Turn It On Again

Une fiction écrite par inglobwetrust.

Chapitre 6:Répétitions

« Quoi ? Les Ponytones vont venir ici ?!! » s’écria une jument blanche à la crinière bleu électrique. « Je suis leur plus grande fan ! »

« Crois-moi Sweetie, il ne se passe pas un jour sans qu’elle ne m’inflige sa... façon unique de chanter sur un de leurs morceaux », soupira une autre jument grise à la crinière noire en se penchant à l’oreille de la licorne.

« Baby you can drive my cart !!! Yes i’m gonna be a star !!! » se mit à chanter Vinyl sans prévenir. Octavia se passa longuement un sabot sur le visage, leva les yeux au ciel et soupira encore plus longuement qu’avant.

« Tu vois ce qu’est ma vie depuis le jour où nous sommes ensemble ? » marmonna-t-elle en voyant la licorne blanche s’agiter toute seule dans le studio encore vide.

Sweetie ne put s’empêcher d’en rire. Surtout quand Vinyl prit Octavia par les sabots pour l’entraîner dans un rock’n’roll endiablé, avant de lancer le diamant de la platine pour accompagner son chant.

« Vinyl... Doucement ! Je n’ai plus vingt ans ! » l’avertit la terrestre, sans effet sur sa compagne qui n’arrêtait pas de bouger en rythme avec la chanson.

« Hé, ça t’empêche pas de me prouver le contraire au lit ! » blagua Vinyl en lui faisant un clin d’œil, sans cesser sa danse. Octavia leva les yeux au ciel et soupira encore plus en essayant de s’extraire de l’étreinte de la DJ.

Sweetie recula de quelques pas pour leur laisser de la place et Octavia finit par accompagner les mouvements de la licorne, se lançant dans une danse frénétique. Chacune enroula ses sabots autour de la taille de l’autre, rapprochant de plus en plus leurs corps au fur et à mesure que la chanson avançait. Vinyl finit par ne plus chanter, trop absorbée par le regard de son épouse. Et Octavia ne se plaignit plus de s’être fait entraîner de force.

Quand la chanson s’arrêta, Vinyl tenait Octavia avec un sabot dans son dos et un autre au niveau de son épaule gauche, stoppée dans une position qui rappelait deux danseurs de tango. Elles se regardèrent quelques instants, essoufflées, et Vinyl pencha lentement sa tête vers celle d’Octavia, approchant ses lèvres de plus en plus près de la bouche de la terrestre…

« Kof kof. »

Les deux juments tournèrent la tête et virent les Ponytones au complet qui venaient de franchir les portes du studio.

« Oh par Celestia ! Ils sont là ! »

Vinyl lâcha Octavia, qui tomba au sol en poussant un cri. La licorne se précipita devant le groupe.

« Je suis votre plus grande fan ! C’est pas vrai, Octy ? »

La réponse de sa compagne vint dans un grognement incompréhensible depuis le sol où elle se trouvait.

« Allez, on fait un selfie ! » dit-elle sans attendre plus longtemps, prenant un appareil photo dans sa magie avant de le passer à Sweetie et amenant Octavia avec elle, toujours groggy et qui tirait la langue.

Autant vous dire que la photo n’entra pas dans les annales de la photographie : Octavia avait les yeux qui louchaient en plus de sa langue pendante hors de sa bouche grande ouverte, Vinyl étranglait Rarity après avoir passé un sabot autour de son cou, Fluttershy s’était recroquevillée dans un coin, Toe était caché par le visage de Vinyl et Mac était trop grand pour rentrer dans le cadre. Quant à Torch, elle était bien la seule à avoir une pose à peu près normale sur l’image.

(Dommage aussi que la photo était floue.)

Après avoir repris son souffle, et ses esprits, Rarity essaya de mettre un semblant d’ordre dans le studio.

« Vinyl, je suis ravie de ton enthousiasme, mais nous sommes venues ici pour répéter. Alors, est-ce que tout est prêt comme je l’ai demandé ? » demanda-t-elle, un peu agacée.

« Hein ? Oh ouais, t’inquiète, Sweetie m’a tout expliqué. Donne-moi juste cinq minutes et on s’y met », rétorqua la licorne, fonçant vers la console de mixage, suivie de près par Octavia qui marmonna un « désolé ».

Débarrassée de la personne la plus bruyante de la pièce, celle-ci s’enveloppa de silence, une incongruité dans un studio d’enregistrement. Ne voulant pas laisser ce moment durer trop longtemps, Sweetie parla.

« Bon, vous avez décidé des chansons que vous alliez répéter ? » questionna-t-elle.

« Oh, oui, j’ai déjà quelques idées. Tenez, je les ai notées sur une feuille », dit Rarity, sortant quatre feuilles de son sac de selle et les passant à chacun des membres qui les étudièrent.

Toe fut le premier à s’offusquer. « Rarity, c’est une tournée des Ponytones ou c’est une tournée solo ? »

« Pourquoi cette question, darling ? » demanda à son tour la licorne en semblant offusquée.

« Hé bien, il y a des chansons de ta carrière solo dans la liste », constata Torch. « En fait, il y en a la moitié », ajouta-t-elle en rejetant un œil à la liste.

« C’est normal, ma chère. Après tout, c’est moi qui ai fait la meilleure carrière de tout le groupe, les gens vont venir surtout pour moi. Il est normal que je leur donne ce pour quoi ils sont venus », expliqua Rarity, se recoiffant du sabot tout en parlant.

« Qu’est-ce qui te donnes le droit de dire ça ? » s’énerva Toe en reposant la feuille.

C’est parti... soupira intérieurement Sweetie en levant les yeux au ciel.

« Eh bien, tu veux que je te rappelle tes chiffres de ventes de nos albums ? » répliqua Rarity.

« Rappelle-moi sur qui l'Enquinerer a titré : ‘L’ex-reine de la pop fait un flop’ ? » lança Torch, qui était montée au créneau pour défendre son mari.

Rarity fronça les yeux. La guerre était repartie avant même la première séance d’enregistrement.

« Fluttershy, tu n’es pas d’accord avec moi ? » demanda la licorne en se tournant vers son amie, cherchant du soutien dans son combat.

La pégase sembla surprise de la soudaine question. « Euh... je ne sais pas... Peut-être que tu as raison… Mais peut-être que... Tu sais… Eep… » finit-elle en couinant et en se cachant sous sa crinière rose.

« Mac ? Un avis sur la question ? » relança Rarity en voyant qu’elle ne pourrait pas appuyer son point de vue avec Fluttershy.

Mac ne dit rien, la fixant simplement et inspirant longuement avant de hausser les épaules. Tout ça le dépassait et l’exaspérait déjà.

Rarity retourna sa tête vers Toe et Torch en fronçant encore plus les yeux. « Merci beaucoup. Mac », grinça-t-elle. « Bon, tout ça pour dire que je devrais avoir au moins un quart de la setlist pour moi seule. »

« Quoi ?!! » s’écrièrent Toe et Torch. « C’est une blague ? » Même Mac avait ouvert grand les yeux et s’apprêtait à s’offusquer de sa demande.

« Ai-je l’air de blaguer ? Je ne suis pas Pinkie jusqu’à preuve du contraire », répliqua Rarity, qui gardait un visage strict.

« Tu ne vas pas recommencer ! On t’a laissé faire ça la dernière fois et tu as vu comment ça s’est fini ! » s’insurgea Toe, qui s’était dangereusement approché de la licorne.

« Les poneys n’avaient d’yeux que pour moi ! » se défendit Rarity, en criant un peu plus fort.

« Tu tiens vraiment à ce que je ressorte les coupures de journaux d’il y a dix ans ? » s’énerva Toe.

Sweetie décida que cela avait assez duré.

« STOP ! » cria-t-elle. Tous tournèrent la tête vers elle. « Vous êtes venu pour vous réconcilier ou encore plus vous disputer ?! »

« Eh bien, pour se réconcilier, bien sûr. Ce n’est pas évident ? » répliqua Rarity, passant un sabot autour du cou de Toe.

Un regard noir lancé par Torch la fit reculer instantanément.

« Mais... chacun a sa propre façon de le faire », ajouta-t-elle.

Sweetie se massa les tempes et proposa une solution.

« Bon, puisque j’imagine que Mac et Fluttershy ne veulent pas chanter en solo », les deux acquiescèrent, « voilà ce qu’on peut faire : décidez-vous sur vingt chansons, et toi Rarity, tu pourras en chanter une en solo, et vous Toe et Torch, deux. Ça vous semble équitable ? »

Rarity dut s’avouer vaincue et n’était plus d’humeur à se disputer pour défendre sa position, sachant que le combat était perdu d’avance. Toe et Torch également. Après tout, c’était la réunion des Ponytones et pas une tournée solo.

« D’accord », répétèrent les trois à tour de rôle après une courte réflexion.

« Bon, je vais voir Octavia et Vinyl pour qu’on puisse commencer. Choisissez vos chansons et amenez-moi la liste. Je ferais le reste », expliqua Sweetie, avant de disparaître dans le studio.

Laissés seuls, une étincelle pouvait à nouveau tout faire exploser. Rarity choisit d’être diplomate.

« Bon. Faites-moi voir votre liste et nous déciderons quoi chanter. Équitablement », dit-elle.

Tous acquiescèrent, mais seuls Torch et la licorne sortirent une liste pré-établie. Le choix fut toutefois vite fait et tous choisirent de se baser sur le dernier best of sorti pour faire la setlist.

Et ainsi, après avoir griffonné sur une feuille de papier les vingt morceaux, Rarity l’apporta en studio et les répétitions pouvaient commencer.

Les Ponytones allaient rechanter ensemble et Vinyl bondissait comme une folle sur sa chaise, n’y tenant plus. « Bon, vous êtes tous prêt ? Allez, Find the Music in You, c’est parti ! » dit-elle dans les enceintes du studio avant de lancer la bande. Mac ouvrit la bouche et se lança :

« Bum, bum, bum-ba-da, bum-ba-da

Bum, bum, bu-ba-da-ah »

Quasi-instantanément, la magie de leurs voix refit effet et un ange passa dans la pièce dès les premières paroles chantées ensemble par les cinq poneys.

C’était comme si l’alchimie entre ces cinq tonalités, ces cinq harmonies, se récréaient comme des vieux amis inséparables qui se retrouvaient, le temps ne jouant pas sur eux. Les trois poneys dans la cabine de mixage en étaient sonnés et ébahis.

Et ce fut ainsi pendant toute la chanson. Même si quelque chose heurta l’oreille des plus fines ouïes du groupe.

Dès le morceau fini, quelques sourires se dessinèrent chez les Ponytones, ravis de retrouver leurs automatismes. La musique les avait à nouveau réunis, en recréant la magie perdue. C’était déjà ça.

« Mac, dis-moi, est-ce que ta voix est encore plus grave qu’avant ? » demanda Toe en tournant la tête vers l’étalon.

Mac semblait mal à l’aise et sentit quelques gouttes de sueur couler sur son front. « Euh... p’têt bien qu’ouais. »

« C’est vrai, il me semble avoir cru l’entendre », poursuivit Rarity. « Tu peux refaire l’intro, s’il te plaît ? » demanda-t-elle.

À contrecœur, mais aussi poussé par la pression du regard des autres, Mac se lança.

« Bum, bum, bum-ba-da, bum-ba-da

Bum, bum, bu-ba-da-ah »

Le silence s’ensuivit pendant quelques secondes, le temps d’analyser la tonalité de l’étalon.

« C’est bien ce qui me semblait. Ça risque de nous poser problème sur certains morceaux… » soupira Rarity.

« Hé ! J’ai pas chanté depuis des siècles, laisse-moi le temps de me chauffer la voix. J’ai autre chose à faire dans ma vie que de chanter tout le temps », grommela-t-il en fronçant les yeux.

« Tu vises quelqu’un en particulier ? » s’énerva Toe, fronçant les yeux comme en coordination avec sa femme.

« Monte pas sur tes grands ch’vaux, partn’aire », grommela encore Mac.

Le son d’un micro s’ouvrant sortit des enceintes. « Les amis, ça n’est pas un souci pour le moment. L’essentiel, c’est que vous contre-balanciez les tonalités les uns les autres. Travaillez en équipe pour ça », conseilla Octavia.

« Je peux aller chercher un ton plus haut pour compenser », suggéra Torch. « Et Fluttershy pourrait le faire aussi », ajouta-t-elle en souriant en direction de la pégase, qui acquiesça.

« Bon, mais Mac, j’espère que ça ira mieux la prochaine fois. Tu promets de t’entraîner chez toi ? » le pressa Rarity en se tournant vers lui.

Mac leva les yeux au ciel, et marmonna un petit « Ouaip. »

« Très bien. Essayons à nouveau », reprit la licorne en se préparant pour le prochain morceau.

Les chansons se succédèrent, et même si chanter un ton plus haut pour deux des membres était une tâche un peu délicate, celle-ci fut récompensée par le son cristallin ressortant dans la cabine de mixage. Vinyl était particulièrement aux anges et fermait de temps en temps les yeux pour profiter de l’instant.

Les répétitions durèrent plus longtemps que prévues, des chansons devant être rechantées et nécessitant de nouveaux arrangements, mais la joie de chanter prenait le dessus sur la lassitude. C’était comme une bouffée d’air frais bienvenue, même si dix ans avaient été nécessaires pour retrouver cette envie.

Les vingt chansons répétées, la satisfaction se lisait sur les visages des cinq membres, contents de savoir que cette tournée pourrait repartir sur de meilleures bases que la précédente. Ils pourraient au moins donner le change sur scène.

Mais il était déjà temps de passer à l’étape suivante, sans pouvoir laisser de pause pour reposer les voix et c’est Scootaloo qui annonça le programme en débarquant à la fin de la séance de répétitions.

« Qu’est-ce que vous fichez encore là ?! » s’énerva-t-elle. « La conférence de presse est dans cinq minutes et il y a des tas de journalistes qui vous attendent ! »

À ces mots, Fluttershy pâlit.

« Des… tas ? » couina-t-elle, appréhendant déjà l’instant qui s’annonçait.

« Ouais, l’hôtel de ville est plein à craquer ! » s’exclama Scootaloo en levant les sabots au ciel. « C’est comme si tout Equestria venait pour vous voir ! On va cartonner ! »

Fluttershy pâlit encore plus, ce que remarqua Rarity.

« Darling, tu es affreuse. Est-ce que tu te sens bien ? » s’inquiéta-t-elle en voyant l’état de son amie.

Fluttershy avala une boule dans sa gorge et tenta de montrer un visage courageux. « Oui… oui, ça va, ne t’inquiète pas. »

« Bon, assez parlé, suivez-moi ! » lança Scootaloo en sortant des studios. Les poneys la suivirent de près, se préparant à faire face aux questions, qu’ils attendaient nombreuses. Sweetie aida Fluttershy à sortir et remarqua la peur qui commençait à s’emparer de la jument, dont chaque pas vers la sortie se faisait plus difficile.

« Fluttershy, si tu ne peux pas parler à la presse, ce n’est pas grave », la rassura-t-elle. « Personne ne t’en voudra. »

Fluttershy sourit. « Merci Sweetie, mais... je dois au moins essayer. Si je ne peux pas faire face à des journalistes, alors qu’est-ce que ça sera dans une salle ? »

Scootaloo entendit la conversation et s’interposa, en volant au-dessus d’elles. « Des salles ? Tu rigoles, on va remplir des stades avec cette reformation ! » précisa-t-elle.

La pégase jaune manqua de s’évanouir, pour de bon cette fois et Sweetie dût la rattraper pour ne pas qu’elle tombe au sol.

« Fluttershy, tu es sûre que tu veux vraiment y aller ? » s’enquit encore Sweetie, les autres membres étant trop absorbés dans leurs pensées pour remarquer la discrète pégase.

« O... Oui... Je vais essayer, je ne veux pas encore abandonner le groupe. Je l’ai déjà fait trop de fois... » se reprit-elle, essayant de se donner du courage et marchant de façon déterminée.

Le groupe, plus Sweetie et Scootaloo, arrivèrent à l’hôtel de ville en passant par une porte dérobée et se retrouva derrière les rideaux les cachant de la scène.

Le bruissement des journalistes devenait de plus en plus oppressant et de plus en plus douloureux pour Fluttershy, tandis que Mac était déjà agacé par le retour dans le cirque médiatique.

« Bon, allez-y, ça fait déjà une heure qu’ils attendent ! » ordonna Scootaloo. Un à un, les poneys défilèrent sur scène et prirent place à leur emplacement attribué : cinq chaises derrière une longue table.

Toe, Torch, Rarity, puis Mac entrèrent sous les flashs crépitants des photographes, entrecoupés de leurs cris demandant de tourner la tête vers tel ou tel objectif. Rarity était celle qui profitait le plus des flashs, posant, souriant et profitant de l’exposition. Mac resta stoïque et garda les yeux froncés. Toe et Torch sourirent simplement en se prenant dans les sabots pour avoir une photo de couple.

Mais une chaise restait vide.

Sweetie tourna la tête côté coulisses et vit Fluttershy complètement tétanisée sur place, incapable de mettre un sabot devant l’autre et se recroquevillant sur elle-même. La licorne se porta à sa hauteur et la prit dans les sabots pour la réconforter.

« Fluttershy, est-ce que ça va ? Je te l’ai dit, si tu ne veux pas y aller, ça n’est pas grave », la rassura-t-elle.

« Je… je… C’est… c’est trop pour moi… Je… je suis désolée », dit-elle en commençant à sangloter. « Excuse-moi, ça... ça ira mieux pour la tournée, c’est promis… C’est promis », souffla-t-elle avant de s’envoler par la porte de derrière, laissant Sweetie l’entendre se mettre à pleurer abondamment, tandis que Scootaloo avait pris la parole sur scène.

« Juments et étalons, merci d’être venus aussi nombreux pour cette conférence de presse organisée pour la grande reformation des Ponytones ! La tournée démarrera le mois prochain, et dix concerts seront organisés », déclara la pégase.

Pour accompagner ses mots, la projection des dates et lieux de la tournée se fit voir sur scène, au-dessus des quatre poneys. Celle-ci devait durer un mois et passer par San Franciscolt, Baltimare, Seaddle, Maneapolis, Chicoltgo, Salt Lick City, Las Pegasus, Manehattan, Canterlot et enfin Poneyville pour un dernier grand concert sur la terre qui les avait vu débuter.

« Les tickets seront en vente la semaine prochaine. Le reste des informations à savoir vous sera transmis par communiqué », finit Scootaloo. « Je vous laisse maintenant poser les questions aux cinq Ponytones. »

« Quatre, vous voulez dire ? » demanda un journaliste.

« Hein ? » Scootaloo se tourna vers la gauche et vit une chaise vide, sur scène, en même temps que les quatre Ponytones, qui n’avaient jusque-là pas prêté attention à cette absence.

La pégase orange se tourna vers Sweetie, qui fit un signe du sabot pour dire qu’il n’y avait rien à espérer de Fluttershy ce soir.

« Heu… Fluttershy est souffrante », bafouilla Scootaloo, qui se reprit vite. « Mais elle sera avec le groupe pour la tournée, elle a signé le contrat d’engagement ! Bon, d’autres questions ? »

Une nuée de sabots se tendit et Scootaloo vola vers les journalistes sélectionnés pour leur passer le micro et donner la parole, en premier à un poney terrestre ocre à la crinière à pointes.

« Vivid Syntax du Pony Tribune. Pourquoi cette reformation ? »

« Alors c’est vous ! » s’énerva Rarity, avant de se racler la gorge et de se reprendre. « Euh, je veux dire… je vais me permettre de parler au nom du groupe, si ça ne vous dérange pas », s’excusa-t-elle presque en tournant la tête vers la droite, car elle était en bout de table.

Les autres hochèrent la tête en signe d’approbation.

« Eh bien, si nous le faisons, c’est parce que nous avons pensé que le temps était venu de nous revoir, de mettre les tensions de côté pour mieux clore l’histoire du groupe. Pour tout simplement nous réconcilier », expliqua-t-elle. « Et aussi pour les fans qui réclamaient notre retour. Sans eux, nous n’aurions jamais connu des vies si riches. »

Scootaloo passa le micro à un autre poney, n’autorisant qu’une question à chaque fois.

« Tom Ink, Equestria Daily, vous pensez vraiment pouvoir vous réconcilier malgré la façon dont s’est séparé le groupe il y a dix ans ? »

Cette fois, c’est Toe qui prit la parole.

« On dit que le temps guérit les blessures. On peut essayer. Je pense que dix ans, ça a donné le temps à certain de réfléchir », dit-il en tournant la tête vers Rarity, qui rit jaune.

« Paper Cut, The Enquinerer, y aura-t-il un nouvel album pour accompagner la tournée ? »

La question prit un peu au dépourvu le groupe, mais Rarity répondit tout de même.

« Ce n’est pas prévu. Mais qui sait… » finit-elle, mystérieuse, obtenant des regards un peu confus de la part des autres membres.

« Feather Brain, Pony Times. Y a-t-il des choses de prévus après la fin de la tournée ? »

« Finissons-là et ça sera déjà un grand pas en avant de fait », répliqua Torch. « Il y a un moment où il faut savoir se retirer avant qu’il soit trop tard. »

« C’est vrai, darling », acquiesça Rarity. « Vous ne me verrez jamais sur scène avec des rides. Et pour éviter toute autre question, oui, il y a 99% de chances que cette tournée soit la dernière du groupe », ajouta-t-elle pour enfoncer le clou.

« Type Writer, The Ponindependant, avez-vous déjà décidé des chansons qui seront jouées ? Y aura-t-il des compositions solos ? »

« Oui, et oui », répondit Toe. « Pour savoir lesquelles, venez aux concerts ! » rit-il.

« Capital Letter, Manehattan Chronicle, on parle de grosses sommes que vous toucherez pour cette tournée. À quel point l’argent a-t-il joué pour que vous remontiez sur scène ? »

Les visages des quatre poneys se tendirent d’un coup. Toe fronça les yeux et évacua la question.

« Si nous le faisions pour l’argent, croyez-moi, nous n’aurions pas attendu dix ans pour le faire. Question suivante », conclut-il, sec.

L’assemblée se tut pendant quelques secondes. Un sabot timide finit par se lever.

« Jazz Song, Pony Musical Express, qui a eu l’idée de cette reformation ? »

Rarity sourit. « C’est ma sœur Sweetie Belle qui m’a fait comprendre qu’il était temps de repartir sur de nouvelles bases. C’est elle qui m’a donné l’envie de repartir sur la route.» Elle tourna la tête vers sa droite et sa sœur s’avança légèrement sur scène, faisant crépiter une nouvelle série de flashs avant de s’éclipser à nouveau derrière les rideaux.

« Sweetie fera d’ailleurs la première partie de la tournée », ajouta Scootaloo. Les sons de plumes griffonnant reprirent pour noter cette information ô combien importante. Le micro reprit ensuite sa route vers un autre journaliste au sabot levé.

« Sax Keys, Pony Express, une question pour Toe et Torch, qu’est-ce qui vous a convaincu de revenir pour cette tournée ? »

Le couple se concerta pour répondre et c’est Torch qui prit la parole. « Même si nous sommes très heureux de la carrière que nous menons actuellement, on ne peut oublier le passé. Rarity a su trouver les mots pour nous convaincre de finir sur une bonne note en effectuant cette tournée avec le groupe », expliqua-t-elle.

« Good Word, Canterlot News, une question pour Mac. Les rumeurs disent que- »

« Non. » L’étalon rouge se leva, ne laissant pas le temps au journaliste de finir sa phrase avant de quitter la scène, sous le regard peu surpris des autres membres du groupe.

« Excusez-le, il n’a jamais aimé les journalistes », s’excusa Rarity. « Je ne vais pas vous rappeler pourquoi. »

La discussion n’alla pas plus loin. Le départ de Mac sembla avoir jeté un froid sur la salle.

« Bon, puisque plus personne ne semble avoir de questions, nous allons en rester là. Si vous voulez en savoir plus, voyez directement avec moi », annonça Scootaloo.

Le reste du groupe se leva des chaises et posa pour une dernière photo sous les flashs cette fois un peu moins nombreux, avant de disparaître en coulisses.

« Bon… ce n’était pas si mal pour une première conférence de presse... non ? » tenta Rarity auprès des deux membres restants et Sweetie. Elle sourit bizarrement, attendant une réponse qui tardait à venir.

« Je suis sûre que ça ira mieux sur scène ! Après tout, c’est ce que vous savez faire de mieux ! » dit Sweetie pour venir en aide à sa sœur, qui se détendit un peu. Toe et Torch acquiescèrent et se tournèrent vers Scootaloo qui revint vers eux.

« Scootaloo, comment on s’organise pour le premier concert ? » demanda Toe.

« Oh, venez dans pile une semaine à la gare de Poneyville pour 10 h. Les billets de train sont déjà réservés pour vous. Venez juste avec vos bagages », précisa-t-elle. « Et voilà le planning de tournée avec horaires des trains, hôtels et tout », ajouta-t-elle en tendant des dossiers aux poneys.

« Quoi ? Tu as déjà tout organisé ? Mais enfin… comment tu... » bafouilla Torch, stupéfaite en feuilletant l’épais classeur bien organisé.

« Je vous l’avais dit. Ce n’est pas pour rien qu’elle est la manageuse des Wonderbolts. C’est la plus efficace de tout Equestria », sourit Sweetie en passant un sabot autour du cou de son amie.

« Ça pour être rapide… » souffla Torch en jetant un dernier coup d’œil dans le dossier avant de le refermer. « Bon, eh bien… à la semaine prochaine, Rarity. J’ai hâte que l’on rechante tous ensemble sur scène », sourit-elle.

« Moi aussi, Torch. Moi aussi », répondit la licorne. « J’ai vraiment envie que ça se finisse mieux cette fois. »

« Tu feras attention à Mac, hein ? » demanda Toe, une légère inquiétude dans sa voix. « Ce serait dommage qu’on doive arrêter avant même d’avoir essayé. »

Rarity sourit. « Promis. Je le tiens à l’œil. »

Toe acquiesça et ils se firent leurs adieux en attendant de se revoir la semaine prochaine en gare de Poneyville. Après que les journalistes soient partis, Rarity et Sweetie rentrèrent au Carrousel pour se reposer.

« Alors, ça se présente bien, non ? » demanda Sweetie en ayant à peine franchi le pas de la porte de la boutique, rassurée par la tournure de la journée.

Rarity partit en cuisine se préparer un thé et répondit tout en faisant bouillir de l’eau. « À part quelques… échanges vifs, oui, ça s’est bien passé. » En retournant dans le salon avec le service à thé, elle jeta un œil vers une des pochettes du groupe, celle de leur dernier album, qui rappelait que les tensions étaient toujours prêtes à ressurgir malgré les belles promesses, avant d’ajouter.

« Pourvu que ça dure. Au moins pendant le prochain mois. »

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Beaucoup de choses ont changés en deux semaines, pas dans le bon sens pour moi malheureusement. Bonne année quand même, on ne désespère pas!

Prochain chapitre: le début de la tournée!

Chapitre précédent Chapitre suivant

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

BroNie
BroNie : #33024
Je suis partagé.

Je te suis déjà comme traducteur, et je pense que ça sera pas une surprise si je te dis que je n'aime qu'assez peu ton travail. J'étais donc surpris de voir ce que tu avais dans le ventre comme auteur original.

Globalement c'est bien mieux. Pas de fautes, un style un peu plat mais efficace dans son travail de description, de bons élements slice of life...je me demande juste où tout ça va arriver. On est au chapitre 6 et le groupe vient tout juste de se reformer. Certes, tu nous annonces une fic fleuve de 26 chapitres, mais quand même. Le coeur du texte, pour nous lecteurs, c'est de suivre le groupe sur le retour, et de comprendre pourquoi ils se sont séparés il y a dix ans. Je vois mal comment tu peux étaler ça sur encore 20 chapitres sans tirer la corde, mais tu es l'auteur, je te fais confiance.

Quelques remarques en plus : j'aurais viré l'incipit de la fic, l'article de presse qui décrit la séparation du groupe. C'aurait été mille fois plus efficace de commencer direct dans le grenier, de découvrir que Sweetie avait fait une carrière musicale, etc. Là, avec l'article qui nous dit tout ça avant, ça fait redondant.

La succession des chapitres par poney, c'est un travers classique des slice of life et tu tombes dedans. On aurait pu plutôt mettre sur pied une grande réunion où Rarity invite ses anciens collègues, quitte à faire un chapitre où elle va en voir un ou deux personnellement. Là c'était un peu du C/C. Ca restait supportable cela dit.

Je m'étonne simplement du cachet que Scootaloo leur obtient. C'est un groupe qui n'a plus joué depuis dix ans, ça m'étonne que pour une tournée d'un mois il tapent d'aussi gros salaires d'un coup. Toe et Torch sont montrés un peu comme des hasbeens et Rarity, malgré une carrière solo, est retournée à la couture. C'est pas non plus les Beatles qui reviennent quoi.

Puis cette idée de Rarity qui tire la couverture...meh. Je sais qu'on a tendance à l'oublier y compris dans la série, même elle est censée être généreuse la Rarity, se sacrifier pour les autres. La voir se la jouer Rainbow Dash, surtout que semble t-il c'est un des élements qui a fait péter le groupe, j'achète pas trop l'idée.

Bref, ni pouce rouge, ni pouce vert pour le moment. J'attends de voir comment ça va s'enchaîner.
Modifié · Il y a 1 an · Répondre
PhoenixBleu
PhoenixBleu : #32982
@Especiel : Mais c'est une évidence ! ^^
Il y a 1 an · Répondre
Especiel
Especiel : #32967
Mais bons sang il est horriblement mystérieux Mac je comprend rien xD Et cette histoire de rumeurs perso moi sa me donne envie de lire la suite pas vous *-* ?

Bon courage à toi ^^
Il y a 1 an · Répondre
NightMare
NightMare : #32745
C'est difficile de s'imaginer la pression que subissent les stars de la musique, et je trouve que jusque-la, tu en fait une représentation tangible et très personnel pour chaque membre du groupe.Sans parler du problème argent,qui comme tous le monde sen doute n'a pas toujours et effet positif sur les gens.
La bonne questions est de savoir si "l'amour triomphe toujours" ^^.
Hum, de savoir si le groupe pourra renaître malgré les défauts de chacun.

Bon courage a toi.
Modifié · Il y a 1 an · Répondre
PhoenixBleu
PhoenixBleu : #32731
J'ai bien aimé le début et le petit numéro de duelliste d'Octavia et de Vinyl. Très sympa et drôle, bien dans l'état d'esprit de comment je les imagine.
Je pense que tu aimes bien le mot s'offusquer. ^^
Dans l'affaire des chansons en solo, peut être que Rarity aurait pu essayer de plaider sa cause face à sa soeur...mais bon je pinaille.

A part ça, l'histoire continue son bohnome de chemin. C'est toujours aussi agréable à lire et Mac est toujours aussi mystérieux, et ça me plait particulièrement.

J'espère que les choses s'arrangeront au plus vite pour toi et que ce n'est rien de grave.
Bonne année à toi aussi courage et pleins de bonnes choses au plus vite.

Et pour la fic, vivement la suite ! ^^
Il y a 1 an · Répondre

Nouveau message privé