Turn It On Again

Une fiction écrite par inglobwetrust.

Chapitre 23: Canterlot (Partie 2)

Le lendemain matin - qui était aussi le jour du concert, les deux dernières dates ayant été avancées d’une journée pour donner plus de temps au groupe pour débuter l’enregistrement de l’album au plus vite- Twilight ainsi que ses invités se retrouvèrent autour de la table du petit-déjeuner. Pour une fois, même Scootaloo et Rumble étaient à l’heure pour faire honneur à la Princesse.

Spike se montra peu après, après avoir essayé de profiter au maximum du peu de sommeil accordé par son retour à Canterlot. En voyant le dragon, Rarity se jeta presque à son cou, heureuse de le revoir. Ils étaient toujours amis, et ça ne changerait jamais, comme le constata avec joie Spike en serrant fort la petite jument dans ses bras. Il salua avec tout autant de joie les trois plus jeunes du groupe : Scootaloo, Rumble et Sweetie, après toutes les aventures partagées étant plus jeunes et adolescents. Les deux pégases l’avaient notamment beaucoup aidé à maîtriser l’art du vol quand ses ailes lui avaient poussé du jour au lendemain.

Enfin, il salua Fluttershy, avec un peu d’émotion du côté de la pégase. Elle détestait être loin de ses amis trop longtemps, ce qui rendait chaque instant de retrouvailles assez unique. Le dragon demanda des nouvelles de tout le monde pendant le petit-déjeuner et le reste de la matinée, Scootaloo et Sweetie se faisant un plaisir de lui raconter en détails le déroulé de la tournée, même si les mauvais souvenirs furent un peu passés sous silence, ou rapidement évoqués pour laisser place à de meilleurs moments.

Il ne pût s’empêcher de taquiner Sweetie par rapport à Head. C’était la mode du moment. Il lui confirma la passion de Luna pour le groupe de trash metal, ajoutant même qu’elle portait souvent des t-shirts à l’effigie du groupe, ce qui détonnait parfois beaucoup lors de certaines sorties publiques, surtout à Canterlot. Spike leur raconta son quotidien d’assistant royal et les voyages qu’il faisait avec les Princesses. Rumble se chargea de taquiner Spike en lui demandant combien de cœurs brisés un dragon comme lui laissait après chaque voyage. Les joues rouges et le rire un peu gêné, Spike leur expliqua une réalité plus contrastée. Devant son embarras et sa tristesse évidente, Rarity se chargea de le consoler en lui disant qu’elle serait sûre qu’il trouverait quelqu’un le moment venu.

« Après tout, qui ne voudrait pas d’un aussi charmant dragon que toi ? » lui demanda-t-elle en souriant. La phrase réconforta Spike et lui fit tout aussi mal. Il lui faudrait encore du temps pour accepter la nouvelle vie de la jument.

En fin de matinée, le groupe se mit en route pour la visite que devait leur faire faire Twilight de la ville. Ils s’éloignèrent du centre de la cité pour découvrir des parties plus calmes et inexplorées, jusqu’à revenir dans le quartier où Twilight était née et où vivait toujours ses parents. C’est d’ailleurs là que tout le monde déjeuna avant de reprendre la route vers le centre de la ville et le stade où jouait le groupe le soir. Après tout, le groupe était un peu comme une grande famille, surtout après ce long mois de tournée.

Tout au long de la visite, Spike, qui marchait toujours à côté de Rarity, observait avec attention les signes d’affection que se faisaient la licorne et l’étalon. Câlins, mots doux, baisers… Tel un juge prêt à rendre son verdict, il voulait vérifier la vraie nature de la relation entre les deux. Il était très attaché au bonheur de la jument, autant qu’un ami pouvait l’être pour un autre. Il dût se rendre à l’évidence que Rarity était très attaché à Mac et que Mac le lui renvoyait bien à en juger par les regards plein d’amour qu’ils s’échangeaient.

Sur le trajet retour, ils passèrent devant un bâtiment délabré, condamné par des planches aux fenêtres, ce qui détonnait beaucoup dans cette ville où tout était soigné jusqu’au moindre détail.

Rarity se stoppa net devant, laissant le groupe continuer sans elle pendant quelques secondes. Mac remarqua la licorne et revint à sa hauteur.

« Rarity, tu viens ? » lui demanda-t-il doucement, en la voyant le regard toujours figé sur le bâtiment.

La licorne reprit ses esprits et secoua sa tête. « Je… je vous rejoindrai plus tard. J’aimerais être seule un moment, d’accord ? » demanda-t-elle en tournant la tête vers l’étalon, ajoutant un petit sourire pour le convaincre.

Mac leva un sourcil, ne comprenant pas de suite le pourquoi de cette demande. Il leva les yeux vers l’enseigne presque illisible de la petite demeure. Il distingua quelques lettres en plissant les yeux et comprit. Il se pencha à son oreille.

« Okay. Je… on se voit tout à l’heure, hein ? » lui murmura-t-il en caressant son museau contre sa joue.

Rarity renvoya le geste et l’embrassa sur les lèvres. « Oui. Je ne serais pas très longue. Promis », lui dit-elle pour le rassurer. L’étalon s’écarta, sourit et rejoignit le groupe en avant, expliquant aux autres que la licorne avait besoin d’être seule un moment, sans en ajouter plus.

Enfin seule, la licorne s’approcha de la porte et, en regardant les alentours pour voir si personne ne l’observait, utilisa sa magie pour retirer les planches et forcer la porte à s’ouvrir. Un nuage de poussière l’accueillit et la fit lever un sabot pour se protéger le visage. Elle toussa un peu et attendit quelques secondes pour pénétrer dans le lieu abandonné, le temps que la saleté en l’air retombe au sol.

Lentement, pas à pas, elle fit son entrée. La poussière, la saleté dans chaque coin et recoin. Des étagères disposées de chaque côté, quelques affiches jaunies par le temps et qui pendouillaient dans le vide pour certaines, les quelques rayons du soleil qui réussissaient à entrer et laissaient entrevoir la poussière en suspension… Quelques miroirs aux vitres cassées étaient éparpillés à certains coins de la pièce. Il y avait aussi des morceaux de tissu au sol, ultime trace de ce qu’avait été ce bâtiment dans des temps passés.

Rarity avança lentement jusqu’au fond de la pièce, qui menait à une autre pièce, plus petite et qui semblait avoir servi de remise. Un escalier en bois grinçant menait à l’étage. La licorne y grimpa et pénétra sous les combles, qui étaient aménagés comme lieu de vie. Un vieux matelas fatigué au fond d’un couloir était la seule trace d’une vie passée ici. Sur l’un des murs, des dessins de robes aux couleurs vives qui avaient perdu de leur éclat. Les restes d’un endroit où la créativité s’exprimait et s’affichait.

La jument redescendit au rez-de-chaussée. En explorant un peu plus, elle marcha sur un cadre dont le verre craqua sous ses pas. Elle le fit léviter avec sa magie et épousseta la vitre.

Une photo d’elle devant ce même magasin, prise il y a bien des années, quand celui-ci sentait encore le neuf.

« Ils ne l’ont toujours pas détruit ? »

Une voix grave derrière elle la sortit de son fil de souvenirs. Elle tourna la tête et vit l’ombre de Spike entrer, en se faufilant prudemment à cause de sa taille, dans la boutique.

Il regarda la pièce de gauche à droite, en faisant un tour sur lui-même. « Je savais que tu serais là », lui dit-il. « ‘Chez Rarity’. »

La licorne sourit et lui montra la photo. « Tu te souviens du premier jour ? » lui demanda-t-elle. Spike approcha, prit la photo dans ses griffes et la fixa. Il rit.

« C’est moi qui tenais l’appareil ce jour-là », s’amusa-t-il en lui tendant la photo. « Tu avais toujours voulu ta boutique ici. Ton rêve se réalisait », expliqua-t-il avec une pointe d’émotion dans la voix. Rarity sourit aussi en se rappelant ces instants insouciants.

Spike refit le tour de la pièce et ramassa quelques morceaux de tissus. « De la soie de Saddle Arabia », dit-il en triturant l’un des morceaux les yeux fermés. « De la laine de Yakyakistan », dit-il en répétant les mêmes gestes sur un autre morceau. « Du coton de- »

« Tu n’as pas perdu la main, pas vrai ? » rit Rarity en s’approchant de lui. Spike rit aussi.

« Hé, c’est toi qui me les as appris. Impossible d’oublier ça… » Il marqua une pause. « Ça fait longtemps que je ne suis pas repassé ici… C’est même comme si j’évitais de venir dans ce quartier », avoua le dragon en perdant son sourire.

« Oui… moi aussi », avoua à son tour Rarity. « Ça fait toujours un peu mal au cœur de voir ça. Ça me rappelle ce que j’aurai pu devenir… » Elle baissa les yeux et sentit l’aile de Spike s’enrouler autour d’elle. Il s’assit à ses côtés. Elle se pencha contre lui, laissant une discrète larme couler sur sa joue. Le dragon ferma les yeux et la serra un peu plus fort contre lui.

« Je suis contente que tu m’aies suivie ici, tu sais. Tu aurais pu rester à Poneyville, avec Twilight et… » Elle marqua une pause pour avaler une boule dans sa gorge qui menaçait de la mettre au silence. « … Tu es venu avec moi. Je suis désolée de t’avoir forcé la main… » s’excusa-t-elle.

Spike la réconforta en la berçant un peu. « Dis pas ça. C’est moi seul qui aie décidé et Twilight était d’accord. Je sais qu’elle m’en a voulu un moment… Et à toi aussi », murmura-t-il.

« C’est vrai que c’était un peu idiot de partir sur un coup de tête. J’ai laissé Sweetie seule juste parce que je croyais réussir ici. Il faut croire que Canterlot ne voulait pas de moi… » suggéra-t-elle après un long silence.

« Ils n’ont jamais compris ce qu’ils perdaient », la réconforta Spike en frottant sa main sur le dos de la jument.

Rarity frotta sa joue contre la poitrine du dragon. « On était jeunes et bêtes à l’époque. »

« Mais tu étais déjà la plus belle », la complimenta Spike en embrassant le haut de sa tête. Rarity gloussa.

« Oh Spike, toujours aussi charmeur à ce que je vois. Le temps ne t’a pas pris ça au moins », sourit-elle en se dégageant de son étreinte. Spike se releva et continua à explorer l’ancien magasin qu’il avait tenu avec elle, jusqu’à ce qu’ils fassent faillite et retournent à leur vie d’avant, même si Spike était reparti à Canterlot peu après son retour à Poneyville suite au déménagement de Twilight au palais royal.

Le dragon monta à l’étage et ses pas se firent entendre d’en bas. Rarity tomba sur une autre photo d’elle. Elle souffla dessus pour retirer la poussière et laissa l’image apparaître entièrement.

Spike et elle, l’un contre l’autre, le dragon avec le bras tendu pour prendre la photo, l’autre bras entourant la jument. Ils étaient tous les deux dans un lit, avec les draps relevés bien haut, et s’embrassaient amoureusement. Spike était déjà un peu plus grand que le dragon qu’elle avait connu lors de son arrivée à Poneyville.

Rarity se rappela du moment où avait été prise la photo. Les débuts à Canterlot, les conditions de vie rudimentaires avec ce matelas qui leur servait de lit commun, avec juste un drap et une couverture pour les protéger de la nuit, et les écailles du dragon pour se réchauffer. Le reste des tissus allait aux robes et aux créations de la jument. L’insouciance des débuts était une période bénie, quand les soucis financiers et le manque de commandes avaient rendu le climat orageux pour le nouveau couple. À la fin, il était logique que la fermeture du magasin scelle également leur séparation.

Rarity se souvint du Spike qu’elle avait aimé comme amant, pas seulement comme ami. C’était venu soudainement, par la proximité de vie induit par ce déménagement à Canterlot. Spike avait pris sa chance et avait ouvert son cœur à la jument, espérant enfin obtenir ce qu’il désirait tant depuis des années.

Et il l’avait obtenu.

S’ensuivit un baiser timide, puis un autre plus aventureux, puis une nuit d’amour passionnée et libérée de toute inhibition, sans souci du qu’en dira-t-on, les craintes passées et les hésitations oubliées. Juste eux deux, leurs corps serrés l’un contre l’autre, l’un sur l’autre dans ce lit, les gémissements et râles de plaisir qui résonnaient dans cette pièce vide, les caresses des sabots et des griffes et une promesse de lendemains ensoleillés, avant que les nuages ne viennent gagner la partie.

La passion s’était ensuite éteinte petit à petit, comme le feu d’un vieux dragon, même si elle s’était exprimée jusqu’au terme de leur histoire commune. Et Spike n’avait jamais oublié, cherchant sa nouvelle Rarity qui pourrait le rendre aussi heureux que l’originale. Sans succès.

Rarity n’avait jamais oublié non plus, mais avait rebondi rapidement avec Money Maker. D’une certaine façon, il avait été là au bon moment pour panser ses plaies et profiter de sa solitude.

Rarity fixa longuement la photo avant d’entendre des bruits plus forts venant du plafond.

CR… CRAC…

« AAAAHHHHHH !!!! »

Le plancher s’écroula et emmena Spike avec lui, cédant sous le poids du dragon et des planches qui pourrissaient. Le matelas amortit la chute de la créature, qui se retrouva couverte de poussière et de morceaux de bois. Il toussa un peu et sortit d’un nuage de crasse en se secouant de toutes part.

« Rarity ?! Rarity ?! Tu vas bien ? » demanda-t-il d’une voix inquiète en ne voyant rien à travers le nuage de poussière, plus inquiet pour elle que pour lui. Elle avait heureusement eu le temps de s’écarter pour éviter de se faire écraser par le tas de bois et Spike. Elle avait tout de même l’air choquée et en avait fait tomber la photo.

« Oui… Oui… ça va… Et toi ? » demanda-t-elle en s’approchant de lui, commençant à examiner ses bras et sa tête pour voir si tout allait bien. Le dragon la laissa faire, sentant ses doux sabots sur ses écailles et répondit.

« Oui… Oui… Ne t’inquiète pas. Il en faut plus pour mettre KO un dragon ! » annonça-t-il fièrement en se frappant le torse. Rarity recula et rit. « On peut dire merci à ce matelas », sourit le dragon. Il s’allongea dessus et tapota l’endroit vide à côté de lui. « Tu veux venir tester ? » lui demanda-t-il.

Rarity hésita un peu, surprise par sa proposition, mais obéit et s’installa à côté du dragon, fixant le plafond désormais assorti d’un énorme trou.

« J’ai bien grandi depuis l’époque, hein ? » demanda le dragon en tournant la tête vers la jument.

« Tu es devenu grand et fort, c’est vrai, mais tu l’étais déjà avant », rit Rarity en lui tapotant le torse avant de laisser le silence s’installer pendant quelques secondes, profitant du matelas toujours aussi moelleux qu’avant. Ses yeux traversèrent à nouveau la pièce et retombèrent sur la photo. Elle hésita un peu. Était-ce une bonne idée de faire remonter les mauvais souvenirs, même si la photo montrait plutôt le contraire ? Elle réfléchit quelques secondes, se mordit la lèvre inférieure et se décida. Elle alluma sa corne et amena la photo à leur hauteur.

« J’ai retrouvé cette photo », dit-elle simplement en la mettant devant Spike. Il tendit le bras et la prit entre ses griffes. Il l’observa longuement et sourit.

« Je me souviens. Tu ne voulais pas que je te prenne en photo au saut du lit. Tu te trouvais moche quand tu n’étais pas coiffée. Et je te disais que tu étais belle, même au réveil », se rappela-t-il avec une voix empreinte de mélancolie. Il marqua une pause. « Je suis sûr que Mac pense ça aussi. »

Sa réponse déstabilisa Rarity, qui prit quelques secondes pour réfléchir à une réponse. Elle tourna la tête vers lui et posa un sabot sur l’une de ses mains.

« Spike, quand tu penses à cette période, qu’est-ce que tu en retiens ? » demanda la jument. Spike garda ses yeux fixés au plafond et perdit son sourire. Ses paupières se refermèrent légèrement. Il soupira.

« Que j’étais heureux avec toi. Que jamais personne après ne m’a rendu aussi heureux que toi. Même si ça s’est mal fini. Ouais… J’étais le dragon le plus heureux d’Equestria avec toi », avoua-t-il en souriant faiblement, serrant le sabot dans sa main.

Rarity le fixa un moment, hésitant sur la question à poser. La réponse de Spike voulait dire tellement de choses. Elle savait en partie ce qu’elle continuait à représenter pour lui, mais l’entendre venir de sa propre bouche était un certain choc pour elle.

« Spike… » commença-t-elle, « tu m’aimes encore, pas vrai ? »

Spike tourna la tête vers elle. « Je n’ai jamais arrêté de t’aimer. Jamais. Je sais que c’est égoïste de ma part mais… c’est la vérité. J’aimerais passer à autre chose, mais… » Sa voix commença à chevroter. « J’y arrive pas, Rarity. J… j’y arrive pas. Ça fait presque… quinze ans et j’y arrive pas. » Il se tut et laissa les larmes prendre le dessus sur sa voix, détournant la tête pour ne pas laisser la jument le voir ainsi, retenant les pleurs autant qu’il le pouvait.

Rarity ne savait pas quoi répondre, si ce n’est se serrer contre le dragon et le réconforter par un câlin. Spike sentit ses sabots contre lui et se retourna pour l’étreindre à son tour. Voir les deux dans cette position, sur ce même matelas, dans ce même bâtiment était pour le moins cocasse connaissant leur histoire.

La jument laissa Spike se calmer et ses pleurs devinrent des reniflements après quelques minutes. Elle caressa tendrement ses écailles pour l’aider à reprendre ses esprits, déposant même quelques baisers dans son cou, comme une mère à son enfant pour lui rappeler sa présence.

« Spike… » commença-t-elle en murmurant à l’oreille du dragon. « Je ne savais pas que c’était aussi dur pour toi… Je… je ne sais pas vraiment quoi te dire à part que… je suis désolée si je t’ai fait du mal. »

« C’est pas de ta faute, Rarity. Ne sois pas désolée. C’est moi qui n’est pas capable de passer à autre chose. Aucune jument ne pourra te remplacer, aucune. Pas même la meilleure du monde. J’ai peur de ne plus jamais être aussi heureux que je l’étais à l’époque… j’ai peur d’être… déçu… » avoua-t-il dans un moment de sincérité qu’il n’avait pas pu exprimer pendant toutes ces années.

« Spike… Ne pense pas ça… s’il te plaît. Tu verras, un jour, tu m’oublieras et tu trouveras quelqu’un qui te rendra heureux… », Rarity continua à passer son sabot dans son dos.

« Ça fait quinze ans qu’on me le dit. Quinze ans que j’attends. Je veux pas t’oublier mais… c’est dur d’attendre. C’est dur. Et quand je t’ai vu avec Mac… Tout est remonté », continua-t-il, serrant toujours la jument dans son étreinte.

Ils restèrent ainsi quelques minutes, l’un contre l’autre, revivant un peu des moments partagés dans cette même maison, sur ce même lit. Rarity finit par reculer pour regarder le visage attristé du dragon.

« Spike… L’amour, c’est une chose qui ne se commande pas. Ça peut arriver demain, dans dix ans, dans vingt ans ou je ne sais quand. Tu es jeune, tu vivras longtemps, tu as à peine commencé ta vie. Ne désespère pas, d’accord ? » lui dit-elle en caressant sa joue du sabot, ramassant ses larmes qui finissaient de couler. « Il y a beaucoup de gens qui t’aiment à Equestria. Plus que tu ne le penses. Pense juste à tes amis. Personne ne t’oubliera, Spike. Personne. Pas moi, pas Twilight, pas Sweetie, pas Scootaloo, pas Rumble, personne tant que tu resteras toi-même, compris ? » Elle finit en souriant et en se blottissant contre sa poitrine.

Spike réfléchit quelques secondes à ses mots et pensa à ses amis. Non, sa famille, comme il aimait l’appeler. Il pensa à eux, à tous ceux qu’il avait rencontré aux quatre coins d’Equestria et qu’il pouvait appeler ses amis. Il pensa à eux et sourit. Rarity avait raison, comme toujours.

« Je ne t’oublierai jamais, Spike. Tu es l’un de mes meilleurs amis et ça ne changera jamais, tu entends ? JA-MAIS », insista-t-elle en relevant sa tête.

Spike sourit un peu plus sincèrement. « Je ne t’oublierai jamais, Rarity. J’espère que tu le sais », lui murmura-t-il.

« Hm-mm », fredonna la jument. « Je le sais. Tu me le prouves à chaque fois que l’on se voit. » Elle finit en l’embrassant sur la joue, le prenant par surprise et le faisant rougir. Il écarquilla les yeux. « Promets-moi juste de ne jamais déprimer à cause de moi. Tu mérites d’être heureux. »

Spike sourit. « Croix de bois, croix de fer, si je mens, je mange mon fer », jura-t-il. Il se pencha, ferma les yeux, tendit les lèvres, puis se ravisa au dernier moment d’un mouvement de tête. Rarity rit.

« Vas-y, Spike, je t’autorise à le faire », s’amusa-t-elle en voyant le grand dragon soudain tout timide.

Spike retrouva son sourire et se pencha pour déposer un tendre baiser sur sa joue pendant qu’elle fermait les yeux.

« Tu te sens mieux ? » demanda-t-elle après avoir senti la bouche du dragon se retirer. Spike hocha la tête. Oui, il allait mieux. Les choses étaient claires entre eux. Il pouvait avancer vers l’avenir. Et la réponse à ce problème se trouvait dans ce lieu emblématique de son passé.

Les deux se relevèrent du matelas, Spike aidant la jument à descendre comme tout bon gentlecolt.

« Et avec Mac, ça se passe bien ? Il te rend heureuse ? » demanda-t-il en se dirigeant vers la sortie, sur un ton un peu pressant. « Euh… désolé… Tu sais, en tant qu’ami, je veux que tu sois heureuse, tu sais… héhéhé… » rit-il d’un air gêné.

Rarity se tourna vers lui et lui montra son sourire. « Oui. Je l’aime et je suis très heureuse avec lui. C’est un fantastique étalon. J’espère que ça durera longtemps entre nous », expliqua-t-elle.

« J’espère aussi. Vous allez l’air bien ensemble », sourit Spike.

« Oh, tu nous espionnais ? » le taquina Rarity. Spike écarquilla les yeux et rougit, baissant le regard vers le sol, embarassé.

« Euh… on va dire que tu rayonnes tellement qu’il est impossible de ne pas t’admirer ? » tenta-t-il, souriant en montrant ses dents. Rarity laissa s’échapper un petit rire.

« Bien trouvé, Spike. Tu as toujours le sens de la formule. C’est une honte qu’aucune jument ne l’ait encore compris », le complimenta Rarity, avant de sortir à l’air libre.

« Attends ! » lui dit Spike en courant vers elle avec les deux photos : celle d’elle lors de l’ouverture de la boutique et celle avec les deux ex-amants au lit. « Tu… tu veux les prendre avec toi ? » demanda-t-il, en sortant aussi à l’air libre.

Rarity réfléchit avant d’allumer sa corne et de prendre la première citée. Elle laissa flotter la seconde. « Garde-là. Je sais que tu y tiens beaucoup. Tu penseras à moi en la voyant, d’accord ? »

Spike fixa la photo et la serra contre son cœur, hochant la tête. « Merci, Rarity », la remercia-t-il en sortant le dernier du magasin.

La jument referma la porte et un chapitre de sa vie, en espérant que Spike en fasse autant. Ils repartirent vers le stade où les attendait le groupe tout entier.

« Enfin ! Qu’est-ce que vous fichiez, vous deux ? » s’énerva Scootaloo, la plus inquiète de ce retard.

Rarity se dirigea vers Mac et se frotta contre lui en signe d’affection tandis que Spike s’approchait de Twilight. La licorne tourna la tête vers Spike et partagea un regard complice avec lui.

« On avait des choses à se dire tous les deux », expliqua mystérieusement la jument. La plupart des poneys présents levèrent un sourcil. Pas Mac, qui avait compris, tout comme Fluttershy, Sweetie et Twilight. Scootaloo haussa les épaules.

« Bon, en attendant, c’est l’heure de vous préparer. Allez, en avant les Ponytones ! On y va ! » leurs dit-elle en les amenant dans les coulisses du Royal Sisters Park. Twilight les suivit, avant de sentir un bras se poser sur son dos.

Elle se retourna et vit Spike avec un grand sourire face à elle. Elle leva un sourcil et vit le dragon se pencher sur elle. Il la prit dans ses bras et l’étreignit. Un peu surprise au départ, elle retourna l’étreinte et frotta sa joue contre celle de son ami.

« Tu avais beaucoup de choses à lui dire, hein ? » lui demanda-t-elle en murmurant à son oreille. Elle le sentit hocher la tête. « Ça va mieux ? » Il hocha la tête à nouveau et retrouva sa voix.

« Je t’aime, Twilight. Ne l’oublie jamais. Je vous aime tous », dit-il, la voix un peu tremblante en raison de l’émotion, avant de la reposer au sol.

« Spike… comment pourrais-je oublier une chose pareille ? Qu’est-ce que je serais sans mon assistant royal numéro un ? Qu’est-ce que je serais sans toi ? Je t’aime aussi et tu le sais, hein ? Allez, viens, les Princesses nous attendent en loge », lui dit-elle en utilisant ses ailes pour décoller de quelques mètres et l’embrasser sur la joue. Les deux sourirent.

Ils avaient des amis à aller voir chanter.

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Je pense que c'est mon chapitre préféré de cette longue histoire. J'aurai même pu en faire une complète histoire différente et non liée au destin des Ponytones. Une autre fois, peut-être...

Bonne année 2017 à tous! Je vous avoue que côté fanfic, si je ne manque pas d'idées, je ne sais pas qu'est-ce que j'écrirais cette année ou si même je le ferai. J'espère manquer tout simplement de temps et être trop occupé pour ça. Je me suis lancé à corps perdu dans l'apprentissage du dessin de poneys et j'avance lentement, à mon rythme, si bien que je pense lancer un Tumblr spécifique que j'alimenterai plusieurs fois par semaine, étant donné que je dispose d'un stock assez conséquent de dessins de deux OC, dont le mien. J'espère vous partager le lien sous peu et vous voir nombreux à me suivre, quitte à délaisser les fanfics.

Ta-da! [lien]

Auron, désolé pour le retard sur ce chapitre! ;-)

Chapitre précédent Chapitre suivant

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

AuRon
AuRon : #45257
Émouvant comme tout : ). Même si le ship Rarity x Spike est assez controversé. La scène est très bien gérée dans son ambiance ^^ et c'est un régal. Même si le déroulement est prévisible, je ne me lasse pas de cette recette qui à chaque fois, possède un quelque chose de différent.

On sent vraiment que la fin est proche et que ce sera une complète happy ending ^^.
Modifié · Il y a 3 mois · Répondre

Nouveau message privé