevis dans son col à cravate, et entreprit de continuer :

- Vous vous êtes attirés des ennuis.

- Je voulais comprendre ce qui se passait à Ponyville, et pourquoi il y avait autant de problèmes qui nous tombaient dessus depuis l’espace.

- Et ils ont fini par vous tomber dessus ?

- Oui.

Rose poussa un profond soupir. Elle ne s’était pas rendu compte à quel point elle était stressée.

- C’est ça ce qui est embêtant avec les ennuis, reprit le Docteur : quand on les cherche, ils finissent toujours par nous tomber dessus.

- Je l’ai remarqué. Mais au point où j’en suis, je ne peux plus faire demi-tour.

- Vous devriez.

- Je ne dormirais pas tranquille sans avoir une idée de ce qui se passe au-dessus de nos têtes. Vous tous êtes presque toujours impliqués dans quelque chose… S’il vous plaît, expliquez-moi.

Elle leur envoya un regard presque suppliant. Twilight jeta un coup d’œil à Fluttershy, ni l’une ni l’autre ne savait comment réagir. Le Docteur, lui, restait comme bloqué dans une expression d’un sérieux presque glaçant. Il n’aimait pas ce qu’il était en train de se passer. Pourtant, c’est lui qui reprit en premier la conversation.

- Expliquer quoi ? Pourquoi le ciel vous assaille ou pourquoi il y a des caméléons extra-terrestres en ville ?

- Les deux, si possible.

- Pour répondre à votre première question, je n’en sais rien. Peut-être que les autres aliens ont aussi trouvé votre planète intéressante à visiter. Pour la seconde, ces créatures sont des agents en mission de recherche. Et ce qu’ils cherchent, si je ne me trompe pas, se cache quelque-part dans cette forêt.

- La forêt Everfree, encore et toujours… mais qu’est-ce que c’est ? Et pourquoi est-ce qu’ils le cherchent en ville ?

- Je n’en suis pas certain, mais ce que je peux dire, c’est que c’est vivant, et que ça aime s’en prendre aux plantes.

- Alors, les plantes qui disparaissent des jardins…

- Oui, je pense « qu’il » en est responsable.

- Et qu’est-ce que vous allez faire ?

- Essayer de le trouver avant eux. Vous voyez cet appareil ? C’est un détecteur de forme de vie extra-terrestre. Avec ça, je devrais pouvoir le pister à travers la végétation. Quand il trouve quelque chose, le truc qui fait « ding » se met à sonner. J’adore les trucs qui font « ding »…

L’étalon se mit à sourire bêtement… puis reprit son expression sérieuse. Manipulant les commandes de l’appareil, il le pointa vers la forêt.

- Si cette créature aime la végétation, ce n’est pas étonnant qu’elle soit arrivée ici. C’est une des régions les plus sauvages d’Equestria. Bon, Twilight, Fluttershy, vous venez ? Roseluck, je sais que l’idée ne va pas vous plaire, mais ce serait vraiment mieux pour vous que vous fassiez demi-tour.

- Je vous l’ai dit, je ne peux pas. Désolée… Mais j’ai besoin de voir de mes propres yeux de quoi il en retourne. S’il vous plaît… Laissez-moi vous suivre.

Elle leur fit un regard suppliant, face auquel le Docteur ne trouva plus rien à dire.

- Euh… Je ne sais pas si c’est prudent, intervint alors Fluttershy. Moi, je connais les animaux. Ils ne sont pas méchants dans le fond… Mais ça peut être dangereux pour quelqu’un qui ne connaît pas.

- Je ne vous quitterai pas d’un fer, c’est promis.

Twilight jeta un regard au Docteur. Elle ne pouvait plus s’y opposer, mais l’air renfrogné de son ami lui indiqua clairement qu’il y était fermement opposé. Étrange, ça ne lui ressemblait pas de garder un poney hors de ses affaires de cette manière. Pourquoi réagissait-il comme ça ?

- Bon, mais ne prenez pas d’initiatives dangereuses et restez près de nous. Il ne devrait pas y avoir de problème.

- D’accord.

Son appareil en sabot, le Docteur clopina vers la forêt, suivi par les trois juments. Qu’est-ce qui pouvait bien se cacher, au milieu de ces arbres sauvages ?

***

Le Docteur tourna son appareil autour de lui, cherchant un signal extra-terrestre. Dans l’ombre de la forêt, leur champ de vision était fortement réduit, et il était difficile de repérer quoi que ce soit d’autre que les arbres ou la végétation dense qui la composait.

- Peut-être qu’on aurait dû éviter de s’éloigner du sentier, couina Fluttershy.

- C’est ce qu’a fait notre voleur de plante, répondit le Docteur. Si nous voulons le suivre, il va falloir prendre le même chemin.

- Mais qu’est-ce qui vous fait dire qu’il est de ce côté ? Demanda alors Rose. Votre machin n’a pas fait « ding » depuis qu’on est parti.

- Non, mais il y a des traces de son passage. Regardez ici : il devait y avoir une fougère à cet endroit. Elle a été complètement arrachée. Même les racines ont disparu.

- Je l’avais remarqué aussi, admit Twilight. Et là, cet arbre a été dépouillé de ses feuilles, il ne reste que des branches. Fluttershy, est-ce que tu connais un animal de la forêt qui fasse ce genre de dégât ?

- Non… La plupart de ceux qui mangent des plantes ne sont pas aussi voraces, et ceux qui le sont laissent généralement des traces faciles à reconnaître. Mais là, il n’y a rien. Tout a seulement disparu.

- Conclusion, ce n’est pas un animal de votre planète, acheva le Docteur. Voir même pas un animal du tout.

- A quoi est-ce que vous pensez, demanda Twilight.

- Pour l’instant, à quelque-chose d’assez curieux pour s’aventurer à Ponyville de nuit, discret, et qui s’attaque aux plantes de manière presque compulsive. Venez.

- Attendez, je vais vous le tenir. Ce sera plus pratique pour marcher.

- Merci.

- Vous auriez dû ajouter une sangle à ce machin.

Par magie, Twilight prit son appareil au Docteur, et commença à balayer la zone autour du groupe. Imperturbable, l’étalon continuait sa route entre les plantes qui composaient le paysage. Rose restait aussi proche que possible de ce dernier, peu désireuse de fermer la marche.

- Alors… C’est ça votre quotidien ? Demanda-t-elle.

- On peut dire ça, avoue la Docteur.

- J’avoue que c’était plus tranquille avant qu’il n’arrive, ajouta Twilight. Mais on est quand-même content de l’avoir à disposition quand ça tourne mal.

- Vous n’avez pas besoin de m’avoir « a disposition ». Je suis toujours là quand il y a un problème.

- Oui, c’était une façon de parler.

- Donc il n’a rien à voir avec toutes ces attaques extra-terrestres ? Repris Rose.

- Non, sauf si on parle de la raison qui les a poussés à faire demi-tour.

- D’accord… c’est rassurant au moins. Et donc… C’était vous le météore tombé à Ponyville avant l’attaque des cyberponies ?

- Oui, c’était moi.

- Ce fut une longue journée de réparation et de rangement, soupira Twilight. La bibliothèque était sans-dessus-dessous.

« Ding ! »

- Oh, attendez…

Tilight s’arrêta brutalement. L’appareil du Docteur venait de réagir. Ce dernier l’attrapa pour l’examiner. Il le tourna autour de lui, et un second « ding » sonna.

- Je crois que nous sommes proches. Chut, écoutez…

Chacun tendit l’oreille. Oui, en parlant, ils étaient passés à côté d’un bruit… Qui ressemblait à un bruit de mastication.

- La… créature, vous pensez ? Demanda Rose.

- Nous n’allons pas tarder à le savoir.

Prudemment, essayant de rester silencieux, le Docteur reprit sa marche à travers les arbres, suivant la source de l’étrange bruit, et essayant de voir quelque chose à travers la végétation, qui devenait de moins en moins dense au fur et à mesure. Il regarda derrière un buisson dépourvu de feuille, s’assit, et d’un geste de son sabot libre, invita les trois juments à l’imiter. C’est ce qu’elles firent. Mais Rose osait à peine regarder. Derrière, se trouvait une créature en train de mastiquer… Elle était presque silencieuse, mais la fleuriste sentait qu’elle était cependant d’une taille conséquente.

- Il y a un alien, juste derrière…

- Oui, affirma le Docteur. Mais il est occupé, je ne pense pas qu’il s’intéressera à nous. Vous voulez regarder ?

Rose n’en était pas certaine : elle avait peur, cette situation l’inquiétait, mais en même temps, sa curiosité continuait de la piquer. Elle redressa la tête.

Elle retint un hurlement.

En face d’elle, se trouvait

Un énorme

Criquet.

Un être verdâtre ressemblant à s’y méprendre à un de ces affreux dévoreurs de feuille était occupé à engloutir une autre fougère, leur tournant ainsi le dos. Sa taille égalait celle d’un poney. Il était tout simplement énorme.

Et cette chose s’était promenée à Ponyville ?

Rose était tétanisée. Twilight faisait une étrange grimace, prise entre la fascination et le dégoût, et Fluttershy en faisait une autre, essayant de comprendre ce qu’elle avait sous les yeux.

- C’est… Répugnant, finit par articuler la licorne violette.

- Il est drôlement gros, admit Fluttershy.

- Je ne dirais pas qu’il est répugnant, affirma le Docteur. En fait, il a l’air assez propre. Sa carapace est bien lustrée.

- Mais quel genre de métabolisme est-ce qu’il utilise ? Il est en train de dévorer les plantes. S’il a fait subir le même sort à tous les jardins de Ponyville, la quantité de matière qu’il a dû absorber est…

- Énorme, oui. Il est extrêmement vorace. Je comprends pourquoi les Camelios tiennent à le récupérer. A lui seul, il est capable de provoquer des ravages, peut-être des famines s'il s’en prend aux cultures.

- On ne peut pas le laisser s’installer à Equestria alors.

- Non, il vaut mieux éviter. Je vais aller lui demander ce qu’il en pense.

- Quoi ? S’écria Rose. Attendez, vous n’allez pas faire ça !

- Je pense qu’il est assez intelligent. Et puis, il n’y a pas à s’inquiéter, visiblement, il est végétarien.

- J’espère…

Le Docteur laissa son appareil à Twilight, et sortit du buisson, pour s’approcher de la créature.

- Excusez-moi !

L’insecte géant se retourna vivement dans sa direction. Les trois juments sursautèrent…

La créature regarda l’étalon quelques secondes…

Puis son étrange mandibule, ou plutôt la « bouche » qui se trouvait entre les deux se tordit pour articuler :

- Achkuchez moi, che manchais.

« Excusez-moi, je mangeais ». C’est ce qu’avait compris Rose. Mais cette façon de parler restait compliquée à comprendre.

La créature retourna à son repas. Mais le Docteur reprit cependant :

- Je vois ça, vous avez dû manger pas mal de choses depuis votre arrivée. Qu’est-ce que vous avez pensé de celles de Ponyvilles ?

- Slurp, Ponyville ?

- La ville qui se trouve à côté de la forêt.

- Oh, oui, Eh chétait bonne, décholé, chai pas pu m’empécher de krignoter en marchant. Ah, ch’est pitorechque comme planèke.

La créature arracha une énorme feuille de fougère et commença à la mastiquer. Il ne semblait pas méchant, finalement. Prudemment, Rose se redressa, suivie des deux autres juments.

- Oui, je trouve aussi, admit le Docteur. Et vous, d’où est-ce que vous venez ? A quelle espèce appartenez-vous ?

- Che chui un Caeliferoch. Les chamelioch voulaient me kranchporter dans une de leur prichons, mais che me chui échapé. Ch’est pas ma chaute si ch’ai tout le temps chaim…

- Donc… Votre crime…

- Chol de nourriture. Ch’leur ai dit qu’chétait décholé pourtant. Chai tué perchonne. Slurp.

Le « Caeliferoch » avala encore une autre feuille de fougère. Rose en profita pour s’incruster :

- Contrairement aux Camélios.

- C’est vrai, admit le Docteur, il n’est pas méchant, mais son métabolisme le rend dangereux en société. Ils ne pouvaient pas le laisser se promener librement. En plus, s’il vole de la nourriture, il devient forcément un hors la loi.

- Mais… Est-ce que le mettre en cage est vraiment la solution ? Demanda timidement Fluttershy.

- Vu comme les Camelios se sont comportés à leur arrivée, je doute que ce soit un milieu accueillant…

Rose sortit à son tour du buisson, se gardant cependant de s’approcher de l’alien. Il s’agissait sûrement d’une des pires horreurs qu’elle avait jamais vue… Il n’était pas dangereux pour les poneys, d’accord, mais il restait un dévoreur de plante, capable de dévaster un village entier en l’espace de quelques nuits.

- Qu’est-ce que vous allez faire alors ? Demanda-t-elle. Il ne peut pas rester ici de toute façon. Ces Camelios le cherchent, et sont même prêts à tuer pour lui mettre le sabot dessus. Et lui… dans une semaine, il aura rasé la forêt Everfree de la carte, avec Ponyville et tout ce qu’il y a autour.

- Vous avez raison, reprit le Docteur. Alors voila ce que je vous propose, Caeliferoch : je peux vous ramener sur votre planète d’origine, ou même, vous en trouver une nouvelle, où vous pourrez vivre, sans vous soucier des Camélios, ni de faire du mal à quelqu’un d’autre.

- Gloupe - Y aura a mancher ?

- Oui, en quantité. Je m’assurerai que cela vous corresponde, et que la nature puisse se reconstituer assez rapidement après votre passage.

- Alors ch’est d’akord. Je vous chuis.

- Bien ! Enfin quelqu’un qui accepte ma proposition. Restez dans le coin, je reviendrai vous chercher avec mon TARDIS.

L’étalon tourna les fers et, guilleret, retourna vers le buisson où l’attendaient les trois juments.

- Enfin, une négociation qui se termine bien. Ça m’arrive tellement rarement ! Venez, on rentre !

- Je suis soulagée, souffla Fluttershy.

- Et pour les Camélios ? Demanda rapidement Rose.

- Eh bien… Si leur détenu n’est plus à Equestria ni dans leur zone d’action, ils n’auront plus de raison de le chercher. Je vous promets qu’ils partiront sous peu.

- Je l’espère…

- Moi aussi, avoua Twilight. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils tuent d’autres poneys… C’est affreux.

- Imagine ce que ça doit être de le voir de ses propres yeux.

- Je l’ai déjà vécu Rose. Je suis vraiment désolée que cela te soit arrivé.

- C’est fréquent quand on affronte des menaces extra-terrestres ?

Twilight marqua un court silence, cherchant comment lui répondre :

- Disons que quand la situation tourne mal, il arrive parfois qu’il y ait des accidents.

- Et vous vous sentez en sécurité avec lui ?

À nouveau, la licorne violette fit silence. Elle jeta un coup d’œil à l’étalon qui ouvrait la marche.

- Oui… je crois que je me sens en sécurité. Même si parfois… la situation peut devenir assez critique.

Rose regarda son interlocutrice quelques instants… puis se tourna vers l’étalon. Elle pensait qu’en apprendre plus la rassurerait, mais au final, elle n’en était que plus perturbée. Que devait-elle penser de tout cela ?

***

- Alors c’est bien ça, votre vaisseau ? Cette cabine de bois ?

- Oui, c’est ça. On l’appelle le TARDIS : Temps A Relativité Dimensionnelle Inter Spatiale.

- Et c’est un vaisseau en bois ?

- Nan, il est camouflé en réalité. Mais le circuit caméléon est cassé depuis longtemps.

- Ça explique tout. Mais est-ce que vous aurez assez de place pour y entrer avec le… Gros criquet ?

- Bien sûr : il est plus grand à l’intérieur.

- D’accord… Je commence à croire que tout est possible.

Après quelques minutes de marche, le quatuor était enfin revenu à Ponyville, sur la grande place, là où attendait la cabine de police du Docteur. Rose l’observa à nouveau. L’objet était toujours entouré d’autant de mystères…

- J’ai toujours cette drôle d’impression quand je la vois, avoua-t-elle. C’est comme si cette chose me regardait…

- C’est sûrement le cas : le TARDIS a une conscience. Ce sont peut-être ses circuits télépathiques que vous sentez. C’est sa manière de s’exprimer.

- Alors comme ça, votre boite est vivante, commenta Twilight. Pourquoi est-ce que je ne suis pas étonnée ?

- Parce que cette boîte est impossible ? Suggéra Roseluck.

- Peut-être bien, acheva l’étalon.

Il posa son sabot sur la cabine, comme pour la caresser affectueusement. Il semblait y être vraiment attaché.

- Euh… Vous voulez qu’on vous laisse seuls ? Plaisanta à moitié Rose.

- Oh, euh… J’ai toujours un alien à déposer et un ordinateur des Camélios à pirater. Je reviens dans un instant.

Embarrassé, l’étalon s’empara de la clé, ouvrit la porte entra, et referma derrière lui.

Quelques instants plus tard, l’air résonnait d’un son. Un son étrange que Rose n’avait encore jamais entendu. Comme un grincement, ou un chant. La boite bleue devint transparente, puis progressivement, disparut.

- Wow… Ça, c’était quelque-chose.

- C’est beau, admit Fluttershy. C’est étrange… Mais beau.

- C’est sûr que c’est plus agréable que de le voir tomber sur sa maison, plaisanta Twilight.

- Bon, je suppose que c’est fini alors, repris Roseluck. Il ne reviendra pas avant un moment.

- Ce n’est pas dit. Attends.

Twilight avait raison. Après seulement quelques secondes, le son revint. Exactement au même emplacement, la cabine réapparut, comme elle était partie.

Le son s’estompa. Le Docteur ressortit de son TARDIS.

- Et voila. Le Caeliferoch a un nouveau chez-lui, et les Camélios pensent qu’il s’est fait écraser par un éboulement dans une grotte de la forêt Everfree. Ils ne remettront pas les pieds sur cette planète avant un bout de temps… Sabot, pardon.

- Wow… Vous avez fait vite.

- C’est une machine temporelle. Je peux y passer des semaines et rentrer quelques secondes après être parti.

- Oh… oui, évidemment.

- Plus de voleur de plante, plus d’assassin furtif. Vous allez pouvoir reprendre une vie normale.

- Je ne sais pas… ça risque de ne pas être facile après avoir vu tout ça.

- Je suis sûr que vous y arriverez. Bon, excusez-moi, mais il faut que je… vérifie le frein à main. Elle risque de dériver dans le temps autrement.

- Vous m’avez l’air bien pressé, Docteur, fit remarquer Twilight.

- Je suis toujours pressé.

- Mais plus que d’habitude j’ai l’impression.

Le Docteur soupira, puis se retourna vers Twilight.

- Je n’ai simplement pas envie de m’attarder.

- Est-ce que c’est moi que vous fuyez ? Demanda alors Roseluck, suspicieuse.

Il ne répondit pas, jetant un bref coup d’œil à la jument terrestre. Il semblait de plus en plus mal à l’aise.

- Qu’est-ce que vous craignez exactement ?

- Qu’est-ce que vous allez faire maintenant ?

Roseluck dressa une oreille, intriguée… Elle se rendit compte alors qu’elle n’avait absolument aucune idée… Elle avait toujours son travail à la boutique de fleurs, mais son obstination pour les choses étranges et nouvelles risquait de lui poser des problèmes. Et dans le fond, elle n’avait reçu qu’une partie des réponses à ses nombreuses questions.

- Je ne sais pas, admit-elle. Il y a encore tellement de choses à découvrir… Mais j’ai aussi une vie et un travail dont il faut que je m’occupe.

Le Docteur resta silencieux quelques instants… puis répondit :

- J’avais une amie, avant… Elle aussi, était curieuse des mystères de l’univers. Elle était brillante, mais… Elle a fini par se perdre en chemin. C’est pour ça que je ne tiens pas à m’immiscer dans votre vie. Vous lui ressemblez. Beaucoup trop.

- Alors, vous voulez dire…

- Je ne tiens pas à perdre quelqu’un d’autre à cause de cela.

Roseluck marqua un silence à son tour, cela donnait beaucoup à réfléchir…

- C'est aussi pour ça que j'ai arrêté de voyager avec lui, ajouta Twilight. Il peut montrer à n'importe qui des choses fabuleuses... Mais surtout très dangereuses. Et j'avais une vie à Ponyville. Alors... J'ai préféré simplement rester son amie. Entre nous, c'est déjà bien suffisant. Hum... Il faudrait que je mette ça dans mon rapport pour Celestia.

- Euh... Je ne suis encore jamais partie avec lui, murmura alors Fluttershy, mais je suppose que je suis d'accord. Ce n'est pas très rassurant...

Tous se regardèrent, attendant une autre réaction de l'un d'entre eux.

- Je comprends, reprit alors Roseluck. Je vais... Peut-être essayer de reprendre une vie normale. J'espère juste qu'il n'y aura pas d'autres problèmes… Je peux vous faire confiance pour nous garder en sécurité ?

- Je ferai au mieux, répondit le Docteur.

- Vous passerez de temps en temps ? À la boutique de fleur ?

- Peut-être à l'occasion.

L'étalon lui sourit, puis ouvrit la porte de son TARDIS.

- Docteur ? Votre amie... Comment elle s'appelait ?

- Elle s'appelait Rose.

Rose... ce nom laissa Roseluck troublée. Cela expliquait peut-être cet étrange malaise... du moins en partie.

Le Docteur retourna dans sa cabine bleue... Son air mélancolique n'échappa à aucune des trois juments.

- Je vais rentrer à la bibliothèque. Fluttershy, tu peux... Vérifier s'il va bien ?

- D'accord Twilight.

- Rose... J'approuve ta décision. Mais c'est promis, la prochaine fois, je n'essayerai plus de te cacher quoi que ce soit.

- Merci... Mais je pense que je vais mettre ça de côté pour le moment. J'ai un mur à nettoyer, et des explications à donner à Daisy et Lily... J'espère qu'elles ne m'en voudront pas trop pour cette histoire.

- Ne t'en fais pas. Les connaissant, je suis sûre qu'elles vont juste essayer d'oublier tout ça.

- Tu dois avoir raison. Au revoir Twilight.

- Au revoir Rose.

Et les deux juments se séparèrent. Seul resta Fluttershy, qui passa à son tour la porte du TARDIS.

***

- Tout va bien Docteur ?

- Ça ira... Avec le temps, ça ira.

La pégase jaune trouva un Docteur bien sombre dans le vaisseau, appuyé sur la console de commande, comme perdu dans ses pensées. Il était certain que cette affaire ne l'avait pas laissé indifférent.

- Docteur, euh… vous n'êtes pas obligé de répondre, mais… Votre amie, Rose, c'était qui ?

- C'était… Quelqu'un, avec qui je voyageais avant. Elle était attentionnée, intelligente…

- Elle comptait beaucoup pour vous ?

- Oui.

Fluttershy s'approcha du Seigneur du Temps, compatissante. Le pauvre avait visiblement souffert de cette disparition…

- Comment a-t-elle disparu ?

- Elle a été aspirée dans un univers parallèle. Elle va bien, mais elle ne peut plus revenir dans notre univers d'origine. Les murs de la réalité se sont refermés sur elle. Enfin… Elle a eu la possibilité de revenir, mais elle avait déjà retrouvé une nouvelle vie. Elle a préféré rester là-bas. C'était une bonne chose pour elle, mais…

Il n'avait pas besoin de finir sa phrase pour que Fluttershy comprenne. Elle lui passa un sabot dans le dos, se voulant rassurante.

- En fait, c'est surtout pour ça que vous étiez perturbé : elle lui ressemblait trop, c'est cela ?

- Peut-être…

Un silence confortable commença à s'installer. Le Docteur constatait : Fluttershy était toujours une oreille attentive dans ce genre de situation…

- Docteur, vous me décevez !

Une troisième voix, suraiguë, éclata dans la salle de contrôle, faisant sursauter les deux poneys.

- Pinkie Pie ? Qu'est-ce que vous faites là ? S'écria à son tour l'étalon.

- Vous m'aviez promis que je pourrais être là pour le final ! Et vous m'avez complètement oubliée !

Comme surgissant de nulle-part, la jument rose bondit à côté du duo, son expression manifestant une profonde irritation.

- Je suis désolé, je n'y ai pas pensé sur le moment.

En réalité, il y avait effectivement pensé. Mais cette personnalité extravagante n'aurait peut-être pas été un avantage pour une traque dans la forêt.

- Mais je ne vous avais pas promis ça…

- Oooooh, vraiment ?

- J'avais dit que vous pourriez « peut-être » m'accompagner.

- Hum…

Elle se pencha vers lui, avec un air suspicieux…

- Bon, d'accord, je vous crois.

Pinkie retrouva d'un coup un sourire guilleret.

- Alors, ça s'est bien fini ?

- Mieux que d'habitude.

- C'est une bonne chose, dit alors Fluttershy.

L'étalon se détourna, pensif. Il était peut-être temps de passer à autre chose.

- Allez, que diriez vous de prendre une glace au Sugar Cube Corner ? Ou de faire autre chose ? Quelque-chose que font les poneys de Ponyville pour se détendre.

- Je suis d'accord pour une glace, répondit Fluttershy.

- Moi aussi ! On a qu'à y aller directement avec votre machine ! Comment ça marche ce machin ? Oh ! A quoi il sert le bouton juste là ?

- Non Pinkie ! Ne touche pas à ça !

Trop tard : Pinkie s'agrippa aux commandes et les actionna. Aussitôt, la machinerie commença à gronder, n’appréciant pas de se faire ainsi malmener. Dans une énorme secousse, le TARDIS décolla, et commença à voyager, comme ballotté par le pire des ouragans.

Fluttershy glapissait, le Docteur gémissait, Pinkie Pie, elle, criait comme une pouliche sur un manège.

« WIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHHHHHH !!! »

***

Le lendemain matin, Roseluck reprit la route de la boutique de fleurs. Sa vie allait peut-être reprendre un cours normal… mais Lily avait été témoin de sa « folie » et l’avait probablement reporté à Daisy. Elles risquaient de s’en souvenir un bon moment… et travailler en leur compagnie ne serait plus aussi simple.

Elle avait longtemps réfléchi à comment aborder le sujet à leur retour. Si elle tentait de leur expliquer dans les détails… Elles risquaient simplement de ne pas la croire et de la trouver encore plus folle… À moins qu’elle ne raconte tout ça comme une histoire romancée, auquel cas elles ne la croiraient pas non plus, mais la prendraient plus pour une excentrique qu’une malade mentale.

Et si elle plaidait une période de stress ? Peut-être qu’elles mettraient toute cette histoire sur une peur mûe par une raison quelconque… mais voila, quelle raison pouvait-elle y donner ? Une intoxication alimentaire n’expliquait pas à elle toute seule qu’elle se soit mis en tête de trouver qui tirait les ficelles du monde… Ou peut-être en partie seulement. Cela allait dépendre de leur curiosité. Autant Lily n’était pas du genre à poser trop de question, autant Daisy avait toujours cette affreuse manie de toujours tout vouloir savoir sur tout le monde…

Après s’être concertée avec Mikey, Roseluck avait pris sa décision. Twilight avait raison dans un sens : peut-être qu’elles allaient juste chercher à oublier. La fleuriste espérait simplement que cela se passe sans souci.

Elle arriva à destination. Rose entra, découvrant Daisy et Lily en train de réorganiser un présentoir. Ces dernières l’entendirent arriver, et se tournèrent dans sa direction, un sentiment de malaise se lisant sur leur visage.

- Oh, c’est toi Rose, constata Lily…

- Oui, c’est moi… Salut.

- Alors… Tu reviens travailler.

- Je n’avais pas l’intention de démissionner.

Les deux collègues de Rose échangèrent un regard, puis Daisy reprit :

- Lily m’a raconté pour hier… je ne pensais pas que tu étais du genre à théoriser sur des accidents… Comme ça. Mais est-ce que tes preuves sont vraiment fondées ? Parce-que si c’est le cas…

- Daisy, tu ne vas pas t’y mettre toi aussi, gronda Lily.

- Oh, euh… Pas toutes, répondit rapidement Rose. J’ai vérifié deux ou trois choses hier et… il y en a qui étaient infondées.

- Combien à peu-près ? Enchaîna Daisy.

- Écoute… J’ai juste envie d’oublier tout ça pour l’instant. Hier n’était… Pas une très bonne journée.

- Oh…

- Alors tu renonces à tout ça ? S’assura Lily.

- Je crois que j’en ai eu ma dose.

- Mais pourquoi est-ce que tu as voulu t’y plonger en premier lieu ?

- Écoute, j’ai eu un moment de stress et j’ai cherché un responsable. Ça arrive à tout le monde.

- Bon, si tu le dis…

- Je vous assure, il n’y a pas de raisons de s’inquiéter.

Les deux juments considérèrent quelques instants les affirmations de Roseluck. Elle s’était mise dans une situation étrange et effrayante… Mais elle avait l’air d’en être ressortie. Tout semblait redevenir normal… Les deux fleuristes l’espéraient l’une comme l’autre. Lily parce qu’elle se refusait à croire qu’elle vivait entourée de monstres, Daisy parce qu’elle préférait savoir qu’il n’y avait pas de dangers autour d’elle.

- J’espère, reprit enfin Lily. Allez, à ton poste. Les clients vont arriver.

- Oui m’dame !

Sans se faire prier, Rose retourna à sa table de travail… sur laquelle elle retrouva un journal, dont elle reconnut l’article : « la dévastation des jardins de Ponyville : le mystère reste entier ».

Il ne l’était plus pour Rose.

Prenant quelques fleurs dans les bacs qui se trouvaient à proximité de son plan de travail, elle composa un nouveau bouquet, l’enroula dans une feuille du journal, et passa au suivant.

Elle avait un commerce à faire tourner.

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Encore trois épisodes, et la saison 1 pourra être bouclée.

Ce fut un gros travail d'arriver jusque là, et Roseluck pourra en témoigner, ces aventures commencent à s'accumuler depuis que j'ai posté le premier épisode. Mais croyez-moi, c'est pas encore fini. ^^

A bientôt, pour un nouvel épisode de Doctor Whooves !

Chapitre précédent

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

speedangel
speedangel : #48144
Jodge13 juin 2017 - #48123
Le truc dommage avec cette épisode... C'est qu'il m'as hypper pour le prochain... Qui sortira sans doute pas avant 2-3 mois :(

X'D
Il y a 1 semaine · Répondre
Jodge
Jodge : #48123
Le truc dommage avec cette épisode... C'est qu'il m'as hypper pour le prochain... Qui sortira sans doute pas avant 2-3 mois :(
Il y a 1 semaine · Répondre
speedangel
speedangel : #48090
Quand j'ai vue la notification je ne m'attendais pas à ça, je peux dire que c'est une belle surprise !
Wow c'était génial et un peu sombre (j'ai trouvé mon nouvelle épisode préféré)
Ton style est différents, ça m'a un peu troublé au début bien que ce soit positif X)
Il y a 2 semaines · Répondre

Nouveau message privé